Jean-Marc B (avatar)

Jean-Marc B

Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 février 2021

Jean-Marc B (avatar)

Jean-Marc B

Abonné·e de Mediapart

Inde: la révolution brise les divisions, pilier du capital et son Etat

La révolution continue ç creuser son sillon ! Les intouchables associés aux ouvriers agricoles et aux paysans organisent leur premier mahapanchayat commun : 250 000 participants.

Jean-Marc B (avatar)

Jean-Marc B

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Jacques Chastaing

Après le Mahapanchayat de Chandigahr hier qui réunissait des participants de deux Etats, Pendjab et Haryana, ensemble par dessus les frontières d'Etats (un peu comme une AG commune franco-allemande, vu l'histoire douloureuse entre Pendjab et Haryana), dans lequel les leaders ont appelé à mettre en arrestation les policiers répressifs et de le faire sous le contrôle des Panchayats (sortes de structures municipales de villages fonctionnant en démocratie directe - le Mahapanchayat est un Panchayat géant-), aujourd'hui, des organisations de Dalits (Intouchables), de Mazdoors (ouvriers agricoles) et de Kisan (paysans) ont organisé ensemble un Mahapanchayat dans le Pendjab qui a réuni 250 000 participants, cassant toutes les frontières entre oppositions de castes et préjugés sociaux.

C'est une révolution mentale considérable qui s'exprime là qui sape les bases idéologiques de division sur lesquelles repose le pouvoir du parti du gouvernement, le BJP comme le pouvoir du capitalisme.

Ce Mahapanchayat est aussi l'expression visible organisée à la base de ce qui a fait le résultat du scrutin municipal d'il y a quelques jours dans le Pendjab, où le BJP a quasi disparu et ou ses alliés ont pris une claque, y compris le SAD, le parti religieux sikh qui jusque là dominait la scène politique au Pendjab.

C'est encore la continuation dans le monde prolétarien rural du soulèvement commencé en décembre 2019, appelé Shaheen Bagh, qui rejetait toutes les divisions entre castes, religions et sexes.

C'est enfin avec l'alliance des Intouchables, des ouvriers agricoles et des petits paysans, l'expression d'un mouvement paysan qui pour la première fois dans l'histoire de l'Inde est dirigé par les paysans pauvres et qui rejette en cherchant l'alliance avec le monde ouvrier toute exploitation au profit des capitalistes.

Le soulèvement paysan est peu à peu en train de prendre en main l'agenda politique du pays :

- le 22 février, les paysans mèneront des actions nationales en mémoire de Sahajanand Saraswati, un militant révolutionnaire paysan qui est un héros des révoltes en Inde ;

- le 23 février, ils organiseront des actions nationales en hommage à Sardar Ajit Singh, un autre révolutionnaire indien du Pendjab et à ce titre ils incitent pour cette journée, à porter contre les calomnies du pouvoir contre les penjabis, un turban du Pendjab ;

- le 24 février, ils mèneront une action nationale pour la liberté de manifester contre la répression policière ;

- le 26 ce sera une action nationale par et pour les jeunes et

- le 27 en hommage au révolutionnaire Azad, une action nationale pour montrer et renforcer l'unité paysans, ouvriers agricoles et citoyens.

Enfin, ils appellent à participer aux manifestations contre les hausses des produits pétroliers qui se développent un peu partout dans le pays.

Le soulèvement paysan indien est un exemple pour le monde qui trace la dynamique à venir du mouvement de contestation en cours sur toute la planète depuis 2018.

PHOTO

Mahapanchayat à Barnala dans l'Etat du Pendjab, organisé conjointement par les organisations d'Intouchables, d'ouvriers agricoles et de paysans avec 250 000 participants selon les organisateurs

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la nouvelle Revue de Presse Emancipation!

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.