Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 juil. 2021

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Inde: fortes tensions avant mise sous contrôle du parlement par les paysans

Ils ont prévu une sorte de siège et d'encerclement du Parlement à trois niveaux.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Jacques Chastaing

A partir du 22 juillet et pour toute la durée de la session parlementaire jusqu'au 13 août, le soulèvement paysan a décidé de mettre l'activité du Parlement sous le contrôle direct des classes populaires mobilisées : ils formulent cela en disant qu'ils veulent mettre les parlementaire sous le "fouet des paysans" afin qu'ils satisfassent leurs demandes... ou qu'ils soient démis, révoqués en quelques sorte par les électeurs dans les élections qui auront lieu dans plusieurs Etats importants de la confédération indienne début 2022.

Le 26 janvier 2021, les paysans avaient eu la volonté d'entrer dans Delhi en grand nombre en visant là aussi le Parlement, mais cela avait donné un certaine confusion avec les provocations de 100 000 policiers massés à Delhi et de l'ensemble des grands médias coordonnés pour inventer un coup de force sikh (religieux). Tirant les leçons de cet événment, les paysans ont décidé de s'y rendre autrement cette fois-ci.

Ils ont prévu une sorte de siège et d'encerclement du Parlement à trois niveaux.

Au plus près et au premier cercle du siège, 200 représentants des paysans de 20 Etats, iront tous les jours devant le Parlement pour interpeller les députés et exiger l'annulation des lois anti-paysannes et anti-ouvrières. Ils ont prévu ce petit nombre pour empêcher comme le 26 janvier la presse - et derrière elle, la police, de crier à l'invasion de Delhi par des hordes de terroristes sikhs ou musulmans.

Ce faisant, au second cercle, ces 200 rendront compte de leur activité et des réponses des députés aux dizaines et dizaines de milliers voire centaines de milliers de paysans et leurs soutiens ouvriers, étudiants, enseignants, jeunes... qui sont massés dans les campements aux portes de Delhi.

Au troisième cercle, ils viennent d'appeler toute la population à se rassembler localement autour des paysans partout dans le pays dans des Mahapanchayats (réunions de démocratie directe) et de suivre quotidiennement au travers de ces Mahapanchayats ou toutes sortes de rassemblements, ce contrôle populaire des parlementaires, ce contrôle de la vie politique du pays.

Le soulèvement paysan demande dons aux classes populaires de monter sur la scène politique.

En même temps, les paysans ont prévu 2 manifestations (au moins) les 26 juillet et 9 août en direction du parlement, l'une animée que par des femmes le 26 juillet puis le 9 août là aussi que par des femmes mais cette fois avec des représentants des tribus indigènes. Le but est d'une part d'élargir la "délégation" des 200 représentants paysans, d'autre part de l'élargir à des femmes et donc d'élargir les revendications du mouvement à la condition des femmes. Mais il s'agit aussi de faire ainsi des femmes les représentants de l'ensemble des classes populaires en lutte, ce qui est particulièrement subversif en Inde. Enfin, pour tenter d'éviter la critique médiatique des hordes barbares qui viendraient raser Delhi, cette représentation inédite par les femmes facilitera la mobilisation si les policiers ou les fascistes se mettaient à cogner des femmes. Avec les représentants des tribus indigènes, il s'agit là aussi de de faire des plus méprisés et opprimés, les représentants de la lutte paysanne élargie à toutes els classes populaires.

Les 5 et 6 août, les ouvriers de la sidérurgie en lutte contre la privatisation de leur secteur, devraient rejoindre le dispositif à Delhi sans qu'on sache encore quelles en seront les modalités.

Le but global est, comme le disent les paysans, de faire revivre la démocratie qui a été confisquée par les riches et les exploiteurs, pour construire une démocratie réelle, la démocratie de la rue et des classes pauvres, exploitées et opprimées.

Ce faisant, le soulèvement paysan qui avait pris jusque là la place de pivot social et sociétal de toutes les luttes dans le pays, va prendre autour de cette session parlementaire celle de pivot politique autour duquel va s'organiser toute la vie politique du pays.

C'est un renversement total, car à partir de là vont s'affronter clairement, non plus la vieille alternance gauche droite au sein des institutions qui ne changeait rien au système, mais au contraire hors des institutions, la démocratie directe des classes populaires contre la dictature plus ou moins démocratique des classes riches et capitalistes. C'est-à-dire que va se poser à partir de là, la question de quelles classes vont diriger le pays et pour construire quelle société.

Pour qu'il n'y ait pas de confusion sur l'objectif recherché, le SKM, la coordination qui anime le soulèvement, vient d'exclure un dirigeant paysan du mouvement qui avait annoncé qu'il allait créer un parti politique paysan pour donner au mouvement une représentation politique dans le cadre des prochaines élections législatives. L'objectif du mouvement et du SKM sont clairs : ils ne veulent pas jouer le jeu parlementaire électoral classique dans les cadre des isntitutions, faire un Nème parti comme les autres, ils veulent renverser les institutions et tout le système.

PHOTOS

Les blocages continuent depuis plusieurs jours à Sirsa en Haryana pour exiger la libération des paysans emprisonnés lors des dernières manifestations mettant en pratique le bannissement social des leaders du BJP ; les agents de nettoyage bloquent la demeure du 1er ministre à Sirsa ; les paysans continuent à arriver tous les jours en grand nombre aux campements de Delhi en prévision du siège du Parlement ; les paysans continuent leurs multiples actions quotidiennes, blocage d'un péage par les paysannes à Maiyed dans le district d'Hisar

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation! 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier