Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10362 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 mars 2021

Occupations, manifs, grèves… Il est grand temps d’y aller groupés pour gagner !

Les mobilisations montrent que, face à la politique de « stratégie du choc » du patronat et le gouvernement, notre classe ne reste pas sans réagir. Pour pouvoir mettre un STOP à la politique des capitalistes et de Macron, les directions syndicales et politiques de notre camp devraient œuvrer à centraliser et unifier ces différentes luttes. Mais ce n’est pas du tout ce qu’elles font.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source: AR

Le mardi 16 mars plus de 50 lieux de culture sont désormais occupés par les travailleurs et travailleuses de la culture. Le mouvement, parti du théâtre de l’Odéon le jeudi 4 mars, s’est répandu très rapidement dans tout le reste du pays. Et on comprend pourquoi !

En effet, non seulement les salariés de ce secteur payent très fortement les conséquences de la crise sanitaire provoquée par l’incurie du gouvernement, avec la fermeture des théâtres et salles de spectacle, non seulement le gouvernement refuse la prolongation des droits d’indemnisation au-delà du 31 août pour les intermittents arrivant en fin de droits entre le 1er mars et le 31 août, mais la nouvelle réforme de l’assurance chômage va encore réduire les droits des chômeurs, précaires et intermittents ! Avec cette réforme, quatre allocataires sur dix, soit 850 000 personnes, risquent de voir leurs indemnités baisser de 22% ! Alors oui, les travailleurs et travailleuses de la culture qui occupent les théâtres ont raison : il faut le retrait pur et simple de cette réforme !

Pour tenter de calmer la contestation, Roselyne Bachelot a annoncé un plan d’aide de… 20 millions pour le secteur. De véritables miettes quand on compare les centaines de milliards qui ont été déversées pour les grandes entreprises depuis l’an dernier ! La bagarre des salariés de la culture est une nouvelle démonstration que sous la chape de plomb que veut imposer à coups de trique le gouvernement, mijotent la colère et l’envie d’en découdre

Dans différents secteurs, travailleuses et travailleurs se mobilisent

Le 8 mars dernier, des dizaines de milliers de jeunes, travailleuses et travailleurs sont descendus dans la rue manifester à l’occasion de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes, à l’heure où les inégalités hommes-femmes explosent, où la crise sanitaire met en lumière toutes ces femmes travailleuses surexploitées et sous-payées indispensables au fonctionnement de la société, dans la santé, dans l’éducation, dans le nettoyage…

Ce mardi 16 mars, ce sont aussi les postiers et postières des Hauts-de-Seine qui sont en grève et ont manifesté devant le siège de la Poste, à l’appel de l’intersyndicale CGT-FO-SUD, contre les nouvelles réorganisations et la dégradation des conditions de travail.

Dans l’Education nationale, différentes manifestations et rassemblements sont organisés dans les départements et académies contre les fermetures de classes et suppressions de postes. La jeunesse étudiante est appelée à se mobiliser via une large inter-orga. Les personnels de vie scolaire appellent à une semaine de grève dans les établissements à partir du 22 mars…

Unifier nos bagarres pour faire reculer le gouvernement et le patronat !

Ces différentes mobilisations montrent que, face à la politique de « stratégie du choc » menée par le patronat et le gouvernement à son service, notre classe ne reste pas sans réagir. Pour pouvoir mettre un STOP à la politique des capitalistes et de Macron, les directions syndicales et politiques de notre camp devraient œuvrer à centraliser et unifier ces différentes luttes. Mais ce n’est pas du tout ce qu’elles font.

Le 23 janvier dernier, la manifestation contre les licenciements appelée par les TUI a permis de montrer qu’il est possible de commencer à œuvrer à cette centralisation des luttes et des bagarres. Les organisations partie prenante de cette initiative vont se revoir, afin de discuter de nouvelles échéances de rue, pour mettre en lien et regrouper les différentes boîtes en bagarre.

Car oui, aujourd’hui, face à la politique de Macron, Blanquer, Borne, Bachelot et Cie, c’est bien d’unifier nos différents combats dont nous avons plus que jamais besoin !

Tous les jours plus de 200 titres en 25 rubriques au service des acteurs de l’émancipation. Cliquer sur le logo

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat·e à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : l’ancien ministre Jean-Vincent Placé visé par une plainte
Selon les informations de Mediapart et de l’AFP, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire après la plainte pour harcèlement sexuel d’une ancienne collaboratrice. D’après notre enquête, plusieurs femmes ont souffert du comportement de l’ancien sénateur écolo, devenu secrétaire d’État sous François Hollande.
par Lénaïg Bredoux
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan
Journal — Santé
Vaccination à marche forcée : antidote sanitaire, toxicité démocratique
Certains récalcitrants au vaccin, actifs ou passifs, minorent son utilité sanitaire. Mais les partisans de l’injection sous pression négligent ses conséquences démocratiques, alors que la nouvelle vague touche des populations inégalement protégées.  
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau