Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10586 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 avr. 2021

Inde: système de santé au tapis, Modi fuit ses responsabilités et suscite la colère

Le soulèvement paysan fait face a l'epidemie et mobilise de plus en plus.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Jacques Chastaing

Alors que le système de santé publique est en train de s'écrouler sous les yeux des indiens face à la flambée de l'épidémie et que Modi qui a largement contribué à le démolir au profit d'un secteur privé totalement inefficace, se défausse de ses responsabilités sur les gens et suscite ainsi leur colère, le soulèvement paysan a réussi à faire de chacun de ses lieux de mobilisation un centre de soins et de vaccination. C'est Yogendra Yadav, un des leaders du soulèvement paysan, qui a affirmé aujourd'hui que tous les sites de manifestation des paysans étaient désormais opérationnels pour vacciner et qu'ils sont en voie d'être équipés de bouteille d'oxygène pour aider à la respiration ainsi que d'ambulances. Par ailleurs, les paysans ont appelé tous les agents de vaccination d'Etat à les rejoindre pour être plus efficaces là où rien n'est prévu par les autorités et qu'ils pourraient les héberger et les nourrir.

De la même manière, l'afflux des travailleurs dits "migrants" chassés de leur travail par le confinement ou le couvre-feu et le ralentissement de l'économie, se confirme dans les campements paysans de Delhi où ils sont hébergés et nourris afin qu'ils ne soient pas obligés d'affronter le difficile voyage jusqu'à leurs villages d'origines.

La tentative de Modi d'utiliser le covid comme il l'avait fait l'an passé pour casser le mouvement social de Shaheen Bagh est en train d'échouer aujourd'hui face à la détermination et l'intelligence du mouvement paysan.

La grande presse à son service qui est obligée de reconnaître l'impéritie du pouvoir face au covid, tente encore de sauver son maître, en tirant un pied d'égalité entre le pouvoir et les paysans. Elle écrit que oui, Modi devrait arrêter sa campagne électorale au Bengale pour se consacrer à l'épidémie mais que les paysans arrêtent également leur mobilisation. Cependant, autant les meetings électoraux de Modi n'ont rien de centres de vaccination et encore moins ses pèlerinages religieux hindous concentrant des millions de personnes au bord du Gange mais tout de foyer de contamination, autant les lieux de mobilisation des paysans deviennent des lieux de lutte contre le covid. Aussi, cette campagne d'arrière garde ne ne marche pas et Modi se discrédite un peu plus chaque jour qui passe tandis que la colère monte contre ses représentants dont il ne passe pas un jour sans que l'un d'entre eux ne se fasse agresser par la population en colère.

De leur côté les paysans mobilisent de plus en plus avec de plus en plus d'enthousiasme. Ils étaient 15 à 20 00 à partir du Pendjab le 21 avril pour rejoindre Delhi contre un coup de force dont les menacent Modi. Ils ont été aussi nombreux aujourd'hui à partir de l'Haryana et ils devraient l'être encore plus demain de tout le pays.

Le soulèvement paysan a annoncé que le jour de la marche sur le parlement et de son siège début mai, n'était pas encore fixé et qu'il dépendrait bien sûr de la situation sur le front de l'épidémie.

PHOTOS

Les policiers ont voulu évacuer un péage du périphérique ouest de Delhi, les paysans sont venus en nombre et on chassé les flics ; les paysans ont installé de mini cliniques de campagne aux lieux de mobilisation pour soigner et vacciner, ici à Delhi porte de Singhu

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles