Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10575 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 mai 2021

Inde: malgré la crainte du covid et ses ravages, la colère se fait entendre

Malgré la peur de l'épidémie qui paralyse beaucoup d'indiens ou qui les occupe aussi en priorité dans des actions de solidarité, le 26 mai pourrait marquer un nouveau tournant dans la situation où la colère contre Modi l'emporterait clairement sur la peur du covid et les préoccupations de solidarité immédiate.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Jacques Chastaing

Le covid continue à faire des ravages en Inde et bien que le gouvernement ne prenne même plus la peine de compter réellement les victimes et fournisse des chiffres totalement bidons, tous les témoignages qui remontent des villages où les habitants sont abandonnés à eux-mêmes, montrent qu'il s'agit d'une catastrophe considérable. 

Ainsi, pour ne prendre que cet exemple, selon des témoignages locaux, dans la seule ville de Jawnpur, dans l'Uttar Pradesh, 120 000 habitants, 300 personnes meurent chaque jour du covid. Et tous les témoignages relevés par le journaliste de The Caravan qui a enquêté dans les villages de l'Uttar Pradesh vont dans ce sens. Ces chiffres rapportés à la taille de l'Inde donnent une idée de ce qui est en train de se passer, peut-être une catastrophe plus importante encore que celle de la grippe espagnole qui après la première guerre mondiale avait fait plus de 18 millions de morts en Inde. https://caravanmagazine.in/.../covid-second-wave-uttar...

Cependant, malgré les peurs et la démolition des liens sociaux que cela engendre (voir l'article de The Caravan), et le coup de massue pris par la population, la colère contre Modi est peu à peu en train de l'emporter sur la sidération causée par l'épidémie.

Ainsi, après quelques jours de doute et d'hésitation, la conscience grandit que pour se débarrasser de l'épidémie, il faut se débarrasser de Modi.

En effet, l'essentiel de ce qui est fait pour lutter contre l'épidémie, vient de la solidarité des gens eux-mêmes alors que l'Etat du BJP, ne fait rien et met par contre surtout ses ressources à réprimer ceux qui osent dire que le gouvernement ne fait rien où à parader devant les journalistes.

Les violences qui se sont passées hier à Hisar entre policiers et paysans dans l'Haryana sont significatives de ce changement d'état d'esprit de la population.

La dénonciation de l'hypocrisie du gouvernement local qui inaugurait un hôpital pour se faire de la publicité alors qu'il ne fait rien en réalité a provoqué la colère des paysans qui ont bloqué et encerclé un moment le 1er ministre de l'Haryana, qui, pour se libérer a fait donner la plus grande violence à la police.

Cela a immédiatement provoqué une riposte des paysans qui ont bloqué des routes dans cet Etat d'Haryana et qui étaient appelés à bloquer les postes de police aujourd'hui lundi si les paysans arrêtés hier n'étaient pas libérés. Les paysans des campements de Delhi ont dans le même mouvement bloqué le périphérique de la capitale.

Mais, peut-être le plus significatif du climat actuel, c'est que la colère s'est étendue aujourd'hui lundi à l'Uttar Pradesh (200 millions d'habitants). Les paysans y ont bloqué des routes, des postes de police, et libéreront les péages autoroutiers à partir de demain. Ils se sont également engagés dans diverses réunions à monter aux portes de Delhi rapidement et à ne plus les quitter.

Aussi, malgré la peur de l'épidémie qui paralyse beaucoup d'indiens ou qui les occupe aussi en priorité dans des actions de solidarité, le 26 mai pourrait marquer un nouveau tournant dans la situation où la colère contre Modi l'emporterait clairement sur la peur du covid et les préoccupations de solidarité immédiate. En effet, ce jour là, pour que toute la population puisse manifester sa colère et son rejet du gouvernement, le soulèvement paysan l'appelle à installer des drapeaux noirs partout sur les maisons, les voitures, les commerces, les balcons, les camions, tous les véhicules... à en faire un jour noir de colère, pour que tout un chacun puisse mesurer ce que pensent les indiens, comme premier pas vers d'autres mobilisations.

PHOTOS

Marche des paysans pour rejoindre le campement Singhu à Delhi : les campements de Singhu, Tikri, Shahjahanpur, Gazipur, Palwal... sont à nouveau bondés après la période des récoltes et le choc du covid. Beaucoup d'autres vont encore arriver dans les jours qui viennent après la fin de la récolte de la canne à sucre et après les violences de la police à Hisar ; manifestation pour dénoncer les violences de la police à Hisar ; réunion au campement Singhu de Delhi ; réunion au campement Tikri de Delhi ; mannequin du 1er ministre de l'Haryana pendu par les pieds avant d'être brûlé comme lors de la libération de l'Italie, Mussolini, le modèle du RSS, la milice fasciste de Modi

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La commission d’enquête parlementaire ménage Bernard Arnault…
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Journal — Médias
… après avoir tenu café du commerce avec Vincent Bolloré
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal
Didier Fassin : « on est dans un basculement qui n'était pas imaginable il y a 5 ans »
Alors que l’état de crise semble être devenu la nouvelle normalité, quelles sont les perspectives pour notre société ? Didier Fassin, directeur d’études à l’EHESS qui publie « La société qui vient », est l’invité d’« À l’air libre ».
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon
Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement