Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 juil. 2021

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Inde: "si le gouvernement ne recule pas, il aura la guerre"

Rakesh Tikait, le leader paysan le plus connu s'est exprimé ainsi et il a précisé "jusqu'à présent nous avons été pacifiques parce que c'est dans notre nature, mais le gouvernement ne nous écoute pas, alors si pour se faire entendre, il faut la révolution, nous n'hésiterons pas".

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par Jacques Chastaing

Rakesh Tikait, le leader paysan le plus connu s'est exprimé ainsi et il a précisé "jusqu'à présent nous avons été pacifiques parce que c'est dans notre nature, mais le gouvernement ne nous écoute pas, alors si pour se faire entendre, il faut la révolution, nous n'hésiterons pas".

Le SKM, la coordination paysanne, a souligné qu'à partir du 22 juillet et jusqu'au 13 août, dates de la session parlementaire de la Mousson, les représentants paysans de 22 Etats du pays viendraient soumettre le Parlement à Delhi à la surveillance quotidienne du "fouet populaire" selon leur expression avec en plus deux manifestations de femmes sur le Parlement les 26 juillet et 9 août, dont, pour la seconde date, la participation de représentants des Etats de l'Est du pays et leurs tribus indigènes. En même temps, les ouvriers de la sidérurgie publique en lutte contre leur privatisation ont annoncé qu'ils manifesteraient à Delhi en coordination avec les paysans durant deux jours, les 5 et 6 août.

Plus on se rapproche du 22 juillet, plus le climat social devient électrique dans le pays (à Delhi, les autorités ont décidé de fermer 7 stations de métro à proximité du Parlement et de verrouiller le secteur dés le 19 juillet, au cas où...) en particulier dans les trois Etats où le mouvement paysan est le plus fort, en Haryana, au Pendjab et dans l'ouest de l'Uttar Pradesh et où il impose sa politique de "bannissement social" interdisant toute activité politique aux dirigeants du BJP, en particulier à Chandigahr, la capitale commune à l'Haryana et au Pendjab, l'épicentre du mouvement paysan.

Il ne s'y passe quasiment pas une semaine voire parfois un jour ces derniers temps sans qu'il y ait des affrontements importants entre paysans et policiers. Ainsi le 18 juillet des paysans étaient arrêtés à Chandigahr lors d'une manifestation pour exiger la libération de paysans arrêtés le 17 juillet parce qu'ils avaient attaqué des dirigeants du BJP mettant à mal leurs véhicules, ce qui avait donné lieu à des affrontements ce jour-là avec la police, et cela un peu plus de 15 jours à peine après des affrontements du même genre toujours à Chandigahr mais aussi dans différentes villes d'Haryana où les paysans avaient enfoncé les barrages de police. Les paysans avertissent aujourd'hui la police, que s'ils ne relâchent pas immédiatement les paysans arrêtés, ils allaient le payer cher. Le 17 juillet, de leur côté, les agents médico-sociaux ruraux, proches des paysans, les Anganwadi, commençaient à Chandigahr le siège de la demeure du président du Parlement du Pendjab.

Des affrontements ont également lieu le 17 juillet à Sirsa en Haryana pour exiger la libération de paysans emprisonnés - dont un enfant de 13 ans - pour des affrontements qui ont eu lieu le 15 juillet dans cette ville. Depuis les paysans font le siège du commissariat avertissant que si les paysans n'étaient pas libérés le 18 juillet à midi, ça se passerait mal pour les policiers. En même temps, les 17 et 18 juillet les agents de nettoyage de 20 districts d'Haryana encerclaient toujours à Sirsa la demeure du 1er ministre (ministre chef) pour exiger de meilleures protections face au covid.

Le 18 juillet toujours, les manifestations reprenaient à Rohpak en Haryana, après déjà les 13 et 14 juillet, où la demeure d'un ancien ministre BJP était encerclée contre des propos misogynes et des gestes obscènes à l'encontre des femmes. Le 14 juillet, c'étaient des manifestations à Rajpar en Gujarat, etc, etc...

C'est un bras de fer entre le mouvement paysan et le gouvernent qui va prendre une dimension nationale à partir du 22 juillet.

PHOTOS

Mahapanchayat à Sirsa pour exiger la libération de paysans arrêtés - dont un enfant de 13 ans - lors de la manifestation contre le président de l'Assemblée des députés de l'Haryana au titre d'une loi coloniale contre la sédition qui date de l'occupation britannique ; une des nombreuses manifestations contre la hausse des prix à Raiganj dans le Bengale occidental ; important Mahapanchayat à Padampur dans le Rajasthan

les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation! 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique(s)
En Centrafrique, le groupe Wagner étend son emprise sur le secteur du diamant
Des individus liés à la société militaire privée russe ont créé un bureau d’export de diamants en 2019. Officiellement, son volume d’activité est très modeste. Officieusement, plusieurs acteurs du secteur décrivent un système de prédation qui s’étend.
par Justine Brabant et European Investigative Collaborations (EIC)
Journal
Violences conjugales : l’Assemblée vote la création de juridictions spéciales
Les députés ont adopté une proposition de loi créant des pôles spécialisés au sein des tribunaux pour juger les violences intrafamiliales. Une proposition du groupe LR, soutenue par toutes les oppositions… et farouchement combattue par Éric Dupond-Moretti.
par Ilyes Ramdani
Journal
Le retour de Dominique Voynet fait débat chez les écologistes
L’ancienne ministre de l’environnement a été élue secrétaire régionale des Verts en Franche-Comté. Des militantes féministes la contestent à cause de son témoignage de soutien à Denis Baupin, lors du procès en diffamation qu’il avait intenté. Elle s’en dit aujourd’hui « désolée ».
par Mathieu Dejean
Journal
La campagne pour la présidence de LR achève la radicalisation de la droite
Les 90 000 adhérents revendiqués du parti Les Républicains (LR) doivent désigner, à partir du 3 décembre, leur nouveau président. Les semaines de campagne interne ont montré le rétrécissement idéologique d’un mouvement en lutte pour sa survie.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Les inégalités ethno-raciales à l'école (13/15)
Si la classe est le facteur déterminant des inégalités scolaires, des processus ethno-raciaux sont également à l'œuvre. Ce billet présente les principaux mécanismes discriminatoires qui traversent l’école, quand ce n’est pas elle qui les coproduit, afin de mieux comprendre la fragilisation des trajectoires scolaires et sociales des enfants racisés, qu’ils soient français ou immigrés.
par Marcuss
Billet de blog
Le socle commun au collège... Où en est-on ?
A-t-on réussi à créer ce « commun » dans les collèges ? Comment ce socle pourrait-il évoluer ? Pourrait-il être étendu ?
par Guillaume Co
Billet d’édition
L’indice de position sociale, révélateur de la ségrégation scolaire
À la suite d'une décision de justice, le ministère de l’Éducation nationale a publié les indices de position sociale de chaque école et collège (public + privé sous contrat). Le Comité National d’Action Laïque analyse la situation dans une note en ligne.
par Charles Conte
Billet de blog
Expérimenter, oui mais pour quoi faire et pour qui ?
A partir d’un cadre national qui garantit l’unité du système éducatif, il est toujours utile de libérer et d’encourager les initiatives locales si cela favorise la réussite de tous les élèves.
par Delahaye JP