Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10573 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 nov. 2021

La révolution continue au Soudan

Ce qui se passe au Soudan est capital pour l'ensemble de l'Afrique de l'Est, une des régions les plus mouvementées du monde, et derrière elle l'Afrique toute entière et est capital pour le monde arabe. Si la révolution soudanaise l'emportait, ce serait une déflagration dans toute la région. Solidarité avec la révolution soudanaise !

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source: Luttesinvisibles

Hier 21/11, Hamdok, l'ancien premier ministre civil, emprisonné par les militaires, a été libéré pour signer un accord de cesser le feu et un accord gouvernemental sous l'égide des militaires.

Ce n'est qu'un repli tactique des généraux putschistes parce que le peuple soudanais est vent debout contre le putsch constamment depuis le 25 octobre, date à laquelle les généraux félons, regroupés autour du général Burhan, ont décidé de braquer la révolution soudanaise.

Malgré la répression sanglante que leur ont opposée les généraux, les manifestants sont non seulement restés dans leur logique de contestation mais parce qu'ils manifestaient déjà hier aussi comme Hamdock exigent le pouvoir directement au peuple. Les militaires et Hamdok, unis, tentent de s'opposer à la révolution par ce faux semblant de pourvoir militaire/civil. Les manifestants crient "Hamdok est vendu, la rue est vivante... la révolution continue" dénonçant la trahison de Hamdok, l'ancien premier ministre civil, emprisonné par les militaires, puis libéré hier, pour signer un accord de cesser le feu et de gouvernement sous l'égide des militaires. Ce n'est qu'un repli tactique des généraux putschistes parce que le peuple soudanais est vent debout contre le putsch et cela constamment depuis le 25 octobre, date à laquelle les généraux félons, regroupés autour du général Burhan, ont décidé de braquer la révolution soudanaise.

Malgré la répression sanglante que leur ont opposée les généraux, les manifestants sont non seulement restés dans la rue depuis le 25 octobre mais aussi parce qu'ils manifestaient déjà du temps de Hamdock contre son gouvernement civil, ils exigent aujourd'hui le pouvoir directement pour le peuple. C'est contre cette montée en puissance de la révolution, que les militaires et Hamdok, unis, tentent de faire front avec ce faux semblant de pourvoir militaire/civil.

Mais aussitôt, Hamdock remis à sa place par les militaires, les manifestants du 21 novembre criaient dans les rues de Khartoum "La rue est vivante, Hamdok trahison... la révolution continue". Par ailleurs le parti communiste soudanais, l'Association des professionnels et les comités de résistance des quartiers, qui ont été à la base de la révolution de 2018/2019, et animent le mouvement aujourd'hui, appelaient à continuer la révolution jusqu'à la chute du régime.

Ce qui se passe au Soudan est capital pour l'ensemble de l'Afrique de l'Est, une des régions les plus mouvementées du monde, et derrière elle l'Afrique toute entière et est capital pour le monde arabe. Si la révolution soudanaise l'emportait, ce serait une déflagration dans toute la région.

Solidarité avec la révolution soudanaise !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Au sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ». Reportage.
par Nejma Brahim
Journal
Covid-19 : lever les brevets, une solution mondiale ?
Vaccination générale, nouveaux médicaments contre le Covid-19 : les profits des laboratoires pharmaceutiques explosent. Est-il envisageable qu’ils lèvent un jour leurs brevets ? On en parle avec nos invités Isabelle Defourny, de MSF, Jérôme Martin, cofondateur de l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament, et Rozenn Le Saint, journaliste santé à Mediapart.
par à l’air libre
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Gauche(s)
Les partis de gauche opposés à la Primaire populaire durcissent le ton
Alors que le vote d’investiture de la Primaire populaire, qui compte déjà 288 000 inscrits, a lieu entre le 27 et le 30 janvier, les coups pleuvent sur cette initiative citoyenne. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille