Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 août 2019

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

La crise britannique est de plus en plus extraordinaire, par Vincent Presumey

Corbyn, vieux réformiste de gauche du XX° siècle balancé en plein XXI°, offre au capitalisme britannique une issue, la moins catastrophique pour lui : un rétropédalage dont les frais seront payés par lui-même et par le Labour party.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

19 Août 2019- Luttes Invisibles

Au fond, Cameron en 2016 avait trouvé le référendum sur le Brexit comme la parade la plus rusée contre l'irruption d'un fait politique nouveau : la reconstitution du Labour party comme parti ouvrier de masse.

Convenons qu'il a bien réussi à mettre celui-ci dans la panade, mais il a aussi tiré une balle dans le pied de la plus vieille bourgeoisie dominante de la planète, plongée depuis dans une merde invraisemblable et s'y enfonçant en se débattant, et produisant une crise constitutionnelle et existentielle du Royaume-Uni et de chacune de ses composantes.

Boris Johnson arrivé au pouvoir s'est mis à foncer dans le mur en klaxonnant, alors que ce que tout le monde voit venir c'est le retour de la question démocratique que l'on avait cru enterrée, de l'unité de l'Irlande, au premier plan, conjointement avec l'éclatement de la Grande-Bretagne.

B. Johnson veut faire le Brexit tout en gardant l'Irlande du Nord et compte pour y parvenir sur son pote Trump. Là, intervient un facteur extérieur puissant : les élus US au Congrès, démocrates et aussi républicains, "amis de l'Irlande", font comprendre qu'il n'y aura pas de majorité au Congrès pour un traité commercial bilatéral Trump/Johnson en cas de refus d'un backstop sur l'Irlande par Johnson (backstop veut dire que la frontière douanière serait entre toute l'île irlandaise et l'île de Grande-Bretagne, autrement dit la réunification irlandaise posée de facto dans le paysage).

A ce stade, le réformiste Jeremy Corbyn abat une carte qui, du point de vue des intérêts bien compris de ce qu'il reste de bourgeoisie britannique, est la carte rationnelle : il propose de prendre le pouvoir temporairement et lance de nouvelles élections, promettant un référendum sur la sortie, non de l'UE, mais du Brexit.

En tant que leader du plus puissant parti ouvrier d'Europe, Jeremy Corbyn aurait pu mener une campagne de masse pour imposer, depuis des mois, des élections générales immédiates en vue d'un gouvernement Labour agissant pour l'urgence sociale et proposant aux pays européens de renégocier tous leurs rapports sur des bases démocratiques. Bon, à la place de cela il propose de faire don de sa personne pour une union nationale temporaire permettant au capitalisme britannique de sortir du merdier inextricable dans lequel il s'est fourré.

Le plus extraordinaire, c'est que dans cette situation hors norme, entre désespoir et opéra bouffe, ces messieurs-dames font la fine bouche ! Les Lib-Dem ne veulent pas de Corbyn et sans doute voudraient-ils un gouvernement faisant encore quelques "cuts" dans les services publics !

L'impérialisme britannique n'avait que deux options aussi catastrophique pour lui l'une que l'autre :
1) un Brexit sans accord poussant à la réunification et au retour des armes en Irlande et à la sécession écossaise voire galloise,
2) un Brexit aux conditions de Paris et Berlin, soit un abandon inavoué de l'Irlande du Nord à moyen terme.

Corbyn, vieux réformiste de gauche du XX° siècle balancé en plein XXI°, offre au capitalisme britannique une issue, la moins catastrophique pour lui : un rétropédalage dont les frais seront payés par lui-même et par le Labour party.
Et ils font la fine bouche !
Cette vieille dame indigne qu'est la plus vieille bourgeoisie du monde ne crois plus aux miracles ... si elle y a jamais cru !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm