Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10572 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 avr. 2021

Inde: Modi confine Delhi et les paysans marchent sur la capitale

Contre le covid, Modi prend des mesures policières, tandis que les paysans vaccinent sur tous les lieux occupés.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Jacques Chastaing

Alors que Modi n'a jamais rien fait contre le covid - et qu'il est fortement critiqué de tous côtés pour son inertie totale - il vient de prendre prétexte d'une soudaine montée de l'épidémie pour non pas la combattre mais tenter de stopper la montée irrésistible du soulèvement paysan. Il accuse les rassemblements paysans et notamment les campements paysans de Delhi d'être responsables de la propagation du virus, alors que lui-même dans le même temps, continue ses campagnes électorales avec des meetings de masse sans protection sanitaire dans 5 Etats du pays et ne s'oppose pas aux pèlerinages massifs hindous.

Pour essayer d'opposer les habitants de Delhi aux paysans qui campent à ses portes, il vient aujourd'hui de confiner la ville en accusant les paysans d'en être responsables parce qu'ils bloqueraient selon lui l'arrivée du matériel médical.

Ce qui est totalement faux bien sûr et ridicule puisqu'alors que Modi a laissé le système de santé dans un état déplorable, les paysans ont appelé à une semaine de mobilisation pour la santé du 20 au 26 avril sur les lieux qu'ils occupent. Ils ont ouvert des cliniques gratuites à leurs campements des portes de la Delhi, proposant des soins à toute la population, proposant également dans un premier temps de vacciner si Modi voulait bien leur fournir des vaccins, puis dans un deuxième temps, ils ont annoncé qu'il y seraient en capacité de vacciner aux campements de Delhi mais aussi dans tous les lieux de mobilisation paysanne et notamment aux nombreuses gares de péages autoroutières occupées dans l'Haryana, le Pendjab et le Rajasthan. Ils ont également appelé à généraliser à tout le pays ce mouvement de libération des péages devenus par la même occasion des lieux de vaccination paysanne.

Les paysans ont également annoncé qu'ils distribueraient massivement des masques et fourniraient du matériel médical dans tous ces lieux.

Bref, d'une certaine manière, alors que contre le covid, Modi prend surtout des mesures policières et continue ses meetings électoraux sans protection sanitaire, le soulèvement paysan, lui, prend en main la santé publique de la population, affirmant de plus en plus qu'il y a deux pouvoirs dans le pays.

D'autre part Modi renouvelle son opération de l'an passé qui lui avait permis de stopper le soulèvement de Shaheen Bagh en semant la peur, le chaos et la division en jetant à la rue 80 millions de travailleurs précaires avec le confinement et le couvre-feu et en les forçant à rejoindre leur village natal. Beaucoup étaient morts sur la route.

Mais cette fois, Modi fait face à un soulèvement de bien plus grande ampleur que l'an passé. Les paysans et leurs soutiens se sont rendus dans les gares routières et de trains avec des sacs de nourriture pour les distribuer et ont appelé en même temps les travailleurs précaires à ne pas rentrer chez eux mais à venir s'installer sur les campements paysans pour rejoindre la lutte, où ils leur garantissent 6 mois de nourriture gratuite. Par ailleurs, aujourd'hui, les paysans ont également ouvert des cantines et offert des repas gratuits dans leurs campements aux travailleurs chassés de Delhi.

Les paysans ne se font aucune illusion sur les motivations de Modi, d'autant qu'un de ses proches a menacé de "nettoyer" par la force les foyers d'infection que seraient les campements. Face à cette menace - avec en plus des rumeurs de tireurs d'élite venus pour tuer les dirigeants paysans - les paysans qui sont en pleine période de récolte, ont eux-mêmes appelé les paysans et soutiens, dans l'éventualité d'un coup de force des voyous fascistes de Modi et sa police, à venir renforcer les paysans campant à Delhi dés qu'ils auraient fini leurs récoltes. Ainsi la première marche de paysans est partie aujourd'hui 21 avril du Pendjab, tandis qu'une seconde partira de tout le pays le 24 avril.

PHOTOS

La première marche sur Delhi des paysans venant du Pendajb est partie aujourd'hui 21.04 avant la seconde venant de tout le pays, le 24.04 ; Khap Panchayat (réunion de 19 structures traditionnelles de la puissante communauté des Jats -30% de la population en Haryana, 20% en Uttar Pradesh, etc, etc,) dans l'Haryana pour s'opposer à toute tentative de Modi de s'attaquer au campements paysans de Delhi et lance un appel à chaque foyer familial des Jats à envoyer un des ses membres aux campements de Delhi ; fête de Vaisakhi célébrée hier à la porte Tikri de Delhi

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Libertés publiques
Covid-19 : « Le gouvernement réglemente par protocoles et foires aux questions, une menace pour l’État de droit »
Stéphanie Renard, maîtresse de conférences en droit public, fait le bilan de deux années de crise. Cette spécialiste de l’ordre public sanitaire s’inquiète de la diffusion d’un « droit souple » qui « menace l’avenir de l’État de droit et le principe de légalité », et dénonce un « retour en arrière, vers une vision hygiéniste de la société ».
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Nucléaire
Hugo, lanceur d’alerte du nucléaire : « J’accuse EDF de dissimulations »
« Avec ce type d’attitude, nos centrales ne sont pas sûres » : le témoignage choc d’un membre de la direction de la centrale nucléaire du Tricastin, inquiet que la culture de la sûreté nucléaire passe en arrière-plan des impératifs financiers au sein du groupe EDF.
par Youmni Kezzouf et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato