Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10591 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 déc. 2020

inde: " de chacun selon ses moyens à chacun selon ses besoins"

Le soulèvement paysan met en route le fameux "de chacun selon ses moyens à chacun selon ses besoins", le neki ki divar ' "mur de la gentillesse").

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source: Luttes Invisibles

New Delhi, 20 décembre

C'était un mur normal de brique et de mortier au bord de la route jusqu'à il y a un jour, mais maintenant il s'appelle le «Neki ki divar» (mur de la bonté).

Des vêtements aux articles de toilette en passant par les médicaments, les manifestants qui poursuivent leur sit-in à la frontière de Ghazipur à Delhi contre les nouvelles lois agricoles du Centre peuvent obtenir ces choses en écrivant leurs besoins sur ce mur.

«Nous avons mis en place aujourd'hui un« divar neki ki ». L'idée est de faire en sorte que tous nos frères et sœurs agriculteurs soient bien équipés pour faire partie de la manifestation et se tenir au chaud dans les conditions météorologiques difficiles de Delhi », a déclaré Survinder Kisan, l'un des manifestants à la frontière de Ghazipur.

Deux kiosques ont été fixés au mur du bord de la route sur le site de la manifestation.

«À un endroit, les gens peuvent laisser ce qu'ils veulent donner et l'autre côté est pour les manifestants qui peuvent collecter des choses selon leurs besoins à partir du stock existant», a-t-il déclaré.

«Si ce dont ils ont besoin n'est pas disponible, ils peuvent l'écrire sur le mur et il leur sera fourni», a déclaré Survinder Kisan, l'un des manifestants à la frontière de Ghazipur.

De l'espace a été laissé sur le mur et des craies ont été conservées, afin que les gens puissent laisser des messages sur leurs besoins, a-t-il déclaré, ajoutant qu'un registre sera également tenu.

Ils fournissent des masques, des désinfectants, des médicaments, des articles de toilette, de la literie, des vêtements en laine. «Nous ajouterons plus d'articles. La nourriture est déjà servie dans les langars », a déclaré Survinder.

Les agriculteurs protestataires ont également observé «Shradhanjali Diwas» (jour des martyrs.ndr) dimanche pour rendre hommage à ceux qui étaient «morts pendant l'agitation en cours».

«Nous rendons hommage aux agriculteurs qui ont perdu la vie pendant l'agitation. Ce sera dommage si nous abandonnons leurs sacrifices sans que nos revendications soient satisfaites », a déclaré Ratan Jhadola, un autre manifestant.

Des milliers et des milliers d'agriculteurs, en particulier du Pendjab et de l'Haryana, campent à diverses frontières de la capitale nationale depuis près de quatre semaines maintenant, alors que les pourparlers formels entre le gouvernement et les représentants des syndicats d'agriculteurs sont restés dans l'impasse, les paysans protestataires refusant d'accepter autre chose qu'une abrogation. des trois lois nouvellement promulguées.

La Cour suprême a reconnu jeudi le droit des agriculteurs à des manifestations non violentes et a évoqué l'idée de suspendre les lois agricoles litigieuses pour permettre des négociations avec des agriculteurs agités, à laquelle le Centre s'est opposé, affirmant que les agriculteurs ne se présenteraient alors pas aux pourparlers.https://www.tribuneindia.com/.../farmers-at-ghazipur...

Un outil unique au service des acteurs de l’émancipation. Cliquez sur le logo

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener