Inde: la tension sociale monte à nouveau d'un cran -Jacques Chastaing

Alors que l'épidémie de covid semble légèrement s'atténuer en même temps que les mesures de confinement et de couvre-feu, les conflits sociaux, un moment suspendus, reprennent de plus belle additionnés de toutes les colères accumulées pendant l'épidémie et le confinement tandis que les paysans intensifient et amplifient leur lutte.

Alors que l'épidémie de covid semble légèrement s'atténuer en même temps que les mesures de confinement et de couvre-feu, les conflits sociaux, un moment suspendus, reprennent de plus belle additionnés de toutes les colères accumulées pendant l'épidémie et le confinement tandis que les paysans intensifient et amplifient leur lutte.

Ainsi, rien que dans le Pendjab, on compte à nouveau plus de 100 lieux de blocages paysans, que ce soient des péages, des entreprises, des gares, ou des supermarchés... certains de ces lieux étant bloqués depuis 250 jours. De nouveaux secteurs de paysans entrent aussi en lutte, comme le 17 juin, les 6 millions de producteurs de lait de l'Etat du Maharashtra ou auparavant les producteurs de Sorgho dans l'Etat du Telangana.

Mais c'est aussi du côté ouvriers et employés que la lutte reprend de plus belle dans différents secteurs avec par exemple la mobilisation des employés domestiques le 16 juin parce que 72% des domestiques ont perdu leur travail avec le covid.

C'est aussi la grève des ouvriers du secteur public de la défense nationale - 400 000 employés - qui sont entrés en lutte au niveau local le 17 juin et continuent les 18 et 19 juin contre la privatisation de leurs secteur et menacent d'une grève illimitée nationale en appelant toute la population à les soutenir.

C'est encore une grève de 350 000 médecins annoncée le 18 juin, mais aussi une grève des ASHA, employées de santé rurales, qui sont en grève ou en lutte dans de nombreux Etats comme les 70 000 du Maharashtra en grève depuis 5 jours ou les 22 000 dans l'Haryana tandis que des agents de nettoyage mènent des luttes dans différentes régions comme ceux du Pendjab en grève depuis 1 mois ou que ceux du traitement de l'eau sont en lutte continue dans l'Uttar Pradesh.

Plus encore, à cela s'ajoutent plus de 200 000 ouvriers de la sidérurgie publique auxquels s'additionnent aussi ceux des mines qui sont appelés à la lutte contre les privatisations en faisant grève le 29 juin et les jours qui suivent tandis que le million d'employés de banques publiques menace également d'entrer en grève dans la période qui vient.

Par ailleurs des milliers d'enseignants en marche vers les campements paysans de Delhi, sont arrivés hier à la porte Tikri de Delhi pour prêter main forte aux paysans et participer eux aussi à l'occupation des portes de Delhi illustrant l'élargissement de la lutte.

Enfin, les dix principales organisations syndicales ouvrières ont appelé à soutenir l'action nationale des paysans qui appellent à bloquer tous les gouverneurs de tous les Etats du pays le 26 juin, une journée qu'ils ont baptisée "Sauvons la démocratie" tandis que la marche sur le Parlement reste toujours à l'ordre du jour.

PHOTOS

Des milliers d'enseignants dirigés par le Front démocratique des enseignants du Pendjab ont atteint la porte Tikri de Delhi hier ; mobilisation des employées domestiques ; grève des ASHA du Maharashtra ; illustration du courage des paysans qui tiennent un meeting à Tikri les pieds dans l'eau avec les pluies diluviennes ;

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.