Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10369 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 juil. 2021

Haïti: La veuve du président raconte les détails de la scène du crime

Martine Moïse, veuve du président assassiné le 7 Juillet, a parlé pour la première fois depuis l'hôpital où elle est admise aux États-Unis, de ce qui s'est passé le jour de la mort de son mari et au cours duquel elle a failli mourir elle aussi. Elle est depuis arrivée en HaitI.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source: Semana (Colombie) -Traduction Deepl.com

Dans une interview exclusive avec SEMANA, à laquelle ont assisté des sources judiciaires de Port-au-Prince et des membres du FBI qui enquêtent sur l'assassinat, Martine a raconté qu'elle était couchée avec son mari dans la maison présidentielle et que, soudain, ils ont entendu de forts coups de feu auxquels Jovenel Moïse, président d'Haïti, a répondu "chérie, nous sommes morts", c'est ainsi que commence l'histoire de la veuve et première dame du pays des Caraïbes.  

Il est une heure du matin, le 7 juillet, lorsqu'un groupe de mercenaires fait irruption dans la résidence présidentielle. Elle n'a eu d'autre choix que de courir, d'attraper ses deux enfants, de les porter jusqu'à la salle de bains et de leur ordonner de prendre une douche. Elle se doutait que rien de bon ne se passait. 

Il leur a demandé, sa voix craquant de nervosité, de se camoufler là-dedans, de fermer le rideau et de tirer la porte à fond. Les mercenaires, quant à eux, avançaient à la recherche de leur cible : le chef de l'île. Sa maison était devenue l'épicentre d'une tragédie qui allait bouleverser le monde. 

Martine est retournée dans la chambre où son mari l'attendait, a-t-elle dit aux agents du FBI. Au milieu des balles, ils ont décidé de se cacher sous le lit, le visage appuyé contre le sol. Ils voulaient échapper aux tueurs, mais leur taille ne jouait pas en leur faveur. Leurs pieds étaient exposés. 

Les assassins ont forcé l'entrée de la salle présidentielle. Selon sa déclaration, il a toujours entendu les mercenaires parler uniquement espagnol. Elle a dit que pendant qu'ils les attaquaient, ils communiquaient par téléphone avec quelqu'un qui donnait les ordres. 

Elle a été la première à être abattue. Ils ont essayé de la faire sortir de l'endroit où elle se cachait, mais la moitié de son corps était toujours sous le lit. Elle a même réussi à dire au président qu'elle était vivante. Les assassins ont cherché le président de l'autre côté du lit. Ils l'ont sorti, l'ont retourné et, selon son récit, ont commencé à le décrire : "Grand, mince, la peau foncée", ont-ils dit. Elle a entendu un autre homme à l'autre bout du fil donner l'ordre de l'exécuter lorsqu'il a confirmé qu'il s'agissait du président. Ce qui suit dans le récit de la femme est terrifiant. 

Martine a assuré aux enquêteurs américains qu'elle avait "vu le président mourir à côté d'elle", après qu'il ait été abattu de nombreuses fois à l'arme automatique. Les mercenaires étaient vicieux et agissaient avec beaucoup de haine. Ils voulaient être sûrs que leurs victimes ne pourraient pas être sauvées. 

Ils sont retournés de l'autre côté du lit et ont forcé la femme à sortir. L'un d'entre eux s'est mis sur ses jambes (c'est ainsi qu'il a su qu'ils portaient des bottes), et a braqué une torche dans ses yeux. Il voulait confirmer qu'elle était morte. La première dame n'a pas bougé ni cillé, car elle savait que si elle le faisait, ils l'achèveraient. 

Lorsque les tirs ont cessé, les mercenaires ont fouillé les tiroirs de la table de nuit et le bureau de la pièce, qui était souvent utilisée comme bureau présidentiel. Martine, dit-elle, n'écoutait que lorsqu'ils disaient "Oui, c'est ça, c'est ça". Elle a affirmé que les mercenaires avaient trouvé ce qu'ils cherchaient près du corps sans vie du président. Aujourd'hui, elle n'a aucun doute sur le fait qu'ils ont pris des documents importants. 

Lorsque les assassins ont cru que le couple présidentiel était mort, ils sont restés dans la maison pendant cinq à dix minutes, tout en parlant continuellement. Puis ils sont passés dans les autres pièces, où ils ont également ouvert des portes et des tiroirs. 

Bien que blessée, et alors que son mari est mort à quelques centimètres, dès qu'elle se rend compte que les voix des mercenaires se font déjà entendre dans le jardin, elle attrape le téléphone, appelle les services secrets et descend chercher le jardinier et la femme de chambre. Il les a trouvés attachés. 

Il a ensuite appris que les assaillants avaient pris les passeports diplomatiques, mais que le personnel avait été épargné. Elle était soulagée de savoir que ses enfants étaient en vie. Les minutes semblaient s'éterniser. Bien que son équipe de sécurité ait été alertée, elle n'a pas réussi à se rendre sur place rapidement, car les mercenaires bloquaient la route, à un kilomètre de la résidence.

Lorsqu'ils sont entrés, ils l'ont trouvée pleine de sang, avec plusieurs blessures, et l'ont emmenée d'urgence à l'hôpital, dans un climat de grande inquiétude pour sa sécurité et celle des enfants. On lui a fait couvrir son visage pour protéger son identité et aussi pour empêcher la propagation du covid-19. La première dame a déclaré aux agents du FBI que son mari, le président, savait qu'ils voulaient le tuer, mais qu'il s'attendait à ce que l'attentat soit perpétré dès qu'il aurait quitté ses fonctions. 

Elle a également donné des indices selon lesquels des personnes "ayant beaucoup de pouvoir" pourraient être derrière l'assassinat, d'autant plus que le président n'allait pas renouveler de nombreux contrats coûteux qui ne profitaient qu'à des personnes puissantes. 

La première dame a fait savoir aux enquêteurs qu'après le crime, elle n'a parlé qu'au premier ministre et au conseiller du président, ainsi qu'à l'un des amis les plus proches du président. Au contraire, elle a fait valoir qu'elle ne fait pas confiance au directeur de la police et n'a donc pas communiqué avec lui. Enfin, elle a déclaré que l'argent utilisé pour payer l'assassinat avait un lien avec les États-Unis, puisque, selon elle, une telle somme d'argent pour financer le crime n'entre ou ne sort d'Haïti que si elle a transité par les États-Unis. 

Pour l'instant, la première dame Martine Moïse se remet miraculeusement de ses blessures à l'hôpital Jackson Memorial de Miami. Aujourd'hui, elle est le principal témoin contre les mercenaires qui ont perpétré l'assassinat et a déjà fourni des indices importants sur les commanditaires de l'assassinat de son mari. 

En complément sur Haiti et bien au delà, tous les jours la rubrique Amérique Latine et Caraïbes de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal
Des traitements à prix forts, pour des efficacités disparates
L’exécutif a dépensé autour de 100 millions d’euros pour les anticorps monoclonaux du laboratoire Lilly, non utilisables depuis l’émergence du variant Delta. Il s’est aussi rué sur le Molnupiravir de MSD, malgré un rapport bénéfices-risques controversé. En revanche, les nouveaux remèdes d’AstraZeneca et de Pfizer sont très attendus.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.