Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 janv. 2022

Comme dans l'éducation, préparons partout la grève contre le gouvernement !

Nous n'en pouvons plus de subir, de voir des politiciens et politiciennes déverser leur racisme et leurs idées réactionnaires, d’être sommés d’attendre des échéances électorales pour voir émerger un nouveau gouvernement qui nous attaquera comme les précédents. Pour défendre nos intérêts, ne comptons que sur nos propres forces, sur nos luttes. Construisons une grève générale !

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source: A&R

Après la santé le 11 janvier, l’Éducation nationale a été très mobilisée jeudi 13 janvier. La grève a été massive : plus de 75 % dans les écoles maternelles et primaires, plus de 60 % dans les collèges et les lycées, plus de 80 % pour les surveillants et surveillantes… Les personnels de l’éducation ont exprimé leur ras-le bol face à la situation sanitaire, au mépris du ministre Blanquer qui change de protocole comme de chemise et ne les en avertit qu’au dernier moment, par voie de presse. Mais cette colère est plus profonde : comme l’ensemble des services publics, l’éducation subit l’austérité budgétaire depuis des décennies. Comme l’ensemble du monde du travail, les personnels d’éducation subissent les suppressions de postes, synonymes de surcharge de travail, et la stagnation des salaires, c’est-à-dire la baisse du niveau de vie puisque les prix, eux, augmentent.

Le gouvernement joue la provocation

Après cette grève très suivie, et parfois même entamée plusieurs jours avant ou reconduite par la suite, le gouvernement a dû faire des concessions. Pour remplacer les personnels absents, l’Éducation nationale va recruter 3300 professeurs contractuels et 1500 assistants et assistantes d’éducation. Mais cette réponse est loin d’être satisfaisante : elle est même insultante.

D’abord, ces recrutements sont loin de compenser les près de 8000 postes supprimés par Blanquer ! L’année prochaine, encore, le nombre d’enseignants et d’enseignantes sera en baisse, puisque moins de postes sont ouverts aux prochains concours de recrutement de l’Éducation.

Surtout, tous ces contrats sont à durée déterminée. Ils iront au mieux jusqu’en juillet et ne répondront donc pas du tout à la nécessité de recruter massivement pour alléger durablement les effectifs des classes.

Enfin, de nombreux postes existent mais ne sont pas pourvus, faute de candidatures. C’est par exemple le cas des infirmiers et infirmières scolaires, dont l’absence a des conséquences dramatiques. L’Éducation ne parvient pas à recruter, tant les salaires y sont bas.

Après une grève historique dans l’éducation : construisons une grève historique dans l'ensemble du monde du travail !

Les médias ont parlé de « grève historique » à propos du 13 janvier. Mais évidemment, personne ne pouvait croire que cette seule journée suffirait à faire plier le gouvernement. C’est pourquoi les mobilisations vont se poursuivre, et se poursuivent déjà cette semaine, dans les écoles et établissements scolaires.

Mais ce n’est certainement pas non plus un secteur qui parviendra à gagner tout seul. Les revendications du monde éducatif ne sont en rien différentes de celles du reste du monde du travail : de vraies protections face à l’épidémie, stopper les suppressions d’emplois, augmenter les salaires…

C’est justement sur ces questions que les principales organisations syndicales appellent les travailleurs et les travailleuses à faire grève jeudi 27 janvier, dans le public comme dans le privé. En s’inscrivant dans la continuité du mouvement de l’éducation et des grèves dans la santé, cette journée peut être une étape dans la construction du rapport de forces avec le gouvernement et le patronat. Elle ne devra évidemment pas être un aboutissement, mais plutôt une occasion de faire converger les colères et les revendications de toute la classe laborieuse.
Nombre d’entre nous n’en peuvent plus de subir les attaques, de voir des politiciens et politiciennes déverser leur racisme et leurs idées réactionnaires, d’être sommés d’attendre des échéances électorales pour voir émerger un nouveau gouvernement qui nous attaquera comme les précédents. Pour défendre nos intérêts, ne comptons que sur nos propres forces, sur nos luttes. Construisons une grève générale !

En complément tous les jours la rubrique Jeunesse/Education de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Quarante-quatre morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figureraient quinze enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. Une trêve entre les deux parties serait entrée en vigueur dimanche soir.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal — Amériques
En Colombie, Francia Márquez, première afro-descendante à la vice-présidence, suscite l’espoir
Francia Márquez entre en fonctions aux côtés du nouveau président Gustavo Petro dimanche 7 août. Cette femme noire et activiste écoféministe a promis d’« éradiquer le patriarcat » en Colombie et de lutter contre les discriminations, mais les écueils seront nombreux.
par Sophie Boutboul

La sélection du Club

Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre