Présentiel ou distanciel: les examens nous les passons, et nous décidons !

Alors que les étudiant.e.s ont connu une année presque entièrement en distanciel, des universités tiennent des examens en présentiel. Cela est gravement inégalitaire et problématique.

Source: UNEF - TACLE : Tendance Action Collective et Luttes Etudiantes

Alors que les étudiant.e.s ont connu une année presque entièrement en distanciel, des universités tiennent des examens en présentiel. Cela est gravement inégalitaire et problématique.

En effet, il est absurde et injuste qu’après une année de cours majoritairement à distance, on exige des étudiant.e.s de passer des épreuves en présentiel. L’enseignement à distance est de bien moindre qualité que l’enseignement en présentiel. Il est beaucoup plus difficile à suivre pour les étudiant.e.s, et il ne permet pas une pédagogie optimale. Très souvent, les étudiant.e.s, et particulièrement les L1, n’ont pas bénéficié dés entraînements aux exercices qui sont demandés lors d’un examen en présentiel, comme la rédaction entière d’une dissertation en temps limité. Il y a un grave décalage entre la qualité dégradées des enseignements en ligne reçus toute cette année, et l’exigence des épreuves en présentiel. De nombreuses études témoignent de l’isolement important et du décrochage massif pendant cette crise sanitaire. Les épreuves en présentiel ne font qu’aggraver l’angoisse des étudiant.e.s. De plus, un certain nombre d’étudiant.e.s ne peuvent pas se rendre aux épreuves en présentiel : beaucoup ont quitté la région de leur université, sont atteints du COVID, cas contact, ou encore personne à risque. Une épreuve de substitution en ligne pour elles et eux n’est pas une solution : elle pose le problème de l’égalité de traitement entre les étudiant.e.s d’une même promotion, qui seraient évalué.e.s différemment.

Nous sommes profondément opposés à la tenue d’épreuves en présentiel et nous en exigeons l’annulation partout où elles sont mises en place. Dans toutes les universités, les épreuves doivent se tenir à distance, avec des modalités justes, égalitaires, et en adéquation avec les enseignements et entraînements dont les étudiant.e.s ont bénéficié cette année. Dans le cadre de ces épreuves en ligne, nous exigeons un cadrage des épreuves qui évite la surcharge des étudiant.e.s, ainsi que la mise à disposition de matériel informatique et de salles de travail pour celles et ceux qui en auraient besoin.

En pleine crise sanitaire, tenir des examens en présentiel met en échec de nombreux et nombreuses étudiant.e.s, et renforce la sélection au cours de nos études. À Nanterre, une mobilisation d’étudiant.e.s a réussi à faire annuler les épreuve en présentiel. À Cergy, à Créteil, des étudiant.e.s mobilisés bloquent leur université contre la tenue d’examens en présentiel. Partout où des épreuves en présentiel se tiennent que ce soit en première session ou leur des rattrapages, et que les étudiants estiment que cela est injuste, nous encourageons la construction de mobilisation pour exiger d’autres modalités ! Pas d’épreuves en présentiel dans une année en distanciel !

En complément tous les jours la rubrique Jeunesse/Education de la Revue de Presse Emancipation!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.