La France ne se "droitise" pas, mais ses medias et politiciens, si !

Les idées de partage des richesses, de contrôle de l'économie voire de renversement de la classe bourgeoise sont loin d'être marginales. Souvenons-en plutôt que d'encourager par notre pessimisme la prophétie autoréalisatrice de droitisation du monde que notre classe dominante et sa fraction d'extrême-droite tentent d'imposer.

Source: Luttes Invisibles

Du côté des journalistes de droite comme des spécialistes des indignations et des tribunes "de gauche", on trouve une analyse commune : la France se droitise, les discours "sécuritaires" fleurissent, le fascisme nous guette, etc. Nous-mêmes parfois, nous sommes à deux doigts de nous laisser aller aux lamentations. Après tout, sur les réseaux sociaux, n'est-on pas envahis de séquences scandaleuses de la chaîne CNews, en passe de détrôner BFM TV ? N'a-t-on pas été embarqué dans une semaine de "polémiques" sur une tribune de militaires à la retraite appelant à un putsch et un grand nettoyage des banlieues ?

Sauf que cette réalité-là est largement construite : nous vous avions raconté comment le sondage donnant un soutien massif des Français aux officiers putschistes avait été monté de toute pièce (https://www.frustrationmagazine.fr/sondages-militaires/), on pourrait aussi rappeler que l'ensemble des sondages sur la présidentielles de 2022 sont commentés sans jamais rappeler qu'environ 40 à 50% des sondés disent ne pas savoir pour qui ils vont voter (donc les commentateurs vont un peu vite en besogne en désignant Marine Le Pen présidente par anticipation).

Bref, le débat public penche à droite parce que la bourgeoisie possède l'ensemble de nos grands médias et a tout intérêt à alterner polémique sur l'Islam, débat sur la dette-que-nos-enfants-paieront, "décryptage" sur les présidentielles etc.

Pendant ce temps, le journal l'Humanité commande ses propres sondages, méthodologiquement plus rigoureux que ceux de LCI ou CNews (car ils portent sur des mesures et non un choix hypothétique ou un soutien à une obscure tribune) et dont les résultats sont bien plus nettes : ils nous montrent systématiquement une écrasante majorité de sondés favorables à une reprise en main de notre économie par la société, et une limitation très forte du pouvoir de la classe dominante. Les deux sondages ci-dessus datent respectivement de ce mois-ci et de novembre dernier. Forcément, pas de débat BFM TV organisé là-dessus !

Bref, ne confondons pas le débat public - droitisé - et l'opinion publique - potentiellement anticapitaliste. Rappelons-nous que BFM TV et CNews ne font que 5% de part d'audience, que nos semblables ne réfléchissent pas en fonction de ce que Pascal Praud, Raphaël Enthoven ou François Lenglet leur disent. Au contraire, au pays des Gilets Jaunes, on se méfie des grandes gueules en costards.

Malgré notre infériorité médiatique, notre mise à l'écart politique, nos idées de partage des richesses, de contrôle de l'économie voire de renversement de la classe bourgeoise sont loin d'être marginales. Souvenons-en plutôt que d'encourager par notre pessimisme la prophétie autoréalisatrice de droitisation du monde que notre classe dominante et sa fraction d'extrême-droite tentent d'imposer.

En complément tous les jours la rubrique Politique de la Revue de Presse Emancipation!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.