Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10595 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 mai 2021

L'inde au bord de l'explosion sociale: premiers symptômes -Jacques Chastaing

La tension et la colère retenue qui habite l'Inde depuis 6 mois où le mouvement paysan campe aux portes de Delhi, colère exacerbée par la gestion calamiteuse de la catastrophe du covid par le gouvernement, est prête à se transformer en gigantesque explosion sociale et en a peut-être connu aujourd'hui le commencement sinon tout au moins les premiers signes avant-coureurs.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Si les évènements de cette journée du 16 mai ne sont peut-être pas le début de la tempête qui s'annonce - on verra - ils témoignent en tous cas de ce qui est en train de murir au plus profond des colères populaires.

Aujourd'hui, le premier ministre BJP de l'Etat d'Haryana, Lal Khattar, qui est connu pour ses violences et provocations contre le mouvement paysan et la détestation en retour qu'il entraîne à son égard, a voulu organiser avec force publicité et de nombreuses invitations, l'inauguration d'un hôpital à Hisar. Cette action publicitaire a paru doublement provocatrice puisque d'une part le gouvernement central comme celui de l'Haryana ne font strictement rien pour la santé de la population et en particulier pour lutter contre le covid et d'autre part que réunir 500 convives au risque de contamination au milieu de la misère générale avait quelque chose d'odieux lorsque ce même premier ministre exige en plus des paysans qu'ils cessent leurs rassemblements en les accusant de la responsabilité de l'épidémie.

Par ailleurs, cela fait déjà un moment que le soulèvement paysan a décidé du bannissement social des responsables du BJP dans cet Etat, leur interdisant de fait toute réunion publique ou activité sociale.

Aussi, des milliers de paysans se sont rassemblés de manière pacifique autour du premier ministre, mais repoussant avec leurs tracteurs les barrages policiers qui les empêchait d'approcher. Encerclé, le 1er ministre a pris peur et pour se dégager a alors fait tirer sa police avec des balles en caoutchouc en même temps que celle-ci lançait des pierres et chargeait violemment à coups de matraques (lathis) blessant une cinquantaine de manifestants et en arrêtant des dizaines et des dizaines.

Des affrontements violent ont alors eu lieu.

Aussitôt les leaders paysans ont appelé en riposte à bloquer la résidence du chef de la police de l'Haryana, à bloquer les routes nationales tandis que les paysans des campements de Delhi bloquaient le périphérique de la capitale et que les paysans étaient appelés à bloquer tous les commissariats de l'Haryana lundi 17 mai.

L'inauguration de cet hôpital par le responsable du BJP est odieuse parce que le BP a décrété que la guerre contre le Covid-19 avait été gagnée – et du coup a freiné les commandes de vaccins, de respirateurs artificiels ou d’installations de production d’oxygène, et les installations médicales édifiées pendant la première vague ont été démantelées. De plus, dans le but de donner satisfaction à un groupe de leaders religieux, le gouvernement a laissé faire la Kumbh Mela un énorme pèlerinage qui a rassemblé des millions de fidèles ces derniers mois fonctionnant comme un énorme cluster national. Et dans l’espoir de s’emparer dans les élections du Bengale-Occidental, le gouvernement central a organisé de grands meetings politiques alors même que les cas de Covid-19 explosaient dans toute l’Inde. La conséquence c'est que de nombreux militants BJP et membres des forces de sécurité envoyés surveiller les élections ont contracté le Covid-19 et l’ont remporté en rentrant chez eux. Par ailleurs, le gouvernement est en train de saboter complètement la vaccination tout en provocant les indiens - parce qu'il n'a pas commandé de vaccins en nombre suffisant - en insistant pour que les gens entre 18 et 44 ans réservent des rendez-vous sur un portail Internet alors que de très nombreux Indiens n'ont pas de smartphones. Enfin le gouvernement et plusieurs Etats dont l'Haryana et ceux dirigés par le BJP trafiquent les chiffres de contamination et de décès. Pour diminuer le nombre de cas, ils réduisent le nombre de tests. Avec comme conséquence, qu’il y a des gens qui ne sont pas diagnostiqués et qui continuent à aller et venir, infectant d’autres personnes ou mourant. Les chiffres du gouvernement et des Etats BJP sont sous-estimés par un facteur multiplicatif de deux, cinq, dix et peut-être trente. A un système de santé défaillant, s'ajoutent aussi la pauvreté, les discriminations en matière de caste et de sexe qui ont entraîné une sous-alimentation élevée, et donc une immunité affaiblie. Sans compter que la pollution de l’air dans l’Inde du Nord a affecté les poumons de nombreuses personnes, peut-être une sur dix !

A côté de ça, il y a aussi une dimension ouverte de classe. Certains indiens très riches ont fuit l’Inde pour s’installer en Grande-Bretagne tandis que des quartiers résidentiels aisés installent pour eux des quasi-unités de soins intensifs à prix d'or alors que les pauvres meurent dans les rues et qu'on installe des filets pour récupérer les milliers de corps qui dérivent sur le Gange.

Heureusement, chez les pauvres il y a une immense solidarité

Il y a d’innombrables anecdotes d’Indiens qui s’entraident. Les paysans aident en ouvrant des dispensaires de santé, en offrant des repas gratuits aux plus pauvres... Il y a des volontaires qui transportent de l’oxygène, qui cherchent les lits disponibles dans les hôpitaux, qui apportent de la nourriture à ceux qui ne peuvent pas se lever ou qui donnent des informations sur les endroits où l’on peut faire remplir les bouteilles d’oxygène.

Mais, avec cette inauguration provocatrice de l'hôpital en grande pompe et luxe par les responsables de la crise sanitaire dans la continuité pleine de mépris de ce qu'ils ont fait avec le pèlerinage hindou ou les élections, c'est toute la colère contre cette hypocrisie politique et sociale qui s'est exprimée dans la violence des affrontements d'aujourd'hui et qui pourrait continuer demain pour dégager ce pouvoir criminel.

PHOTOS

Visuel des affrontements d'aujourd'hui à Hisar ; les paysans se réunissent à Jindh avant d'aller à la rencontre du 1er ministre de l'Haryana ; les paysans bloquent le périphérique de Delhi

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles depuis des années dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 37 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette