Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 mars 2021

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Inde: un double pouvoir se met progressivement en place -Jacques Chastaing

La révolution de la démocratie directe s’étend peu a peu à tout le pays, aux intouchables et aux tribus...

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après avoir couvert d'un réseau de structures de démocratie directe (les panchayats) les Etats du Pendjab, de l'Haryana, de l'Uttar Pradesh où le soulèvement paysan fait peu à peu la loi, il étend maintenant son réseau aux Etats du Madhya Pradesh, de l'Odisha, du Bengale Occidental, du Karnataka et de l'Uttarakhand, c'est à dire une population d'environ 540 millions d'habitants. En plus de son extension géographique, le soulèvement témoigne de son orientation politique et sociale en organisant une démocratie directe des femmes, des intouchables, des jeunes, des ouvriers agricoles, des membres des tribus aborigènes en organisant des mahapanchayats de femmes, d'Intouchables, de tribus, de jeunes, d'ouvriers agricoles, ou mixtes, paysans et ouvriers, paysans, ouvriers agricoles et ouvriers... qui décident librement de ce qu'ils veulent faire.

Pour donner une idée de la structuration en démocratie directe qui s'inscrit dans le sillage des Mahapanchayats, sortes d'AG géantes qui réunissent de 10 000 à 250 000 participants, paysans mais aussi ouvriers agricoles, ouvriers, syndicalistes, jeunes, femmes, intouchables, tribus... voilà ce qui se passe dans l'Etat du Madhya Pradesh.

Le soulèvement paysan a commencé dans cet Etat les mahapanchayats seulement en février 2021 et il en a organisé trois qui ont réuni chacun entre 15 000 et 50 000 participants. Mais derrière ces trois mahapanchayats se sont tenus 40 panchayats simples (qui regroupent entre 100 et 1500 participants) et il doit s'en tenir encore une vingtaine dans les 15 jours qui viennent. Les panchayats sont des structures municipales sous contrôle d'AG populaires, qui recouvrent un ou plusieurs villages pouvant aller jusqu'à regrouper 500 000 habitants. Ce sont en fait des structures démocratiques chargées de l'excution de ce qui a été décidé en mahapanchayat (panchayat géant). C'est en fait une organisation de toute la population en pouvoir de démocratie directe. Ce sont ces structures par exemple en Haryana, Pendjab, Uttar Pradesh qui veillent à l'application concrète de l'exclusion de toute vie sociale des militants et représentants du BJP (parti au pouvoir), du RSS (milice fasciste au service du pouvoir) et de leurs alliés, leur empêchant toute réunion, toute apparition, voire même à sortir de chez eux, faisant le siège en continu de leurs logements.

Et ce sont ces structures qui veillent à l'organisation concrète de la lutte, organisent les péages autoroutiers gratuits continus, le boycott des chaines de magasin, stations essence, entrepôts, entreprises des capitalistes qui soutiennent Modi, permettent aux campements paysans de Delhi regroupant des centaines de milliers de personnes, d'être alimentés en nourriture, eau, équipements divers... Ce sont ces structures qui mettent aussi peu à peu en place des structures pas seulement de lutte mais de vie quotidienne en rapport avec leurs idéaux et objectifs, de solidarité pour les plus pauvres, en matière de nourriture, de santé, d'école... et tous les aspects de la vie civile, jusqu'aux mariages, gratuits, sans prêtres, sans rituels religieux.

Il y a eu trois mahapanchayats également dans le Karnataka et à leur suite, les paysans et soutiens ont décidé de faire le siège de Bengalore, la capitale de l'Etat, 11 millions d'habitants, la Silicon Valley de l'Inde. Ils ont commencé aujourd'hui. Ces mahapanchayats sont des organes de décision, mais cela nécessite toute une organisation en amont, et donc ce fonctionnement en démocratie directe des panchayats.

Dans le Bengale Occidental où ont lieu les élections pour renouveler le parlement et le gouvernement de l'Etat, autre objectif, la démocratie directe des paysans mène une campagne quotidienne de manifestations et meetings de rue pour appeler là aussi à bannir le BJP de la vie sociale et politique en ne votant pas pour lui. Ce qui nécessite là encore toute une organisation, une protection contre les interventions des flics, des avocats pour sortir les militants de prison, une presse, etc.

Le rassemblement central des jeunes du soulèvement paysan qui s'est tenu à Sunam le 21.03 devant des dizaines de milliers de jeunes filles et garçons a décidé pour sa part d'organiser une marche énorme de jeunes convergeant vers Delhi le 23 mars en hommage ce jour-là au révolutionnaire Baghat Singh dans un cadre général anti-impérialiste, pour faire de cette journée du 23 une plate-forme de départ vers la grève générale du 26 mars en organisant à partir de là des manifestations continues les 24 et 25 mars et en poursuivant la grève générale du 26 par un blocage illimité de la principale plate-forme logistique à Kila Raipur qui gère les principales entrées et sorties de marchandises du pays, du plus gros groupe capitaliste indien, Andani, à partir du 27 mars.

Avec les tribus (qui représentent 100 millions d'habitants), le soulèvement paysan mène une lutte commune pour la préservation de leurs forêts qui sont en principe dévolues au tribus, mais qui de fait sont volées par des sociétés capitalistes pour l'exploitation forestière.

Avec les ouvriers, notamment ceux de l'aciérie géante de Vizag, dans l'Etat de l'Andhra Pradesh, en lutte contre leur privatisation, le soulèvement paysan va mettre en route les panchayats pour aider les ouvriers en grève illimitée à partir du 28 mars, à paralyser tout l'Etat en complétant leur grève par le blocage des routes et des voies ferrées, en organisant des rassemblements et manifestations partout.

Avec les consommateurs et citoyens, le soulèvement paysan organise et structure partout ces comités contre l'augmentation des prix pétroliers d'usage quotidien et la vie chère...

C'est une révolution en marche, un pouvoir révolutionnaire qui peu à peu se met en place

PHOTOS

1er Mahapanchayat de Dalits (intouchables) à Ramnagar dans l'Etat de l'Uttarakhand où 70% des paysans sont des femmes ; une des 4 marches ouvriers/paysans/étudiants qui avance vers Delhi pour mobiliser pour la grève générale du 26 mars ; mahapanchayat à Haveri dans l'Etat du Karnataka ; mahapanchayat à Shivmoga dans l'Etat du Karnataka ; manifestation des jeunes en moto pour rejoindre Delhi le 23 mars ; 2 photos de l'énorme meeting des jeunes du soulèvement paysan à Sunam ; meeting paysan dans les rues de Calcutta appelant à ne pas voter BJP ; après plusieurs mahapanchayats dans le Karnataka, 3 photos de la manifestation de soutien aux paysans le 22.03 à Bengalore dans l'Etat du Karnataka. Les leaders paysans ont appelé à faire le siège de Bengalore (11 millions d'habitants, la silicon valley de l'Inde) comme à Delhi. La manifestation s'en veut le début.

6 photos en plus ici

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes