Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10573 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 déc. 2020

La concurrence capitaliste : un système mortifère

Lundi 21 décembre, l'Agence européenne des médicaments (AEM) a validé le vaccin élaboré par les laboratoires allemand et états-unien Pfizer et BioNTech.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Source: A & R

Il s'agit de l'un des 56 candidats en phase de test ou attendant leur commercialisation, notamment aux côtés de ceux de la société états-unienne Moderna et du centre de recherche russe Gamaleïa. Cela constitue un bon espoir face à l'épidémie. On aimerait que de tels efforts soient fournis pour d'autres maladies infectieuses comme le paludisme ou le SIDA. On aimerait aussi que chacun et chacune dans le monde ait accès aux mêmes vaccins et traitements.

Le juteux marché du médicament

Mais la « loi du marché », ou plus simplement du capitalisme, est tout autre : les laboratoires pharmaceutiques sont des entreprises privées, dont le but est de faire des profits, pas de sauver des vies.

Ce qui guide leurs politiques, c'est la « demande », la garantie de vendre en grande quantité à des populations qui ont les moyens d'acheter. En concurrence entre elles, elles veillent à garder leurs découvertes bien cachées. Le secret industriel leur permet d'empêcher que les formules qui fonctionnent soient recopiées mises à disposition de toutes et tous. Les États qui parviennent à créer des médicaments génériques et s'aventurent à les distribuer pour sauver des vies, sont impitoyablement sanctionnés par les institutions économiques internationales.

Si les moyens étaient mutualisés, si les chercheurs et chercheuses pouvaient échanger librement et travailler sans la pression de la rentabilité, les découvertes seraient bien plus nombreuses. Sans la concurrence, les moyens eux-mêmes seraient plus grands : en 2014, le total des dépenses de recherche des 131 plus gros laboratoires pharmaceutiques mondiaux s'élevait à 135 milliards de dollars... Contre 276 milliards pour leurs dépenses en marketing !

Un gouvernement hypocrite et cynique

Voilà sans doute de quoi expliquer la défiance d'une partie de la population vis-à-vis du vaccin. Fin novembre, selon un sondage de l'IFOP, 59 % de la population française se disait sceptique quant à son efficacité et à son inoffensivité. Cette défiance n'est pas sans conséquences : pour atteindre l'immunité collective, il faudrait que 60 à 70 % de la population soit vaccinée, et seulement à condition que le vaccin soit très efficace.

Mais comment avoir confiance lorsque le pouvoir qui assure la promotion du vaccin se moque si ouvertement de nous ? Ce gouvernement qui a rendu le port du masque obligatoire après nous avoir expliqué des mois durant qu'il n'était pas utile ! Ce gouvernement qui ferme les universités et rend possible les cours à distance dans les lycées, mais pas dans les écoles et les collèges, car cela obligerait les parents à garder leurs enfants au lieu de bosser ! Ce gouvernement qui restreint nos libertés avec le couvre-feu et explique que les théâtres, les cinémas, les cafés et les restaurants sont des lieux dangereux... mais pas les transports et les lieux de travail !

Ce gouvernement porte une lourde responsabilité dans la montée du « complotisme », dont il prétend s'émouvoir. Le capitalisme ne permettra jamais la transparence et les gouvernements qui servent la classe dominante ne laisseront jamais le moindre espace pour que nous prenions nos affaires en main. La façon dont Macron a balayé les propositions les plus contraignantes de la « convention citoyenne pour le climat » le montre. Voilà sa réponse à la défiance populaire : un ridicule référendum pour ajouter une phrase à la Constitution sur « la lutte contre le dérèglement climatique » !

C'est à la majorité de contrôler !

La réponse de notre classe sociale doit être d'utiliser notre arme la plus précieuse : notre capacité à faire tourner la société. Si dans toutes les entreprises, comme la recherche pharmaceutique, les travailleurs et travailleuses expropriaient les actionnaires et prenaient le contrôle, ce serait la garantie de mettre l'industrie au service de toutes et tous !

Un outil unique au service des acteurs de l’émancipation. Cliquez sur le logo

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Au sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l'Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ».
par Nejma Brahim
Journal
Covid-19 : lever les brevets, une solution mondiale ?
Vaccination générale, nouveaux médicaments contre le Covid-19 : les profits des laboratoires pharmaceutiques explosent. Est-il envisageable qu’ils lèvent un jour leurs brevets ? On en parle avec nos invités Isabelle Defourny, de MSF, Jérôme Martin, cofondateur de l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament, et Rozenn Le Saint, journaliste santé à Mediapart.
par à l’air libre
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Gauche(s)
Les partis de gauche opposés à la Primaire populaire durcissent le ton
Alors que le vote d’investiture de la Primaire populaire, qui compte déjà 288 000 inscrits, a lieu entre le 27 et le 30 janvier, les coups pleuvent sur cette initiative citoyenne. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche