Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 janv. 2021

L’aventure de « Faisons vivre la Commune ! » pour son 150e anniversaire

En ce début d’année 2021, qui marquera le 150e anniversaire de la Commune de Paris, Marc Plocki présente le projet de l’association « Faisons vivre la Commune ».

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

PLOCKI Marc -L'Anticapitaliste

Comment est né le projet de Faisons vivre la Commune ?

Marc Plocki – L’idée de créer une association spécifique, dédiée aux 150 ans de la Commune, est née entre le printemps et l’été 2018. D’échanges informels entre quelques vieux copains de militance, autour de la nécessité de rendre vivant cet anniversaire, avait d’abord émergé le projet d’une librairie éphémère, durant 72 jours. Plusieurs d’entre nous, dont un ancien de La Brèche, ayant connu l’expérience de la librairie durant leur carrière professionnelle, l’affaire semblait entendue. Il nous fallait trouver un local assez grand pour installer cette librairie qui proposerait le choix le plus large possible de livres sur l’histoire de la Commune, mais aussi sur les luttes actuelles, et laisser également de la place à un espace de rencontres et d’échanges avec les auteurEs.

Et puis, assez rapidement, nous avons changé notre chassepot d’épaule en estimant qu’il serait dommage de limiter nos ambitions à des transactions commerciales, si honorables soient-elles. Nous avons donc conservé l’idée d’un lieu éphémère où, à côté de cette librairie qui en formerait un des points d’attraction permanents, pourraient se développer durant 72 jours de nombreuses programmations culturelles et politiques : théâtre, chanson, cinéma, interventions d’artistes, expositions, débats et tables rondes. Avec déjà, comme fil conducteur, la volonté de mêler intimement le passé et le présent.

À la rentrée 2018, la rédaction de l’appel était achevée, il fallait mettre en marche le projet en y associant un certain nombre de personnalités. Les carnets d’adresses de Michèle Riot-Sarcey, de Maurice Rajsfus (parmi les premiers convaincus) et de quelques autres nous furent très utiles pour aller à la pêche aux premières signatures. Avec environ 70 signataires, plusieurs compagnies de théâtre, une dizaine de maisons d’édition et quelques structures syndicales, la machine pouvait être lancée. Après plusieurs essais de noms, nous avons arrêté notre choix sur celui de « Faisons vivre la Commune ! » qui avait plu à Jacques Rougerie.

Quels sont vos rapports avec l’-association des « Amies et Amis de la Commune de Paris » ?

Dès nos premières discussions, nous avions bien entendu abordé cette question. Plusieurs d’entre nous étaient déjà adhérents à titre individuel à cette association et nous reconnaissions tous son ancienneté, comme sa légitimité. La question principale que nous nous sommes posée était celle de notre capacité à agir sur le sujet de la Commune de façon autonome et à être en mesure de développer notre projet, sans avoir à en référer en permanence à différentes « autorités ». Il y avait aussi, dans cette décision de rester indépendants, notre intention de dépasser très largement le cadre mémoriel de cet anniversaire et d’en faire un point d’appui pour développer toutes les thématiques actuelles liées aux questions de démocratie et de représentation, comme à celles des communs, entre autres. Avant même le lancement de l’appel dans la presse, nous avons pris les devants pour rencontrer les animateurEs des « Amies et Amis de la Commune » et les informer de notre initiative. Nous souhaitions les rassurer sur nos intentions et travailler en bonne intelligence avec eux. Roger Martelli, qui en est un des deux co-présidents, nous a accueilliEs chaleureusement, en précisant que personne n’était « propriétaire » de la Commune de Paris, mais qu’il était important de fédérer, dans la mesure du possible, les différentes initiatives pour le 150e anniversaire. Ce souhait de fédérer les initiatives se vérifie aujourd’hui, avec la construction d’un site commun à toutes les associations intervenant sur l’événement.

Par la suite, une de nos assemblées générales a adopté à l’unanimité le principe de l’adhésion collective de FVLC à l’association des « Amies et Amis de la Commune » et cette dernière est toujours représentée lors de nos AG.

La situation politique entre 2018 et 2020, ainsi que la crise de la Covid, ne vous ont pas facilité la tâche…

En effet, notre première assemblée générale s’est déroulée début décembre 2018, alors que les manifestations des Gilets jaunes faisaient leur irruption peu de temps avant. Il y a eu ensuite les mobilisations contre la casse des retraites fin 2019-début 2020. Pas facile de tenir bon sur le projet, qui paraissait encore lointain pour beaucoup et ne bénéficiait donc pas d’un intérêt et d’une médiatisation qu’il aurait pu recueillir dans une situation différente.

Pour défendre le projet et en montrer progressivement le double aspect historique et actuel, nous avons créé quasiment en même temps un site et un journal en ligne : Actualité(s) de la Commune. Son titre à double sens avec le « s » entre parenthèses a pour but d’appuyer encore plus sur le sens de notre initiative. Avec une parution tous les trois à quatre mois, depuis le mois de mai 2019, nous en sommes à sept numéros parus, chacun développant un dossier central sur une thématique historique ou actuelle : « Eugène Varlin », pour le n° 1 ; « L’occupation des ronds-points et la démocratie réelle », pour le n° 2 ; « Les femmes et la Commune », pour le n° 3 ; « Les ZAD », pour le n° 4, etc. (À consulter à partir de faisonsvivrelacommune.org). Le n° 8 qui paraîtra fin février sera presque exclusivement consacré au cinéma.

En parallèle ont été créés, avec des mandats votés par l’AG des adhérentEs, un comité de rédaction pour le site et le journal et un comité d’orientation pour tout ce qui touche aux différentes programmations.

À partir de la mi-mars 2020, comme toutes les organisations, la crise sanitaire nous a contraints à repenser notre mode de fonctionnement. Si le comité d’orientation (une quinzaine de membres) a eu le temps de travailler sur les différentes programmations, c’est surtout le fonctionnement démocratique de l’association qui a pâti de cette situation inédite, avec une seule session de l’Assemblée générale, à la mi-octobre 2020.

C’est d’ailleurs à l’occasion de cette AG, assez représentative de l’association, que la décision a été prise d’éclater les différentes programmations, le lieu éphémère central n’ayant pu être trouvé en dépit de tous les contacts développés en 2019 et 2020. Frilosité des uns, décalage de programmation pour les autres ont finalement eu raison de cet espoir de proposer un lieu alternatif durant 72 jours, en mesure également de développer des activités apporteuses de ressources financières complémentaires (boisson et restauration).

Où en êtes-vous, à quelques semaines du démarrage des 150 ans ?

Nous avons désormais l’assurance – si les conditions sanitaires du printemps le permettent – de présenter quatre expositions et de proposer près d’une trentaine de débats et tables rondes. Plusieurs artistes plasticiens pourront également intervenir ponctuellement à différentes occasions. Tout cela grâce à des partenariats développés avec la mairie du 20e arrondissement, d’une part, et d’une petite dizaine de lieux alternatifs, implantés pour l’essentiel dans le nord et l’est parisien, d’autre part. La programmation cinéma (près de 30 films et documentaires, courts ou longs métrages) sera, de son côté, projetée – débats à l’appui – au cinéma La Clef, dans le 5earrondissement, actuellement occupé par le collectif « Home Cinéma ». Toute cette programmation est développée dans le cahier intérieur du n° 7 de Actualité(s) de la Commune [1].

En ce début d’année 2021, la question la plus épineuse reste celle du déroulement des différents spectacles vivants – théâtre et chanson – pour lesquels les salles équipées disponibles ne sont pas légion. Il y a aussi, pour cet aspect de la programmation, la question essentielle des cachets des artistes et technicienEs concernés.

Enfin, nous sommes encore à la recherche d’un lieu pour implanter la librairie.

Nous avons lancé, début décembre, une souscription [2] qui, nous l’-espérons, permettra de compléter les moyens financiers dont nous disposons déjà.

La Commune n’est pas morte, vive la Commune !

Notes

[1https://faisonsvivrelacommune.org/actualites-de-la-commune-n7-hiver-2020/

[2https://faisonsvivrelacommune.org/lancement-de-la-souscription-pour-la-saison-communarde-2021/

En complément vous pouvez lire et/ou contribuer au dossier La Commune de la RdP Emancipation 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième méga-feu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Été de tous les désastres : le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates américains ont déposé plainte contre l'agence de renseignements américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l'ambassade équatorienne de Londres alors qu'il été la cible d'une vaste opération d'espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
« Le canari dans la mine de charbon » : chronique annoncée de la crise du Sri Lanka
La grave crise économique que traverse le Sri Lanka, la suspension du paiement de la dette souveraine et le soulèvement populaire de 2022 ont attiré l’attention du monde entier. Le Sri Lanka est décrit comme le « canari dans la mine de charbon », c’est-à-dire un signe avant-coureur de l’avenir probable d’autres pays du Sud.
par cadtm
Billet de blog
Les talibans en Afghanistan : un an de pédocriminalité, de mariages forcés et de suicides
[Rediffusion] Cela fait presqu'un an que les talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan. Depuis août 2021, plus d'une centaine de femmes ont été assassinées ou se sont suicidées en Afghanistan. Les talibans apprennent aux enfants à tirer et les exploitent sexuellement.
par Mortaza Behboudi
Billet de blog
De Kaboul à Kyiv : femmes déchues de leur citoyenneté
[Rediffusion] Rien en apparence semble lier le sort des femmes afghanes à celui de leurs contemporaines ukrainiennes si ce n’est déjà la dure expérience d’une guerre sans fin. A travers leur corps de femme, peu importe leur âge, elles subissent une guerre menée contre leur statut durement gagné en tant que citoyennes ayant des droits, au nom d’une violence patriarcale que l’on espérait révolue.
par Carol Mann
Billet de blog
Russie, une guerre criminelle, une opinion complice ?
Une analyse du sociologue russe Lev Goudkov, qui démonte les leviers de la propagande du pouvoir russe et y voit l'explication du soutien passif, mais majoritaire apporté par la population russe à l'intervention militaire en Ukraine. Il ne cessera, selon lui, qu'avec un choc qui lui fasse prendre conscience des causes et des conséquences de la guerre, processus qui n'est pas encore engagé.
par Daniel AC Mathieu