Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 avr. 2021

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Inde: Modi confine Delhi et les paysans marchent sur la capitale

Contre le covid, Modi prend des mesures policières, tandis que les paysans vaccinent sur tous les lieux occupés.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Jacques Chastaing

Alors que Modi n'a jamais rien fait contre le covid - et qu'il est fortement critiqué de tous côtés pour son inertie totale - il vient de prendre prétexte d'une soudaine montée de l'épidémie pour non pas la combattre mais tenter de stopper la montée irrésistible du soulèvement paysan. Il accuse les rassemblements paysans et notamment les campements paysans de Delhi d'être responsables de la propagation du virus, alors que lui-même dans le même temps, continue ses campagnes électorales avec des meetings de masse sans protection sanitaire dans 5 Etats du pays et ne s'oppose pas aux pèlerinages massifs hindous.

Pour essayer d'opposer les habitants de Delhi aux paysans qui campent à ses portes, il vient aujourd'hui de confiner la ville en accusant les paysans d'en être responsables parce qu'ils bloqueraient selon lui l'arrivée du matériel médical.

Ce qui est totalement faux bien sûr et ridicule puisqu'alors que Modi a laissé le système de santé dans un état déplorable, les paysans ont appelé à une semaine de mobilisation pour la santé du 20 au 26 avril sur les lieux qu'ils occupent. Ils ont ouvert des cliniques gratuites à leurs campements des portes de la Delhi, proposant des soins à toute la population, proposant également dans un premier temps de vacciner si Modi voulait bien leur fournir des vaccins, puis dans un deuxième temps, ils ont annoncé qu'il y seraient en capacité de vacciner aux campements de Delhi mais aussi dans tous les lieux de mobilisation paysanne et notamment aux nombreuses gares de péages autoroutières occupées dans l'Haryana, le Pendjab et le Rajasthan. Ils ont également appelé à généraliser à tout le pays ce mouvement de libération des péages devenus par la même occasion des lieux de vaccination paysanne.

Les paysans ont également annoncé qu'ils distribueraient massivement des masques et fourniraient du matériel médical dans tous ces lieux.

Bref, d'une certaine manière, alors que contre le covid, Modi prend surtout des mesures policières et continue ses meetings électoraux sans protection sanitaire, le soulèvement paysan, lui, prend en main la santé publique de la population, affirmant de plus en plus qu'il y a deux pouvoirs dans le pays.

D'autre part Modi renouvelle son opération de l'an passé qui lui avait permis de stopper le soulèvement de Shaheen Bagh en semant la peur, le chaos et la division en jetant à la rue 80 millions de travailleurs précaires avec le confinement et le couvre-feu et en les forçant à rejoindre leur village natal. Beaucoup étaient morts sur la route.

Mais cette fois, Modi fait face à un soulèvement de bien plus grande ampleur que l'an passé. Les paysans et leurs soutiens se sont rendus dans les gares routières et de trains avec des sacs de nourriture pour les distribuer et ont appelé en même temps les travailleurs précaires à ne pas rentrer chez eux mais à venir s'installer sur les campements paysans pour rejoindre la lutte, où ils leur garantissent 6 mois de nourriture gratuite. Par ailleurs, aujourd'hui, les paysans ont également ouvert des cantines et offert des repas gratuits dans leurs campements aux travailleurs chassés de Delhi.

Les paysans ne se font aucune illusion sur les motivations de Modi, d'autant qu'un de ses proches a menacé de "nettoyer" par la force les foyers d'infection que seraient les campements. Face à cette menace - avec en plus des rumeurs de tireurs d'élite venus pour tuer les dirigeants paysans - les paysans qui sont en pleine période de récolte, ont eux-mêmes appelé les paysans et soutiens, dans l'éventualité d'un coup de force des voyous fascistes de Modi et sa police, à venir renforcer les paysans campant à Delhi dés qu'ils auraient fini leurs récoltes. Ainsi la première marche de paysans est partie aujourd'hui 21 avril du Pendjab, tandis qu'une seconde partira de tout le pays le 24 avril.

PHOTOS

La première marche sur Delhi des paysans venant du Pendajb est partie aujourd'hui 21.04 avant la seconde venant de tout le pays, le 24.04 ; Khap Panchayat (réunion de 19 structures traditionnelles de la puissante communauté des Jats -30% de la population en Haryana, 20% en Uttar Pradesh, etc, etc,) dans l'Haryana pour s'opposer à toute tentative de Modi de s'attaquer au campements paysans de Delhi et lance un appel à chaque foyer familial des Jats à envoyer un des ses membres aux campements de Delhi ; fête de Vaisakhi célébrée hier à la porte Tikri de Delhi

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal — Gauche(s)
Congrès du PS : l’union avec les Insoumis en pomme de discorde
Derrière Olivier Faure, Hélène Geoffroy et Nicolas Mayer-Rossignol, trois équipes se disputent la direction du Parti socialiste. Mi-janvier, les adhérents les départageront sur la base de « textes d’orientation » aux stratégies bien distinctes.
par Fabien Escalona
Journal — Politique
Au PCF, l’opposition à Fabien Roussel fait entendre sa voix
Après un Conseil national tendu, le projet de la direction du parti communiste pour le prochain congrès n’a obtenu que 58 % des suffrages exprimés. Un appel signé par trente-cinq cadres critique une perte de boussole idéologique. Un événement, dans un parti aux habitudes légitimistes. 
par Mathieu Dejean
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal
Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy
Billet de blog
Jean-Charles Richard et autres héros du jazz
Sur l’album L’Étoffe des Rêves, le saxophoniste Jean-Charles Richard converse avec le pianiste américain de jazz Marc Copland. La vocaliste Claudia Solal et le violoncelliste Vincent Segal les rejoignent. L’entente des deux leaders, le talent apporté par leurs renforts, façonnent un univers harmonique enchanteur. Et délivre, cet automne, un concert réel comme un songe.
par BRUNO PFEIFFER