Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 juil. 2021

Le pass sanitaire n’est pas sanitaire. A bas Macron !

Environ 150 000 manifestants hier... les traiter de fascistes en expliquant pompeusement qu’on ne « manifeste pas avec l’extrême-droite », c’est cela qui fait le jeu du fascisme ! Ces milliers et milliers cherchent une voie de combat contre Macron et son régime. Si nos organisations avaient appelé, Macron serait battu, mettant en cause le régime, ouvrant la voie à la démocratie.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source: aplutsoc

Qui est visé par le pass sanitaire interdisant le libre déplacement, soumis à des tests PCR qui vont être rendus payants ? Des obscurantistes ? Des criminels en puissance ? Des « Anti-Vax » ?

Le pourcentage de la population ayant, officiellement, reçu au 17 juillet les deux doses de vaccins en Île-de-France est de 43,3%. Il varie de 55,8% à Paris à 38,9% en Seine-Saint-Denis, 37,6% en Essonne, 37,3% en Seine-et-Marne. Les variations entre communes, entre quartiers, sont bien plus fortes encore. Pire encore, à La Réunion, ce taux est de 30%. 14% à la Martinique. Deux départements où Macron a rétabli le couvre-feu. Le soir même du discours de Macron, les manifestants se rassemblaient devant la préfecture à Fort-de-France. Et les 12-20 ans ne sont majoritairement pas vaccinés …

Soyons clair : le pass sanitaire n’est pas sanitaire. Bloquant les déplacements des populations menacées par la 4° vague, il va aggraver la contagion. S’ajoutant aux tests payants, il va aggraver le non-dépistage. Les quartiers du « 9-3 » et les cités d’outre-mer sont voués, par Macron, à subir « en même temps » la quatrième vague de la pandémie et l’atteinte aux libertés publiques, d’une manière discriminatoire évidente, visant directement le principe d’égalité des citoyens. Ceci n’a rien à voir avec l’obligation vaccinale à l’école, par exemple. Rien à voir. Et il n’y a aucune contradiction, au contraire, à être pour la vaccination, pour l’arrêt de la casse de l’Hôpital public, et contre de telles mesures.

Macron et son régime, menacés par les soulèvements du 18 novembre 2018 et du 5 décembre 2019, puis par l’abstention de masse aux Régionales, sont passés à l’attaque pour se sauver. Premier acte : le pass sanitaire contre l’égalité, contre la vie sociale, mais certainement pas contre l’épidémie qui va flamber. Deuxième acte : la menace de licenciement de milliers d’infirmières et d’aides-soignants au 15 septembre. Troisième acte : la contre-réforme de l’Assurance chômage au 1° octobre. Puis, les retraites. Puis, la présidentielle pour battre le corps social. Mais cela ne se passera pas ainsi …

Le prouve, le début de réaction sociale massive. Environ 150 000 manifestants hier. Et qu’on ne vienne pas nous dire qu’ils étaient là à l’appel de Philippot, Asselineau et Mme Wonner, qui les draguent mais qui ne les entraînent pas. Il n’y a toujours aucune « fascisation de la société ». Ces milliers et milliers n’étaient même pas majoritairement « anti-vaccins ». Ils cherchent une voie de combat contre Macron et son régime. Et les traiter de fascistes en expliquant pompeusement qu’on ne « manifeste pas avec l’extrême-droite », c’est cela qui fait le jeu du fascisme !

Surtout, ceci prouve que si nos organisations avaient appelé, si elles appelaient encore maintenant, alors Macron serait battu. Et même chassé. Avant les présidentielles, mettant en cause le régime, ouvrant la voie à la démocratie.

Martinez et Verrier sont en vacances et ont décidé pour l’heure qu’il ne se passerait rien avant le 30 août, et ils vont éventuellement appeler à une journée d’action en octobre ! Espèrent-ils que d’ici là, les manifestations auront été effectivement récupérées par l’extrême-droite, et que répression et pass sanitaire auront fait leur office ? Qu’on ne nous fasse pas croire en tous cas que c’est ainsi que l’on défendra l’Assurance chômage et le droit à la retraite. Leur défense commence maintenant, contre le dernier petit coup d’État de Macron.

Ce qui se passera à la rentrée dépend de ce qui va se passer maintenant. Chaque étape du dernier coup d’État de Macron, examen de l’extension du pass « sanitaire » par la prétendue Assemblée nationale mardi 20 juillet, saisine du Conseil constitutionnel … doit voir s’étendre et se centraliser le mouvement social. La majorité prolétarienne de ce pays cherche toujours et plus encore à stopper les coups qu’elle prend et pour cela à affronter Macron et son régime. C’est sur cela qu’il faut miser, pour discuter, unir, organiser.

Le 18-07-2021.

En complément tous les jours la rubrique Politique de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis