Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 déc. 2021

Le Nanterre des nervis Lambony: violence, sexisme et homophobie

« T’es une femme, reste à ta place », « Baltringues » ou encore « Tarlouze », les vigiles privés de la fac fliquent, tirent par terre, poussent et insultes les élus étudiants. Alors que les sans fac ont fait une proposition de protocole de sortie de crise !On ne peut pas laisser faire ça ! Les gros bras de la présidence, qui coûtent en plus un pognon de dingue, hors de la fac !

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

UNEF - TACLE : Tendance Action Collective et Luttes Etudiantes

« T’ES UNE FEMME, RESTE À TA PLACE ! » « TARLOUZE » « BALTRINGUE » « TU FAISAIS MOINS LA MALIGNE EN AMPHI » 

LES GROS BRAS DE LA PRÉSIDENCE HORS DE LA FAC ! 

 RENDEZ-VOUS À 13H DEVANT LE BÂT. ZAZZO POUR EXIGER LEUR DÉPART ET DES NÉGOCIATIONS ! 

Hier, des vigiles privés se sont permis d’insulter, de bousculer et d’harceler des élus étudiants, en allant jusqu’à les suivre dans leurs partiels ! C’est un scandale qu’ils agissent en toute impunité sur la fac ! C’est ça, une présidence de gauche qui se réclame du dialogue ?

Nous avons fait une proposition de protocole de fin d’occupation : M. Gervais-Lambony doit accepter de négocier et d’inscrire !

Empêchons ces méthodes de milices et exigeons des négociations : rendez-vous demain à 13h devant le bâtiment Zazzo !

Voir ici appel Ayoub, militant UNEF

Voir ici appel AG sans facs à la solidarité contre les nervis Lambony, pour la négociation

En complément tous les jours la rubrique Jeunesse/Education de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal
Ukraine, la guerre sans fin ?
La guerre déclenchée aux portes de l’Europe par l’invasion russe en Ukraine s'éternise. Va-t-on vers une guerre sans fin ? Et aussi : enquête sur le président Volodymyr Zelensky, la voix de l’Ukraine dans le monde.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana