Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 févr. 2021

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Pakistan: la poussée populaire bouscule le crétinisme parlementaire de l'opposition

Il y a deux jours, l'opposition parlementaire a annoncé qu'elle renonçait aux rassemblements des 23 et 28 pour ne se consacrer qu'aux élections.... et qu'elle préparerait la marche seulement après le 3 mars. Mais c'était sans compter sur la mobilisation populaire...

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Jacques Chastaing

L'opposition unifiée (PDM) au pouvoir militaro-islamiste de 11 partis a conduit en octobre, novembre et décembre 2020 d'immenses rassemblements populaires à caractère historique - jamais le Pakistan n'avait connu des rassemblements d'une telle ampleur - pour dégager le gouvernement en place. Elle lui a donné un ultimatum : s'il ne quittait pas le pouvoir avant le 31 janvier, elle irait le chercher dans ses palais de la capitale, Islamabad par une marche géante issue de tout le pays débouchant sur la capitale le 26 mars. La première étape de cette marche a été Hyderabad le 9 février qui a été un immense succès.

En même temps, une succession ininterrompue de grèves et manifestation de salariés de tous les secteurs traverse le pays, avec des marches régulières sur la capitale, ouvriers des aciéries, enseignants, personnels de santé, étudiants, fonctionnaires s'affrontant régulièrement avec la police et devant déboucher sur une grève générale fin mars. Par ailleurs les paysans qui ont commencé à manifester ces derniers jours ont également menacé le pouvoir d'une marche sur Islamabad fin mars.

Mais il y avait des élections, partielles le 19 février et sénatoriales le 3 mars !

Dans un premier temps l'opposition unifiée (PDM) avait déclaré qu'elle boycotterait ces élections pour ne se consacrer qu'à la marche. Puis que finalement elle participerait aux élections mais maintiendrait la marche par une série de rassemblements de masse, notamment les 9, 23 et 28 février. Puis il y a deux jours, elle a annoncé qu'elle renonçait aux rassemblements des 23 et 28 pour ne se consacrer qu'aux élections.... et qu'elle préparerait la marche seulement après le 3 mars.

Et comme le dirigeant de l'armée qui soutient l'actuel gouvernement a fait savoir il y a deux jours qu'il était prêt à soutenir l'opposition (c'est-à-dire gouverner avec elle) si elle gagnait les élections, on sent beaucoup d'intérêt pour cette proposition dans l'opposition unie !

Mais c'était sans compter sur la mobilisation populaire.

A deux meetings électoraux pour les élections partielles du 19 février, à Wazirabad le 15 février puis à Nowshera le 18 février, la foule était immense, tellement importante que les meetings se sont transformés en manifestation de masse et qu'une des représentantes les plus populaires de l'opposition unifiée, Maryam Nawaz s'est sentie obligée de dire sous la pression et les applaudissements qu'elle n'était pas là pour le vote (!) mais pour mener à bien la marche sur Islamabad. Bref, les meetings électoraux se sont transformés en étape de cette marche par la volonté populaire

PHOTOS : LES RASSEMBLEMENTS DE NOWSHERA ET WAZIRABAD

En complément tous les jours la rubrique Asie/Océanie de la nouvelle Revue de Presse Emancipation!

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez