Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10602 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 févr. 2021

Soulèvement paysan : "L'inde doit appartenir a ceux qui travaillent" -J. Chastaing

Le soulèvement paysan célèbre la révolution de 1906-1907

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au 87e jour d'occupation des principales portes de Delhi par des dizaines et des dizaines de milliers de paysans, le soulèvement a tenu aujourd'hui à organiser une journée "Pagdi Sambhal Divas" en référence directe à ce qui s'était passé lors de la révolution paysanne de 1906-1907 en Inde (où les autorités britanniques avaient voulu imposer 3 lois agricoles comme aujourd'hui) dans la foulée des révolutions russes et iraniennes de 1905 et notamment le rôle des soviets dans ces deux pays et ce qui avait existé dans ce sens en Inde.

Dans ce cadre, un hommage national a été effectué dans tout le pays le 23.02 à Ajit Singh un héros de la révolution de 1906 animateur du mouvement Pagdi Sambhal Jatta qui, parti des paysans, s'était étendu à toutes les catégories sociales et notamment à l'armée.

Un autre hommage avait été rendu le 22.02 à Swami Sahajanand (décédé en 1950), un Dalit (Intouchable) militant paysan socialiste révolutionnaire, le père du mouvement paysan organisé en Inde, très respecté dans le pays et connu notamment pour sa formule : ′′ Celui qui fait pousser de la nourriture et cout des vêtements, doit maintenant faire la loi. Il s'est battu contre les propriétaires, l'Etat et les dévots. L'Inde lui appartient, et maintenant il va gouverner."

De nombreux rassemblements ont eu lieu dans le pays et dans les campements paysans aux portes de Delhi.

Dans cet esprit d'ancrer la révolution paysanne d'aujourd'hui dans les leçons des révolutions du passé, tous les jours jusqu'au 27 février seront organisés des rassemblements autour de thèmes différents, puis les 26 et 27 seront consacrés à l'élargissement de la lutte paysanne aux combats des jeunes et à l'unité des paysans et ouvriers.

Par ailleurs les Mahanpanchayats ont continué de plus belle notamment dans le Rajasthan avec une participation massive où c'est une nouveauté, après l'Haryana, le Pendjab et l'Uttar Pradesh et où il a été décidé comme dans les autres Etats d'empêcher les militants et représentants du RSS (milice fasciste au service du pouvoir) et du BJP (parti au pouvoir) d'exercer leurs fonctions politiques, sociales et familiales.

PHOTOS

Mahapanchayat à Sikar dans l'Etat du Rajasthan ; Mahapanchayat des jeunes à Mehraj Bathinda dans l'Etat du Pendjab ; Mahapanchayt dans l'Etat de l'Uttar Pradesh ; au Mahapanchayat de Sikar, les femmes sont nombreuses ; Mahapanchayat de Churu dans le Rajasthan ; célébration du Pagdi Sambhal Divas au campement de la porte Singhu de Delhi

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la nouvelle Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose