Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 nov. 2021

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Formidable victoire historique des paysans indiens

Le gouvernement Modi renonce a ses lois anti paysannes. Un ébranlement du monde

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source: Luttes Invisibles

Après que le premier ministre Modi, ait annoncé le retrait des lois anti-paysannes hier, les paysans ont décidé de continuer leur mouvement jusqu'à ce que le Parlement ait formellement voté l'annulation des lois. Ils exigent également des excuses et des compensations pour les 700 paysans qui sont morts durant presque un an de mobilisation.

Enfin, le SKM (coordination qui anime la lutte paysanne) a déclaré également que la mobilisation des paysans ne vise pas seulement l'abrogation des trois lois noires anti-paysans, mais aussi la garantie de prix garantis satisfaisants pour tous les produits agricoles et pour tous les paysans. Cette demande importante des paysans est toujours en suspens. Il en va de même pour le retrait du projet de loi d'amendement sur l'électricité. Le SKM va faire une déclaration d'ici peu et va proposer de nouvelles initiatives.

En attendant, même s'ils restent méfiants et attendent que le Parlement ait voté le texte annoncé par Modi, partout les paysans commencent à fêter leur immense victoire notamment dans les campements paysans aux portes de Delhi.

Dans les éléments qui ont joué ces jours-ci dans le revirement de Modi, avant-hier l'Etat du Télangana tout entier dont le gouvernement avait été un allié du BJP de Modi, avait décidé de soutenir la lutte des paysans et des manifestations géantes avaient été organisées.

Le 22 novembre, les paysans attendaient un million de manifestants à Lucknow, la capitale de l'Uttar Pradesh, cœur du pouvoir du BJP, et le dernier clou disaient les paysans enfoncé dans le cercueil du BJP, avant sa défaite électorale probable dans cet Etat en début d'année prochaine qui aurait signifié la fin du régime BJP dans tout le pays.

Le 26 novembre, pour l'anniversaire d'un an de lutte, les paysans avaient annoncé une intensification de la lutte et à partir du 29 novembre, les paysans avaient annoncé des manifestations quotidiennes jusqu'au 13 décembre devant le Parlement national. Enfin, ils avaient annoncé avec les dix principales organisations syndicales ouvrières, une grève générale de deux jours consécutifs en début d'année prochaine, ce qui ne s'est jamais vu en Inde, en rappelant que le 26/11 de l'an dernier, pour un seul jour de grève générale, 250 millions de grévistes avaient participé à cette grève et que les paysans en avaient profité pour lancer leur mouvement en annonçant une seconde journée de grève une semaine après et dans la foulée la marche sur Delhi. Cette grève générale de deux jours aurait pu être le point de départ d'un mouvement plus général dans tout le pays, d'autant que paysans et ouvriers à la base étaient déjà en train de la préparer ensemble.

Quoi qu'il en soit, la victoire des paysans affaiblit considérablement le régime d'extrême droite de Modi et pourrait bien servir désormais d'exemple et d'encouragement à toutes les catégories professionnelles en Inde, notamment aux ouvriers pour faire abolir les lois anti-ouvrières, mais aussi aux femmes, aux tribus indigènes, aux Intouchables, contre toutes les oppressions religieuses, de castes et de sexe, mais aussi aux luttes qui ont cours aujourd'hui dans le sillage du mouvement paysan indien dans les pays environnants, Sri Lanka, Pakistan, Nepal, Maldives et Birmanie.

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation! 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec
Journal — Élysée et gouvernement
À Dijon, Macron tente de redonner vie à sa « grande cause »
Le président de la République a profité de la journée de lutte contre les violences faites aux femmes pour exposer son bilan sur le sujet. Sans lever les doutes sur la faiblesse des moyens et du portage politique de la question au sommet de l’État.
par Ilyes Ramdani
Journal
Le président turc menace les Kurdes syriens d’une offensive militaire 
À six mois d’une élection présidentielle cruciale, un attentat non revendiqué à Istanbul sert de prétexte au président turc pour lancer une campagne de bombardements dans le nord de la Syrie.
par Zafer Sivrikaya
Journal — Asie et Océanie
En Chine, la politique « zéro Covid » est de plus en plus contestée
Des chiffres de contamination record en Chine poussent les autorités à décréter de nouveau des mesures de confinement un peu partout dans le pays. Ce qui entraîne des réactions de plus en plus vives, y compris des émeutes, comme récemment dans la plus grosse usine d’iPhone au monde dans le centre du pays.
par François Bougon

La sélection du Club

Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes