Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10376 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 oct. 2021

Contre l'UNI, ramassis de fanatiques de Zemmour

Contre l'UNI et la présidence Gervais-Lambony à Nanterre. Pour une université ouverte à toutes et à tous, sans sélection, garantissant une place en Licence et en Master pour toutes et tous !

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

UNEF - TACLE : Tendance Action Collective et Luttes Etudiantes

Mobilisons-nous contre l’extrême-droite en DSP et votons UNEF pour une université ouverte à tous, sans aucune forme de sélection ni d’exclusion !

Le 19 et 20 octobre se tiendront les élections d’UFR en Droit et Sciences politique (DSP). Alors qu’il faudrait créer des places à la fac, les mesures mises en place pour les étudiant.e.s vont dans le sens de durcir la sélection et restreindre l’accès aux études. Notre université applique fermement cette sélection et fonctionne avec un budget insuffisant par rapport aux besoins. C’est pour s’opposer à cela et défendre les droits des étudiant.e.s que l’UNEF se présente. Face à l’UNEF, l’UNI, organisation d’extrême-droite pro-Zemmour, profitant du climat islamophobe et raciste, présente une liste défendant une université uniquement accessible aux élites, pro-sélection. Montrons-leur que personne ne veut d’eux !

Dégageons l’UNI, des fanatiques d’Eric Zemmour, sexistes et racistes !

L’Union nationale inter-universitaire, dite l’UNI, dit défendre “la liberté d’étudier” et “l’excellence”. Derrière ces belles paroles, l’UNI défend un racisme décomplexé et milite activement pour la candidature d’extrême-droite d’Eric Zemmour. D’après lui, la France serait "menacée" par une “inversion démographique [entre l’Europe et l’Afrique] [...] qui entraîne une inversion de la colonisation” allant jusqu’à dire que “l’inconscient collectif de ces populations musulmanes est de coloniser l’ancien colonisateur”. Il va donc jusqu’à comparer “les femmes voilées et les hommes en djellaba [...] aux uniformes d’une armée d’occupation”. Lorsqu’un journaliste lui demande que faire des 5 millions de musulmans en France, Zemmour propose de “les déporter [tous]” ! De même, Zemmour est une raclure misogyne et sexiste. Dans son livre, il se dit nostalgique de l’époque où “un jeune chauffeur de bus pouvait glisser une main concupiscente sur un charmant fessier féminin”. Sans surprise, il est accusé par plusieurs femmes d’agression sexuelle.

Ces propos sont extrêmement graves car ils incitent au sexisme et à la haine raciale, et favorisent les agressions racistes et sexistes. Voulons-nous que cela se passe dans notre Université ? Nous ne pouvons pas laisser les défenseurs de ces idées recruter à leur projet. Ne laissons pas l’UNI diffuser son racisme, sexisme et homophobie dans notre fac ! Dégageons-les !

Pour une université ouverte à toutes et à tous, sans sélection, garantissant une place en Licence et en Master pour toutes et tous !

S’ils se permettent de venir sur notre campus pour faire les élections, c’est grâce au climat islamophobe instauré par les médias et le gouvernement. Mais c’est aussi de par la politique que mène notre établissement, présidé par M. Gervais-Lambony. En refusant d’inscrire les jeunes sans-facs, qui se battent depuis juillet pour pouvoir étudier, et en supprimant des droits étudiants, le Président de Paris-Nanterre applique la sélection et donne ainsi raison à toutes ces organisations d’extrême-droite qui veulent restreindre l’accès aux études !

Tout au long de la Licence, on nous habitue à la sélection et à l’idée que le Master ne serait que pour les "meilleur.e.s". Étudier est un droit, pas un privilège, dans la fac et la filière de son choix ! Tous les diplômé.e.s d’une L3 doivent avoir une place de droit en Master ! Le Conseil d’UFR décide du nombre de places et de la politique de sélection, il doit garantir ce droit !

Non à la sélection au cours de nos études. Exigeons le maintien des rattrapages, de la compensation intégrale, de la règle du max et de tous nos droits étudiants !

En pleine crise sanitaire, la Présidence de Nanterre s’est permis de supprimer de nombreux droits étudiants, :

- la compensation intégrale : depuis un an, pour valider son année, il faut non seulement avoir 10 à sa moyenne générale mais aussi 10 aux UE fondamentales !

- le passage en conditionnel est durci. Avant, il fallait avoir validé l’un des deux semestres. Maintenant, pour pouvoir passer en conditionnel il faut avoir validé un semestre et les UE fondamentales des deux semestres !

- l’obligation de tenir des rattrapages : aujourd’hui la tenue ou pas d’une seconde session dépend de la volonté des enseignant.e.s de la formation et des décisions prises en Conseil d’UFR.

- le redoublement est désormais limité à un par année de Licence. Le deuxième redoublement est soumis à l’accord d’une commission.

- la disparition de la “règle du max” : jusqu’ici, c’était la meilleure des deux notes entre la première et seconde session qui était retenue. Ce n’est plus le cas : seule la seconde note est retenue même si elle est moins bonne.

La suppression de ces droits a comme conséquence de rendre plus difficile la réussite pour celles et ceux avec le plus de difficultés matérielles ou financières. Supprimer ces droits, c’est renforcer la sélection au cours de nos études !

Les Conseils d’UFR discuteront de ces droits, il est donc indispensable d’avoir des syndicalistes dans ces instances pour défendre fermement leur rétablissement. La mobilisation a permis d’obtenir le rétablissement des semaines de révisions et le retour d’une absence autorisée supplémentaire. Maintenant il faut poursuivre pour l’ensemble de nos droits !

Plus de moyens à la fac !

Aujourd’hui beaucoup d’entre nous se sont habitué.e.s aux problèmes budgétaires : être 40 en TD est devenu normal, de même qu’avoir des cours en ligne, des QCM en examens, etc. En DSP, tout le monde voit que le personnel est sous l’eau car ils sont trop peu nombreux pour gérer plusieurs milliers d’étudiants. La seule solution, c’est de se battre collectivement pour exiger un investissement massif dans la fac et notamment en DSP!

Quand voter ?

Les horaires de votes empêchent la participation la plus large possible. Les bureaux sont ouverts le mardi 19 de 10h à 16h et le mercredi de 10h à 14h.

Comment voter ?

Pour voter il te faut ta carte d’étudiant.e, ou un certificat de scolarité et une carte d’identité.

Où voter ?

Les bureaux sont respectivement :

DSP : Bât.F, petit hall

STAPS : Bât.S, hall du 1er étage

SEGMI : Bât.G, petit hall

SSA : Bât.E, salle E01

En complément tous les jours la rubrique Jeunesse/Educationde la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai