Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10363 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 mars 2021

« Et ma lumière fut », par Philippe Corcuff

Alors qu’il nous semblait que des médias pouvaient créer d’innombrables confusions et contribuer à les diffuser, Philippe Corcuff ne semble pas s’en être aperçu [2]. Notre grand maître es-critique des médias ne dit rien de ce confusionnisme-là !

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Henri Maler - Acrimed

Philippe Corcuff vient de publier un énorme livre de 670 pages dans lequel il entend faire toute la lumière sur les temps obscurs que nous vivons : La grande confusion. Comment l’extrême droite gagne la bataille des idées [1]. Nous sortirions de notre rôle si nous tentions de rendre compte de cette encyclopédie du « confusionnisme » tel que l’auteur l’entend : seule nous importe la question de la critique des médias. Et sur ce point nous sommes copieusement servis !

Ô stupeur et consternation ! Alors qu’il nous semblait que des médias pouvaient créer d’innombrables confusions et contribuer à les diffuser, Philippe Corcuff ne semble pas s’en être aperçu [2]. Notre grand maître es-critique des médias ne dit rien de ce confusionnisme-là !

En revanche, il a beaucoup à pourfendre s’agissant de la critique des médias réellement existante. Cela occupe un sous-chapitre de quelques pages délicieusement intitulé : « La critique manichéenne des médias, de la gauche radicale à l’extrême droite » (p. 162-167). Si vous pressentez un généreux amalgame (confusionniste), vous ne serez pas déçus.

- Depuis plus de 15 ans (et cette fois encore), Philippe Corcuff dénonce la critique des médias « manichéenne » et « complotiste » d’Acrimed, mais aussi de Noam Chomsky, de PLPL [3], de Serge Halimi, de Pierre Rimbert et du Monde Diplomatique. La recette ? Opposer à ces critiques dans la mêlée, le cas échéant virulentes et satiriques, les ouvrages de sociologie du journalisme et d’économie des médias dont ces critiques s’inspirent ! Un seul exemple : légataire universel de la sociologie de Pierre Bourdieu, Philippe Corcuff attribue manifestement à un dérèglement de la pensée de ce dernier la publication aux éditions Raisons d’agir (impulsées notamment par ses soins), du méchant ouvrage de Serge Halimi Les nouveaux chiens de garde, sans oublier le soutien qu’il a apporté à la création d’Acrimed [4].

- Depuis plus de 15 ans (et cette fois encore), Philippe Corcuff, juché sur ses propres épaules de géant de la critique des médias, non seulement s’est borné à nous opposer des cours de sociologie des médias sans esquisser la moindre critique concrète des médias, mais surtout ne nous a opposé aucun argument précis, fondé sur les quelques 6300 articles publiés sur notre site.

En revanche, il avait en avril 2004, pour illustrer l’une de ses chroniques dans Charlie hebdo un titre faussement interrogatif – « Les journalistes sont-ils tous des vendus ? » – qui nous attribue généreusement des critiques qui n’ont jamais été les nôtres, illustrées par une liste de mots dont la plupart sont inventés par le petit trafiquant de guillemets. Ce qui permet à ce péremptoire adepte de la « complexité », d’abattre des fantômes sans jamais étayer ses affirmations sur la moindre analyse précise de ce qu’il condamne sans le réfuter.

« Propagande », « connivence », « manipulations », « mensonges », « vendus au capital »... : la critique gauchiste des médias nous a appris le sens de la complexité. Le nouveau Petit manuel de l’observateur critique des médias […] et Pierre Rimbert (pour le journal qui pue : PLPL), s’inscrit dans un tel firmament de subtilité. « Surveiller la presse » est son mot d’ordre ! Mais pourquoi le mouvement altermondialiste, si critique à l’égard de la malbouffe, apparaît-il friand d’une nourriture intellectuelle pauvrement standardisée ? Pourtant, une autre critique des médias est possible […].

À quoi répondait déjà l’article que nous avons publié en 2004 : « Philippe Corcuff, critique "intelligent" de la critique des médias » (suivi de « Une crise de nerfs de Philippe Corcuff »).

Depuis, le maître a affiné sa critique, comme on peut le vérifier dans un entretien publié en 2008 [5]. Un paragraphe permet de vérifier la finesse de ses griefs :

[…] On rencontre chez PLPL-Le Plan B-Acrimed-Halimi-Rimbert etc. des problèmes analogues à ceux que j’ai rencontrés à Charlie Hebdo : une critique des complots mis en scène dans les médias au moyen d’une rhétorique du complot, une critique du simplisme médiatique au moyen de procédés simplistes, une critique de la diabolisation des points de vue dissidents au moyen de la diabolisation d’autres points de vue, une critique de l’anti-intellectualisme en recourant à des méthodes disqualifiant la rigueur intellectuelle, une critique de la manipulation médiatique des faits recourant à un usage approximatif, voire fantaisiste, des faits, une critique des mensonges médiatiques au moyen de mensonges, etc.

- Depuis plus de 15 ans (et cette fois encore), Philippe Corcuff décrète sans autre argument que sa hautaine suffisance que La Fabrique du Consentement de Noam Chomsky et Edward Herman était corrompu par le conspirationnisme. Le trafiquant en guillemets déjà évoqué plus haut réussi le tour de force de réfuter Noam Chomsky pour « conspirationnisme » grâce à quelques citations mal traduites, sorties de leur contexte et, parfois, abusivement tronquées.

À quoi répondait déjà notre article publié en 2006 : Corcuff et la « théorie du complot ».

Depuis, Corcuff a confirmé ses critiques indigentes et reproduit littéralement, en 2021, dans La grande confusionce qu’il avait déjà écrit en 2008, dans la revue québécoise À bâbord !

Depuis plus de 15 ans‎, et cetera

Mais cette fois, le pire est atteint. Corcuff soutient que notre critique a suscité l’existence de disciples concurrents qui partagent le même simplisme : « Largement de gauche au départ, la critique manichéenne des médias […] va faire des émules à droite et à l’extrême-droite. » Au fond, selon Philippe Corcuff, notre critique et celles de toutes les droites, parce qu’elles partagent les mêmes fondements, seraient équivalentes. Au point de les renvoyer dos-à-dos ?

Bravo l’artiste !

Henri Maler

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

En complément tous les jours la rubrique Média de la nouvelle Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat·e à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : l’ancien ministre Jean-Vincent Placé visé par une plainte
Selon les informations de Mediapart et de l’AFP, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire après la plainte pour harcèlement sexuel d’une ancienne collaboratrice. D’après notre enquête, plusieurs femmes ont souffert du comportement de l’ancien sénateur écolo, devenu secrétaire d’État sous François Hollande.
par Lénaïg Bredoux
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan
Journal — Santé
Vaccination à marche forcée : antidote sanitaire, toxicité démocratique
Certains récalcitrants au vaccin, actifs ou passifs, minorent son utilité sanitaire. Mais les partisans de l’injection sous pression négligent ses conséquences démocratiques, alors que la nouvelle vague touche des populations inégalement protégées.  
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze