Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 juil. 2021

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Inde: Journée historique, le soulèvement paysan crée son propre parlement.

Aujourd'hui, les députés paysans suite à leurs débats de ce jour d'installation, ont fait deux déclarations : l'une pour rendre hommage aux 600 paysans qui sont morts lors des presque 8 mois du soulèvement et l'autre pour dénoncer les limites de la démocratie bourgeoise qui a tenté en vain d'interdire à ses propres médias le contact avec les représentants du soulèvement paysan...

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Jacques Chastaing

VERS UNE SITUATION DE DOUBLE POUVOIR.

Jour historique en Inde : annoncé depuis quelques temps, les paysans ont installé à environ 150 mètres du Parlement institutionnel, leur propre Parlement de 200 représentants sous la protection de dizaines et dizaines de milliers voire centaines de milliers de paysans et leurs soutiens qui campent à quelques kilomètres de là aux portes de Delhi, et, partout dans le pays, sous le regard et la protection des Mahapanchayats (assemblées de démocratie directe) ou rassemblements divers qui suivront l'action des paysans au Parlement.

L'objectif des paysans et soutiens est de demander aux parlementaires d'exiger l'abolition des lois anti paysannes et ouvrières et de mettre sous surveillance active des paysans et leurs soutiens les activités et déclarations des députés durant la session parlementaire qui se tient du 22 juillet au 13 août. Les paysans ont averti que les députés qui ne défendraient pas les paysans et ouvriers dans cette session parlementaire seraient révoqués de leurs fonctions par le soulèvement paysan. Ils le seraient d'une part immédiatement par le "bannissement" social que le soulèvement utilise déjà en Haryana et au Pendjab, interdisant de fait toute activité aux députés BJP et d'autre part en les faisant battre aux prochaines élections législatives, notamment début 2022 pour un un certain nombre d'entre eux, comme ils l'ont fait au Bengale Occidental il y a peu.

Par ailleurs, les 200 représentants des paysans de tous les Etats du pays, ou presque, stationnés devant le Parlement, et qui tourneront chaque jour, de même que les 6 porte-paroles, tiendront eux même une session parlementaire quotidienne du peuple - avec débats et porte-paroles - concurrente de celle institutionnelle, des riches et des capitalistes.

L'installation de ce Parlement du peuple qui est historique pour l'Inde, c'est la première fois qu'on assiste à une telle représentation politique de ceux d'en bas, ne s'est pas faite sans difficultés, puisque la police a tenté d'empêcher par des forces importantes qu'il y ait un contact entre la presse et les "députés" paysans pour éviter que les médias ne donnent de l'écho dans tout le pays à l'initiative paysanne, volontairement ou non. Cela a eu comme effet d'énerver certains journalistes qui, du coup, se sont mis à camper à leur tour à proximité des représentants paysans. Au bout de quelques temps, la police a cédé et autorisé le contact entre paysans et journaliste.

Une première victoire du Parlement populaire et le signe de son autorité.

Par ailleurs, les policiers n'ont pas osé s'opposer à un certain nombre de parlementaires, dont une vingtaine de l'Etat du Kerala, qui ont rejoint les représentants paysans pour leur apporter tout leur soutien. En retour, les paysans leur ont demandé de se faire les yeux et les oreilles du mouvement populaire dans l'Assemblée bourgeoise.

Ainsi, petit à petit, l'Inde s'installe dans une situation de double pouvoir, déjà hier avec la politique de bannissement social du mouvement paysan qui contestait toute autorité aux autorités en place, au moins en Haryana, Pendjab et en partie dans l'Uttar Pradesh (qui vient d'obtenir un succès aujourd'hui avec la libération des paysans qui avaient bloqué députés et ministres à Sirsa), et maintenant avec une extension nationale de ce double pouvoir avec d'un côté un Parlement bourgeois et maintenant un Parlement populaire appuyé sur des structures de démocratie directe, les Mahapanchayats.

N'en doutons pas, ce Parlement du peuple essaiera d'exposer aux yeux de tous le pays, son programme et ses objectifs, pour une autre société.

Aujourd'hui, les députés paysans suite à leurs débats de ce jour d'installation, ont fait deux déclarations : l'une pour rendre hommage aux 600 paysans qui sont morts lors des presque 8 mois du soulèvement paysan et l'autre pour dénoncer les limites de la démocratie bourgeoise qui a eu peur aujourd'hui que ses propres médias aient le contact avec les représentants du soulèvement paysan.

PHOTOS

Les 200 représentants des paysans mangent sur la route pas loin du Parlement ; la police a tout fait pour empêcher les médias d'échanger avec les 200 représentants des paysans devant le Parlement pour qu'ils ne se fassent pas, volontairement ou non, des porte-paroles de l'initiative paysanne à l'échelle du pays. Donc d'un côté de barrières policières, les médias, de l'autre côté à une certaine distance, les paysans, au milieu des flics : bref la démocratie des riches et des capitalistes... ; photo du Parlement paysan

Ici trois photos de plus

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation! 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal
États-Unis : en Géorgie, une enquête sur l’élection de 2020 menace Donald Trump
L’ancien président a moins de souci à se faire au sujet de la défaite attendue de son poulain, Herschel Walker, lors de la sénatoriale de Géorgie du mardi 6 décembre, que de l’enquête de la procureure Fani Willis, au terme de laquelle il pourrait être inculpé pour fraudes et ingérences électorales.
par Alexis Buisson
Journal — Asie et Océanie
Rentrer ou pas à Futaba, près de Fukushima : le dilemme des anciens habitants
La dernière des 11 municipalités évacuées en 2011 à proximité de la centrale nucléaire de Fukushima accueille de nouveau des habitants sur 10 % de son territoire. La levée de l’interdiction de résidence, présentée comme un pas vers la reconstruction, ne déclenche pas l’enthousiasme.
par Johann Fleuri
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère