Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 août 2021

Contre Talibans et autres responsables: solidarité avec les peuples d'Afghanistan !

Les pays qui se sont livrés à la guerre et au pillage de l'Afghanistan portent une énorme responsabilité dans le drame que vit sa population depuis plusieurs décennies. C'est évidemment le cas des États-Unis, à l'initiative de la guerre en 2001, mais aussi de la France, qui a occupé le pays jusqu'en 2014.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source: A & R

Après vingt ans de guerre menée par l'OTAN, les Talibans ont fini par reprendre le contrôle de la capitale afghane, Kaboul. Les dirigeants des grandes puissances s'émeuvent des scènes de panique à l'aéroport et du sort qui est désormais réservé à ceux et celles qui sont les cibles de ce groupe politique réactionnaire et criminel.

Un groupe qui n'a jamais cessé de contrôler des territoires du pays, qui négocie depuis de longs mois, et même des années, avec les forces d'occupation et qui bénéficie toujours de soutiens financiers étrangers, notamment via le Qatar et le Pakistan, deux alliés majeurs des grandes puissances occidentales. Un groupe qui a su profiter de l'absence de l'État afghan pour imposer et faire accepter son pouvoir dans des localités entières, et dont les forces militaires se sont montrées bien plus efficaces que l'armée régulière, reléguée au rang de simple auxiliaire des puissances d'occupation.

Les pays qui se sont livrés à la guerre et au pillage de l'Afghanistan portent une énorme responsabilité dans le drame que vit sa population depuis plusieurs décennies. C'est évidemment le cas des États-Unis, à l'initiative de la guerre en 2001, mais aussi de la France, qui a occupé le pays jusqu'en 2014.

Dans les années 1980, l'Afghanistan avait été l'un des derniers théâtres de la Guerre froide, l'armée soviétique affrontant des groupes politico-religieux activement soutenus par le « bloc de l'Ouest ». Après le retrait de l'URSS, le gouvernement pro-soviétique s'était effondré et le pays avait été livré aux affrontements entre seigneurs de guerre, pouvoirs claniques et trafiquants en tous genres.

En 2001, la coalition prétendait s'appuyer sur certaines d'entre elles, notamment l'Alliance du Nord de feu le commandant Massoud, pour prendre le contrôle du pays. Mais cette faction n'était pas plus acceptée, ni acceptable, par les peuples d'Afghanistan. Au pouvoir au début des années 1990 à Kaboul, Massoud et ses alliés s'étaient eux aussi adonnés à la répression, aux massacres et à l'imposition de lois rétrogrades pour les femmes ou les minorités religieuses et nationales.

Lundi 16 août, Emmanuel Macron a annoncé que la France accueillerait au moins les réfugiés qui avaient travaillé avec elle durant la période d'occupation, et qui sont particulièrement menacés par les Talibans. Il était temps, alors que déjà plusieurs d'entre eux ont été déboutés du droit d'asile ces dernières années ! Mais qu'en est-il des autres réfugiés, que la police n'hésite pas à harceler et à brutaliser, tandis que les préfets se moquent de leur sort ? Pour la grande majorité de ceux et celles qui fuient et fuiront l'Afghanistan, Macron annonce que la France va collaborer avec les pays voisins : « le Pakistan, la Turquie ou l'Iran ». Trois pays qui sont loin d'être des modèles de démocratie, de respect des droits humains et notamment des droits des femmes, et qui directement ou indirectement ont déjà collaboré avec les Talibans ou leurs alliés...

Loin de tout retour critique, Macron a de nouveau justifié la politique guerrière de la France. Alors que du Moyen-Orient au Sahel, les interventions militaires impérialistes ne font que renforcer le chaos et créer de nouveaux drames, il laisse ainsi la porte ouverte à des offensives futures, lorsque les dirigeants impérialistes jugeront de nouveau opportun d'envoyer leur armée défendre les intérêts de leurs entreprises.

La solidarité entre les opprimés et les exploités n'a pas de frontières ! Nous exigeons :

- la liberté de circulation et d'installation de toutes et tous, notamment l'accueil systématique et dans des conditions dignes des réfugiés fuyant la guerre et la misère créées par l'impérialisme français ;

- le retrait total de l'armée française de tous les pays dans lesquels elle se trouve.

En complément tous les jours la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation! 

Partager

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
par carlita vallhintes
Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre
Billet de blog
Cornichon
Si mal jugé.
par C’est Nabum