Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 mars 2022

La guerre en Ukraine prouve l’échec de la dissuasion nucléaire

Face à un ennemi qui ne se laisse pas intimider, la dissuasion nucléaire ne sert à rien, défend l’auteur de cette tribune. Pis, elle ne saurait être autre chose que l’instrument de crimes de guerre. Il est grand temps de s’en débarrasser, en France comme ailleurs.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Jean-Marie Matagne -Reporterre

Jean-Marie Matagne est agrégé de philosophie, docteur d’État et président d’Action des citoyens pour le désarmement nucléaire (ACDN). Il a été candidat à l’élection présidentielle de 2002 pour la sortie du nucléaire militaire et civil, et de 2022, pour une France démocratique et conviviale dans un monde en paix, décarboné, dénucléarisé, démilitarisé.


La guerre que Vladimir Poutine a déclarée le 24 février 2022 à l’Ukraine et, de fait, à l’Europe, n’étonnera que ceux qui se sont voilé la face et bouché les oreilles depuis des décennies. Et qui continuent à le faire.

Si les dirigeants français avaient entendu les appels qui n’ont cessé de leur être lancés depuis trente-six ans, depuis l’appel de Mikhaïl Gorbatchev en janvier 1986 : « Plus aucune arme nucléaire d’ici l’an 2000 ! » [1], le monde serait probablement déjà exempt d’armes nucléaires, ou sur le point de l’être, et nous n’aurions pas aujourd’hui une guerre d’invasion aux portes de l’Europe.

Car, malgré les assertions des adeptes de la « dissuasion nucléaire », les armes nucléaires, loin d’empêcher la guerre, la favorisent. Depuis 1945, elles ne l’ont pas empêché de proliférer et de faire au total davantage de victimes que la Première Guerre mondiale. Elles ont en revanche failli à plusieurs reprises provoquer une troisième guerre mondiale, nucléaire celle-là : en 1953 (avec la guerre de Corée), en 1956 (avec l’affaire de Suez et l’invasion de la Hongrie), en 1962 (avec la crise des missiles de Cuba), en 1983 (avec la crise des euromissiles, avec l’alerte du 26 septembre 1983)… La crise actuelle nous place à nouveau devant cette échéance.

Des armes impuissantes contre terroristes et dictateurs

Elles n’ont pas dissuadé Vladimir Poutine d’entrer en guerre, elles lui donnent au contraire ce sentiment d’invincibilité, et même d’impunité, qui l’amène à bafouer le droit international et à agresser sans vergogne un pays, l’Ukraine, dont la Russie avait pourtant garanti les frontières en échange de son renoncement à conserver les armes nucléaires héritées de l’Union soviétique (Mémorandum de Budapest). Avec ses missiles hypersoniques, Poutine pense surclasser toutes les autres puissances nucléaires et pouvoir échapper à leurs éventuelles représailles. Non seulement il ne se laisse pas intimider par les armes nucléaires de l’Otan (ou de la France), mais il n’hésite pas à agiter lui-même la menace nucléaire contre ceux qui seraient tentés de « se mettre en travers du chemin de la Russie ».

Déjà impuissantes à juguler les terroristes, comme les États-Unis l’ont appris à leurs dépens le 11 septembre 2001, ces armes sont donc également impuissantes à dissuader un acteur étatique de la trempe de M. Poutine. En fait, un homme seul, de quelque nationalité qu’il soit et qu’il ait ou non une âme de dictateur, devient capable d’absolument n’importe quoi dès lors qu’il a entre les mains la faculté de liquider impunément des millions d’êtres humains. Même s’il est bon chrétien, comme Harry S. Truman, qui remercia Dieu de lui avoir donné la bombe avant Hitler et qui, sitôt après, l’utilisa contre le Japonalors qu’il savait que l’empereur Hirohito voulait capituler.

C’est pour cela qu’il faut absolument éradiquer de la planète la totalité des armes nucléaires et radioactives, armes de crime contre l’humanité. Elles n’ont qu’un privilège : être capables de provoquer à tout moment l’Apocalypse.

Parachever des massacres

Indifférent à cette conclusion logique, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, reçu par France Inter le 25 février dernier, a invité M. Poutine à se rappeler que « nous aussi sommes une puissance nucléaire ». Autrement dit, il l’avertit que, s’il mettait ses menaces à exécution en vitrifiant la France, nous nous vengerions en massacrant sa propre population. Il n’est pas du tout sûr qu’un dictateur comme M. Poutine, fort peu préoccupé du bien-être de son peuple, recule devant une telle menace. Il est sûr en revanche que l’atomisation de quelques millions de Russes par les soins du président de la République française ne fera pas revivre les millions de Français déjà atomisés. Elle amènera seulement le président russe à parachever le massacre.

Tel est le secret soigneusement gardé de la dissuasion nucléaire : face à un ennemi qui ne se laisse pas intimider, elle ne sert à rien. Elle ne permet pas d’éviter une guerre dite « conventionnelle », comme actuellement en Ukraine. Quant à nos « intérêts vitaux », elle ne les défend qu’en nous promettant un suicide collectif : une destruction mutuelle assurée… et aggravée ! Quand des millions de Français seront tués, histoire de les venger et d’en faire tuer encore davantage, on tuera des Russes. Génial, n’est-ce pas ?

« Ah, les cons, s’ils savaient ! »

Jamais consultés sur cette belle « assurance-vie », les Français veulent-ils continuer de la souscrire ? Eh bien, figurez-vous, 85 % d’entre eux, au contraire de leurs dirigeants, répondraient non à cette question, selon une enquête de l’Ifop réalisée en 2018. Mais va-t-on seulement leur poser la question ? Pas du tout ! Aucun des candidats à la présidentielle, gens éclairés, ne l’envisage. Une telle faillite ne se déclare pas. Trop d’intérêts sont en jeu, dans ce monde morbide dont la bombe atomique est la clef de voûte, et la menace de mort à grande échelle, la guerre et son commerce, des normes apparemment indépassables…

« Ah, les cons, s’ils savaient ! » disait Daladier à son retour de Munich. L’Europe, cette fois, a retenu la leçon. Sa réaction est vigoureuse. Certes, mais elle arrive bien tard, et pourrait même provoquer l’apocalypse. L’Europe va-t-elle retenir aussi la leçon d’Hiroshima et de Nagasaki ? Il serait plus que temps !

« Plus aucune arme nucléaire d’ici 2030 ! » devrait-on dire aujourd’hui à la suite de Gorbatchev, qui parvint à mettre fin à la Guerre froide sans un seul coup de feu, sans un mort, car telle est la vertu apaisante du désarmement nucléaire. Puisse la résistance héroïque des Ukrainiens nous imposer aujourd’hui cette autre leçon : débarrassons-nous enfin des armes nucléaires, privons-en les tyrans !

Notes

[1] Voir Mikhaïl Gorbatchev, Memoirs, Londres, Doubleday, 1996, pp. 412, 416–420 ; et Robert Green, Security without Nuclear Deterrence, Astron Media and the Disarmament & Security Centre, 2010, pp. 98-99.

En complément tous les jours la rubrique Europe de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aux États-Unis, le Sénat adopte un plan climat sans ambition sociale
Par 51 voix contre 50, le Sénat des États-Unis a adopté le plus ambitieux plan climat de l’histoire du pays, prévoyant une enveloppe de 369 milliards de dollars pour réduire de 40 % les émissions de CO2 entre 2005 et 2030. Mais le volet social a été très largement sacrifié.
par Romaric Godin
Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Quarante-quatre morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figureraient quinze enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. Une trêve entre les deux parties serait entrée en vigueur dimanche soir.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)

La sélection du Club

Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel