Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10575 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 mai 2021

Témoignage sur le massacre à Gaza

Il n’y a pas de pardon possible pour ces aviateurs criminels et ceux qui les commandent, pas de tolérance avec l’oppresseur israélien et ceux qui le soutiennent.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source: UJFP Gaza

La nuit d’hier était la nuit la plus difficile pour les Palestiniens de Gaza. Des frappes intensives ont été menées par l’aviation israélienne : plus de 100 raids ont ciblé plusieurs régions dans la Bande de Gaza, dont les villes d’Al-Nussierat et Der Al-Balah au centre, Khan Younes et Rafah dans le sud. Cette nuit était beaucoup plus dure que l’agression de 2014.

L’armée ‘’ la plus morale dans le monde’’, a utilisé des bombes qui pèsent plus de 1000 kg, pour massacrer des enfants et pour détruire nos infrastructures. Même les maisons qui n’ont pas été touchées directement sont devenu inhabitables : elles se sont fissurées comme si un tremblement de terre avait frappé Gaza.

La ville de Gaza elle-même ne ressemble plus à rien aujourd’hui, des quartiers entier sont rasés. Les rues qui mènent vers les hôpitaux sont devenues une cible pour l’armée israélienne, ce qu’il a paralysé le déplacement des ambulances qui cherchaient à ramener les blessés et les morts.

Les raids israéliens n’ont touché que des civils désarmés, souvent endormis. Des familles entières ont reçu des bombes sans avertissement. Pendant la nuit Tsahal a massacré plus de 31 Palestiniens selon les autorités sanitaires de Gaza. A cette heure-ci encore les pompiers essayent de secourir des survivants blessés, coincés sous les décombres des maisons détruites. Ils essayent aussi de dégager les corps des martyrs…

Parmi ces derniers, deux médecins et trois familles de quatre, sept et dix personnes ont été massacrés: des enfants, des femmes et des hommes, tous innocents.

Ce qui se passe à Gaza est le début d’un véritable génocide : un froid massacre de civils désarmés : des vieux, des jeunes, des femmes et des enfants. Pour beaucoup de Gazaouis, cette nuit restera comme un cauchemar, où les pierres témoignent des crimes et de la cruauté de la scène couverte de l’odeur de la poudre. Une odeur qui recouvre tout et se sent partout dans Gaza. Une ville où le sang des innocents coule en rivières rouges…

Il n’y a pas de pardon possible pour ces aviateurs criminels et ceux qui les commandent, pas de tolérance avec l’oppresseur israélien et ceux qui le soutiennent. Il n’y a pas d’excuse non plus pour ces puissances qui approuvent la politique du deux poids – deux mesures, pour celles qui font l’autruche devant ce massacre d’innocents, pour ces médias qui ne rapportent que la propagande guerrière israélienne. Pas de pardon pour ce génocide qui commence et semble ne pas avoir de fin. 

Iyad Alasttal

VIDEO

En complément tous les jours la rubrique Proche et Moyen Orient de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La commission d’enquête parlementaire ménage Bernard Arnault…
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Journal — Médias
… après avoir tenu café du commerce avec Vincent Bolloré
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal
Didier Fassin : « on est dans un basculement qui n'était pas imaginable il y a 5 ans »
Alors que l’état de crise semble être devenu la nouvelle normalité, quelles sont les perspectives pour notre société ? Didier Fassin, directeur d’études à l’EHESS qui publie « La société qui vient », est l’invité d’« À l’air libre ».
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel