Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10586 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 mars 2021

Inde: un double pouvoir se met progressivement en place -Jacques Chastaing

La révolution de la démocratie directe s’étend peu a peu à tout le pays, aux intouchables et aux tribus...

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après avoir couvert d'un réseau de structures de démocratie directe (les panchayats) les Etats du Pendjab, de l'Haryana, de l'Uttar Pradesh où le soulèvement paysan fait peu à peu la loi, il étend maintenant son réseau aux Etats du Madhya Pradesh, de l'Odisha, du Bengale Occidental, du Karnataka et de l'Uttarakhand, c'est à dire une population d'environ 540 millions d'habitants. En plus de son extension géographique, le soulèvement témoigne de son orientation politique et sociale en organisant une démocratie directe des femmes, des intouchables, des jeunes, des ouvriers agricoles, des membres des tribus aborigènes en organisant des mahapanchayats de femmes, d'Intouchables, de tribus, de jeunes, d'ouvriers agricoles, ou mixtes, paysans et ouvriers, paysans, ouvriers agricoles et ouvriers... qui décident librement de ce qu'ils veulent faire.

Pour donner une idée de la structuration en démocratie directe qui s'inscrit dans le sillage des Mahapanchayats, sortes d'AG géantes qui réunissent de 10 000 à 250 000 participants, paysans mais aussi ouvriers agricoles, ouvriers, syndicalistes, jeunes, femmes, intouchables, tribus... voilà ce qui se passe dans l'Etat du Madhya Pradesh.

Le soulèvement paysan a commencé dans cet Etat les mahapanchayats seulement en février 2021 et il en a organisé trois qui ont réuni chacun entre 15 000 et 50 000 participants. Mais derrière ces trois mahapanchayats se sont tenus 40 panchayats simples (qui regroupent entre 100 et 1500 participants) et il doit s'en tenir encore une vingtaine dans les 15 jours qui viennent. Les panchayats sont des structures municipales sous contrôle d'AG populaires, qui recouvrent un ou plusieurs villages pouvant aller jusqu'à regrouper 500 000 habitants. Ce sont en fait des structures démocratiques chargées de l'excution de ce qui a été décidé en mahapanchayat (panchayat géant). C'est en fait une organisation de toute la population en pouvoir de démocratie directe. Ce sont ces structures par exemple en Haryana, Pendjab, Uttar Pradesh qui veillent à l'application concrète de l'exclusion de toute vie sociale des militants et représentants du BJP (parti au pouvoir), du RSS (milice fasciste au service du pouvoir) et de leurs alliés, leur empêchant toute réunion, toute apparition, voire même à sortir de chez eux, faisant le siège en continu de leurs logements.

Et ce sont ces structures qui veillent à l'organisation concrète de la lutte, organisent les péages autoroutiers gratuits continus, le boycott des chaines de magasin, stations essence, entrepôts, entreprises des capitalistes qui soutiennent Modi, permettent aux campements paysans de Delhi regroupant des centaines de milliers de personnes, d'être alimentés en nourriture, eau, équipements divers... Ce sont ces structures qui mettent aussi peu à peu en place des structures pas seulement de lutte mais de vie quotidienne en rapport avec leurs idéaux et objectifs, de solidarité pour les plus pauvres, en matière de nourriture, de santé, d'école... et tous les aspects de la vie civile, jusqu'aux mariages, gratuits, sans prêtres, sans rituels religieux.

Il y a eu trois mahapanchayats également dans le Karnataka et à leur suite, les paysans et soutiens ont décidé de faire le siège de Bengalore, la capitale de l'Etat, 11 millions d'habitants, la Silicon Valley de l'Inde. Ils ont commencé aujourd'hui. Ces mahapanchayats sont des organes de décision, mais cela nécessite toute une organisation en amont, et donc ce fonctionnement en démocratie directe des panchayats.

Dans le Bengale Occidental où ont lieu les élections pour renouveler le parlement et le gouvernement de l'Etat, autre objectif, la démocratie directe des paysans mène une campagne quotidienne de manifestations et meetings de rue pour appeler là aussi à bannir le BJP de la vie sociale et politique en ne votant pas pour lui. Ce qui nécessite là encore toute une organisation, une protection contre les interventions des flics, des avocats pour sortir les militants de prison, une presse, etc.

Le rassemblement central des jeunes du soulèvement paysan qui s'est tenu à Sunam le 21.03 devant des dizaines de milliers de jeunes filles et garçons a décidé pour sa part d'organiser une marche énorme de jeunes convergeant vers Delhi le 23 mars en hommage ce jour-là au révolutionnaire Baghat Singh dans un cadre général anti-impérialiste, pour faire de cette journée du 23 une plate-forme de départ vers la grève générale du 26 mars en organisant à partir de là des manifestations continues les 24 et 25 mars et en poursuivant la grève générale du 26 par un blocage illimité de la principale plate-forme logistique à Kila Raipur qui gère les principales entrées et sorties de marchandises du pays, du plus gros groupe capitaliste indien, Andani, à partir du 27 mars.

Avec les tribus (qui représentent 100 millions d'habitants), le soulèvement paysan mène une lutte commune pour la préservation de leurs forêts qui sont en principe dévolues au tribus, mais qui de fait sont volées par des sociétés capitalistes pour l'exploitation forestière.

Avec les ouvriers, notamment ceux de l'aciérie géante de Vizag, dans l'Etat de l'Andhra Pradesh, en lutte contre leur privatisation, le soulèvement paysan va mettre en route les panchayats pour aider les ouvriers en grève illimitée à partir du 28 mars, à paralyser tout l'Etat en complétant leur grève par le blocage des routes et des voies ferrées, en organisant des rassemblements et manifestations partout.

Avec les consommateurs et citoyens, le soulèvement paysan organise et structure partout ces comités contre l'augmentation des prix pétroliers d'usage quotidien et la vie chère...

C'est une révolution en marche, un pouvoir révolutionnaire qui peu à peu se met en place

PHOTOS

1er Mahapanchayat de Dalits (intouchables) à Ramnagar dans l'Etat de l'Uttarakhand où 70% des paysans sont des femmes ; une des 4 marches ouvriers/paysans/étudiants qui avance vers Delhi pour mobiliser pour la grève générale du 26 mars ; mahapanchayat à Haveri dans l'Etat du Karnataka ; mahapanchayat à Shivmoga dans l'Etat du Karnataka ; manifestation des jeunes en moto pour rejoindre Delhi le 23 mars ; 2 photos de l'énorme meeting des jeunes du soulèvement paysan à Sunam ; meeting paysan dans les rues de Calcutta appelant à ne pas voter BJP ; après plusieurs mahapanchayats dans le Karnataka, 3 photos de la manifestation de soutien aux paysans le 22.03 à Bengalore dans l'Etat du Karnataka. Les leaders paysans ont appelé à faire le siège de Bengalore (11 millions d'habitants, la silicon valley de l'Inde) comme à Delhi. La manifestation s'en veut le début.

6 photos en plus ici

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu