Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 juil. 2021

Puissante mobilisation contre le pass sanitaire et les reformes libérales -Unité CGT

Nous devons appuyer les revendications de libertés, et de réelles protections sanitaires...la défense de nos conquis sociaux, la transformation radicale et sociale de la société, redonner son rôle à la Sécurité sociale, mettre un terme à sa libéralisation, socialiser l'industrie pharmaceutique, redonner sa place à la médecine du travail, nationaliser Doctolib immédiatement et sans conditions.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

PRÉPARONS LA SUITE

Plus de 150 000 personnes ont manifesté aujourd'hui partout en France pour les Libertés, contre le Pass Sanitaire, les atteintes aux libertés mais aussi contre la réforme des retraites et la casse de l'Assurance-chômage avec la présence de nombreux agents hospitaliers contre la menace de licenciement s'ils ne sont pas vaccinés.

Cette irruption de colère ne sera pas étouffée aussi facilement que certains osent l'espérer. La vague massive de manifestations, pas seulement localisées dans les grands centres urbains et organisées pour certaines de manière spontanée en seulement 3 jours, démontre que l'opposition aux mesures gouvernementales d'interdictions et d'obligations, notamment le Pass Sanitaire et les annonces de réformes libérales, ne se restreint pas au petit monde des "anti-vax" et complotistes ou d'extrême droite comme voudraient le faire croire l'Elysée, LREM et BFM TV...

C’est un début qui démontre que la politique et les décisions de restrictions sanitaires, anti-sociales et anti-démocratiques de Macron peuvent ne pas rester sans réponse.

Il va y avoir d'autres appels à manifester, les 20, 21 et 22 juillet mais surtout le 1er Août. Il faut en être. Notre place est dans la lutte, sociale, contre la psychose et l’infantilisation, contre le confinement absurde et le défaitisme, pour la protection sanitaire et sociale maximale et pour la défense sans conditions de nos droits et libertés.

Nous ne devons pas être de ceux qui s'indignent de la colère qui résonne dans le pays, en plein mois de juillet, contre le Pass Sanitaire, et plus largement, contre l'autoritarisme d'un gouvernement délégitimé, décrédibilisé, incapable et hors-sol.

Syndicalistes Gilets Jaunes, militants antifas, militants des forces de gauche, nous devons entrer dans la bataille pour la défense effective et en pratique des libertés, mais aussi pour imposer la reconstruction de l'Hopital pour faire face au Covid comme aux autres épidémies.

Il faut c'est des moyens, pour l’Hôpital, la médecine du travail et de réelles campagnes de sensibilisation (et non de la com' médiatique) de toutes les institutions pour convaincre, et non contraindre, à la vaccination.

Les forces progressistes ne doivent pas laisser l'extrême-droite s'arroger la défense des libertés individuelles et collectives. Nous n'acceptons pas le Pass Sanitaire et tout ce qui va avec : le contrôle social de la population au nom de la morale des nantis parasites, des milliardaires fraudeurs, des exploiteurs du travail humain.

Il faut entrer dans la bataille pour éviter que l'extreme-droite ne soit la seule à offrir des cadres de mobilisations à une partie du peuple en colère.

C’est bien ce gouvernement et ses médias, qui jouent sur la peur, qui sont les seuls responsables de la défiance d'une large partie de la population vis à vis de la vaccination que les médias tentent de transformer en psychose générale et qu'il faut écouter au lieu de stigmatiser. Et en premier lieu, ces milliers de soignants hier applaudis et aujourd'hui transformés en boucs émissaires par un pouvoir qui n'a pas su ou voulu sauver les dizaines de milliers de morts du Covid.

La dérive liberticide et la tentative de division artificielle du pays entre vaccinés et non-vaccinés ne doit pas passer. Être vacciné ne signifie pas soutenir le gouvernement, ne pas être vacciné ne signifie pas être antivax.

Nous devons appuyer les revendications de libertés, et de réelles protections sanitaires (une campagne concrète de vaccination, pas de l’injonction morale, la reconstruction de notre système hospitalier) et mettre un point d'arrêt à la dérive ultra-autoritaire de Macron et consorts.

Ces revendications, la défense de nos conquis sociaux, la transformation radicale et sociale de la société, tout est lié. Il faut redonner son rôle à la Sécurité sociale, mettre un terme à sa libéralisation, socialiser toute l'industrie pharmaceutique, redonner sa place à la médecine du travail, nationaliser Doctolib immédiatement et sans conditions.

En complément tous les jours la rubrique Politique de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart