Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10573 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 mars 2021

Inde: le soulèvement paysan devient général et change la figure du pays -J. Chastaing

Il transforme les élections en referendum anti modi et pro-soulèvement. Il organise des mariages sans prêtre ni frais . Il ouvre ses écoles révolutionnaires dans les bidonvilles et donne à manger aux enfants. Il défend les services publics avec les employés des assurances et des banques en grève leur privatisation. Il prépare la greve générale avec tous les secteurs.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors que des élections régionales ont lieu en mars et avril pour renouveler les parlements et gouvernements de 5 Etats dans le pays (Bengale Occidental, Assam, Tamil Nadu, Kerala et Pondichery) et comme les paysans ont appelé dans ces Etats à un seul but, battre Modi et ses alliés, tous les partis de ces Etats - y compris des anciens alliés de Modi - se précipitent dans les meetings paysans pour bien faire comprendre qu'ils sont de leur coté, contre les lois anti-paysannes et qu'on ne peut en aucune manière les considérer comme des amis de Modi, malgré parfois leur passé. Ainsi, la rue dicte sa loi aux élections, tout le contraire de ce qui se passait jusque là, où on considérait les élections comme le débouché politique des mouvements sociaux. Là, le soulèvement - et donc le renversement de Modi - devient le débouché politique des élections.

Dans le village de Rewa, le soulèvement paysan prenant à son compte l'autorité civile a organisé un des premiers mariages "révolutionnaire" entre Sachin Singh de Bihara et Asma Singh de Chhirhata où les mariés ont simplement prêté serment sur la constitution sans prêtres ni aucun frais.

Les militants des campements paysans autour de Delhi ont ouvert des écoles dans les campements pour leur propres enfants mais aussi pour les enfants des bidonvilles avoisinants et sont aussi allés avec des "tracteurs-écoles" enseigner dans le bidonvilles eux-mêmes.

Par ailleurs les 3 marches ouvriers-paysans partant le 18 mars devant arriver à Delhi le 23 mars sont parties dans le but de préparer la grève générale du 26 mars.

Enfin aujourd'hui avait lieu le second jour de grève des salariés des compagnies d'assurances publiques contre leur privatisation, une grève très suivie avec 1 140 000 grévistes tandis que les fédérations syndicales des banques appellent à donner une suite à la grève massive des 15 et 16 mars avec 1 000 000 de grévistes en appelant à rejoindre le grève générale ouvriers paysans du 26 mars et en continuant le 31 mars, cette fois-ci toutes les banques, publiques et privées.

Le soulèvement paysan est en train de se transformer en soulèvement général et en marche vers la révolution.

PHOTOS

Mahapanchayat paysans, ouvriers agricoles et ouvriers à Patna dans l'Etat du Bihar, un des premiers dans cet Etat dirigé par le BJP, après une manifestation devant le Parlement de l'Etat ; des tribus d'Adivasis d'une vingtaine de villages de l'Etat d'Odisha sont en lutte depuis janvier contre la destruction des sols, la pollution des eaux et terres agricoles par les poussières d'une mine de charbon. Les tribus bloquent la circulation des camions transportant le charbon. La police tente de stopper le mouvement en arrêtant les enfants des tribus dans les écoles ! ; une des quatre marches unissant paysans et ouvriers et partie le 18.03 de Hansi (ville phare de la 1ere révolution d'indépendance de 1857) dans l'Haryana pour rejoindre Delhi le 23 et y fêter le révolutionnaire Baghat Singh afin de rassembler tout au long de son avancée ouvriers et paysans pour mieux préparer la grève générale du 26 mars ; photo d'un des premiers mariages organisé par le soulèvement paysan entre Sachin Singh de Bihara et Asma Singh de Chhirhata dans le village de Rewa où les mariés ont simplement prêté serment sur la constitution sans prêtres ni frais supplémentaires ; neuf photos des écoles ouvertes par le soulèvement paysan dans les bidonvilles tout en leur donnant à manger (et des bonbons) ; au départ à Kashinagar de la deuxième marche ouvriers-paysans devant rejoindre Delhi le 23 mars ; démarrage de la 3e marche paysans et ouvriers au départ de Jindh devant arriver à Delhi le 23 mars

Ici 10 photos de plus

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la nouvelle Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Au sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ». Reportage.
par Nejma Brahim
Journal
Covid-19 : lever les brevets, une solution mondiale ?
Vaccination générale, nouveaux médicaments contre le Covid-19 : les profits des laboratoires pharmaceutiques explosent. Est-il envisageable qu’ils lèvent un jour leurs brevets ? On en parle avec nos invités Isabelle Defourny, de MSF, Jérôme Martin, cofondateur de l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament, et Rozenn Le Saint, journaliste santé à Mediapart.
par à l’air libre
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Gauche(s)
Les partis de gauche opposés à la Primaire populaire durcissent le ton
Alors que le vote d’investiture de la Primaire populaire, qui compte déjà 288 000 inscrits, a lieu entre le 27 et le 30 janvier, les coups pleuvent sur cette initiative citoyenne. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report