Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 nov. 2020

Dehors Macron, A bas la V° République !

Nous disons aux camarades qui voudraient imposer, maintenant, l’unité aux présidentielles sur un « bon programme » que le bon programme, nous l’avons tous.... Il suffit d’écouter, et ainsi le combat pour l’unité aux présidentielles peut et doit se résoudre dans le combat pour l’unité contre les présidentielles, contre ce régime, contre Macron.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source: Arguments pour la lutte sociale

Dans tous les domaines, l’action du gouvernement Macron/Castex est délétère, dangereuse et destructrice.

D’abord, dans le domaine sanitaire. L’épidémie est aujourd’hui au dessus du niveau de gravité de ce printemps. Et c’était prévisible et prévu. Seul cet exécutif, et divers complotistes avec lui se prenant pour des opposants, ont propagé le déni.

Ce pouvoir ose maintenant nous dire que la question n’est pas celle des lits en réanimation car « voyez-vous, mon bon Monsieur, il ne suffit pas de mettre un lit mais recruter et former les gens prend du temps » ! Ce temps, il en a organisé systématiquement le gaspillage, et maintenant il prétend nous faire la morale !

Scandale sanitaire et scandale éducatif se conjuguent : il s’avère qu’entre les chiffres de jeunes contaminés communiqués par Santé publique-France, donc par le ministère de la Santé, et les chiffres de jeunes scolarisés contaminés, l’écart va, selon les régions, de 1 à 3 à 1 à 24 (Auvergne-Rhône-Alpes) !!

Ceci ne fait que confirmer que l’appareil de Blanquer est avant tout formaté à masquer la réalité. Pendant ce temps, les personnels de l’enseignement public font face, comme ils peuvent …

La vague de fermetures et de licenciements arrive en même temps que la seconde attaque de la pandémie. Les centaines de suppressions d’emplois à Béthune (Bridgestone) illustrent parfaitement ce qui arrive quand on commence par faire l’union sacrée pour « une bonne solution » : le capital se moque des unions sacrées régionales ou nationales.

Tout en « confinant » la vie sociale et familiale, mais pas les entreprises, ce pouvoir prend des mesures visant, dans la durée, à restreindre les libertés fondamentales. Macron est ici le cousin des Trump et des Orban : il veut interdire de filmer les policiers et il veut menacer de trois ans de prison les étudiants qui occuperaient un local universitaire !

Dans le quotidien le plus immédiat, tombent les amendes de 135 euros au motif « sanitaire » ubuesque selon lequel s’aérer à plus d’un kilomètre de chez soi ferait circuler le virus, pendant que la contagion opère en milieux fermés (entreprises, lycées, transports …) ! Cette mesure ridicule et violente est unique en Europe : elle nourrit une colère profonde.

Le monde du petit commerce est réellement au bord et de la crise de nerf et de la faillite et ce ne sont pas les mesures tout aussi ubuesques d’interdiction des ventes de biens « non essentiels » partout qui y change quelque chose. Ce pouvoir s’avère incapable et non désireux d’organiser les choses avec un minima de bon sens : il suffirait d’ouvrir les commerces de proximité avec une jauge sanitaire bien contrôlée, et leur danger serait souvent moindre que dans bien des grands établissements …

Enfin, il faut mettre au compte de cet autoritarisme dangereux pour la santé publique la propagation des thèmes complotistes bien illustrée par le film « Hold-Up », rendez-vous de tous ces courants de droite ou de « gauche » où s’opère, rapidement, leur synthèse en mode Qanon. Quand un gouvernement tente de faire croire qu’une épidémie se propage à cause de mauvais citoyens qui franchissent leur kilomètre réglementaire tout en organisant de facto lui-même la contagion dans les entreprises et établissements scolaires, il ne faut pas s’étonner que ceci nourrisse cela. Ce qui vise à permettre, bien entendu, de traiter de « complotistes » les nécessaires critiques démocratiques.

C’est bien le régime de l’arbitraire : pire que la V° République « habituelle », nous avons la V° République des « conseils de défense » qui parlent d’en haut au bon peuple pour le sermonner tout en couvrant leur gabegie. Ces « conseils de défense », institution ad hoc et hors norme, font vivre au pays un article 16 permanent et erratique.

Dans cette situation, ce qui serait nécessaire est une mobilisation unie, contre ce président et ce gouvernement, pour dire tout de suite Stop :

  • Stop à l’asphyxie de l’Hôpital public : réquisition des moyens en urgence !

  • Stop à la contamination organisée contre la jeunesse et les personnels de l’école publique : moyens en urgence pour dédoubler toutes les classes à tous les niveaux !

  • Stop aux licenciements : réquisition de Bridgestone, suspension immédiate de tous les plans « sociaux » !

  • Stop à l’arbitraire : abrogation des lois liberticides, droit à la santé, au logement, aux papiers immédiats pour tous les migrants, mesures anti-épidémiques visant les lieux confinés et pas les déplacements dans la journée.

Nul doute qu’un appel commun des syndicats, organisations démocratiques … en ce sens, aurait présentement une grande puissance, pour passer à l’action.

Ils ne le font pas, et à la place s’installe le « débat sur les présidentielles », qui sont dans plus d’un an et demi, relancé par l’annonce de la candidature de J.L. Mélenchon. Faut-il être pour, faut-il être contre ? Ni l’un, ni l’autre, bien au contraire ! Cette candidature annoncée aujourd’hui porte un message : celui de l’incapacité totaledes forces issues de « la gauche » (ou qui prétendaient l’avoir dépassée et liquéfiée, comme l’avait affirmé J.L. Mélenchon …) à battre aussi bien un Macron qu’une Le Pen dans le cadre des élections présidentielles de la V° République.

Un peu plus tôt, un peu plus tard, le sentiment pour ceux d’en bas de l’absurdité de ce dispositif politique se conjuguera à l’urgence immédiate de dire Stop à la politique délétère et destructrice de ce pouvoir.

C’est le moment que nous préparons. C’est pour cela que nous disons aux camarades qui voudraient imposer, maintenant, l’unité aux présidentielles sur un « bon programme » que le bon programme, nous l’avons tous, ce sont les « Stop » énoncés ci-dessus. Il suffit d’écouter, et ainsi le combat pour l’unité aux présidentielles peut et doit se résoudre dans le combat pour l’unité contre les présidentielles, contre ce régime, contre Macron.

Dehors Macron, A bas la V° République : voila la voie du débouché.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Journal — International
« Ils ne nous effaceront pas » : le combat des Afghanes
Être une femme en Afghanistan, c’est endurer une oppression systématique et brutale, encore plus depuis le retour au pouvoir des talibans qui, en un an, ont anéanti les droits des femmes et des fillettes. Quatre Afghanes racontent à Mediapart, face caméra, leur combat pour ne pas être effacées. Un documentaire inédit.
par Mortaza Behboudi et Rachida El Azzouzi
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat