Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10586 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 févr. 2021

Inde: la révolution brise les divisions, pilier du capital et son Etat

La révolution continue ç creuser son sillon ! Les intouchables associés aux ouvriers agricoles et aux paysans organisent leur premier mahapanchayat commun : 250 000 participants.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Jacques Chastaing

Après le Mahapanchayat de Chandigahr hier qui réunissait des participants de deux Etats, Pendjab et Haryana, ensemble par dessus les frontières d'Etats (un peu comme une AG commune franco-allemande, vu l'histoire douloureuse entre Pendjab et Haryana), dans lequel les leaders ont appelé à mettre en arrestation les policiers répressifs et de le faire sous le contrôle des Panchayats (sortes de structures municipales de villages fonctionnant en démocratie directe - le Mahapanchayat est un Panchayat géant-), aujourd'hui, des organisations de Dalits (Intouchables), de Mazdoors (ouvriers agricoles) et de Kisan (paysans) ont organisé ensemble un Mahapanchayat dans le Pendjab qui a réuni 250 000 participants, cassant toutes les frontières entre oppositions de castes et préjugés sociaux.

C'est une révolution mentale considérable qui s'exprime là qui sape les bases idéologiques de division sur lesquelles repose le pouvoir du parti du gouvernement, le BJP comme le pouvoir du capitalisme.

Ce Mahapanchayat est aussi l'expression visible organisée à la base de ce qui a fait le résultat du scrutin municipal d'il y a quelques jours dans le Pendjab, où le BJP a quasi disparu et ou ses alliés ont pris une claque, y compris le SAD, le parti religieux sikh qui jusque là dominait la scène politique au Pendjab.

C'est encore la continuation dans le monde prolétarien rural du soulèvement commencé en décembre 2019, appelé Shaheen Bagh, qui rejetait toutes les divisions entre castes, religions et sexes.

C'est enfin avec l'alliance des Intouchables, des ouvriers agricoles et des petits paysans, l'expression d'un mouvement paysan qui pour la première fois dans l'histoire de l'Inde est dirigé par les paysans pauvres et qui rejette en cherchant l'alliance avec le monde ouvrier toute exploitation au profit des capitalistes.

Le soulèvement paysan est peu à peu en train de prendre en main l'agenda politique du pays :

- le 22 février, les paysans mèneront des actions nationales en mémoire de Sahajanand Saraswati, un militant révolutionnaire paysan qui est un héros des révoltes en Inde ;

- le 23 février, ils organiseront des actions nationales en hommage à Sardar Ajit Singh, un autre révolutionnaire indien du Pendjab et à ce titre ils incitent pour cette journée, à porter contre les calomnies du pouvoir contre les penjabis, un turban du Pendjab ;

- le 24 février, ils mèneront une action nationale pour la liberté de manifester contre la répression policière ;

- le 26 ce sera une action nationale par et pour les jeunes et

- le 27 en hommage au révolutionnaire Azad, une action nationale pour montrer et renforcer l'unité paysans, ouvriers agricoles et citoyens.

Enfin, ils appellent à participer aux manifestations contre les hausses des produits pétroliers qui se développent un peu partout dans le pays.

Le soulèvement paysan indien est un exemple pour le monde qui trace la dynamique à venir du mouvement de contestation en cours sur toute la planète depuis 2018.

PHOTO

Mahapanchayat à Barnala dans l'Etat du Pendjab, organisé conjointement par les organisations d'Intouchables, d'ouvriers agricoles et de paysans avec 250 000 participants selon les organisateurs

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la nouvelle Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77