Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10597 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 juil. 2019

SNU: Macron achète des témoignages et prépare les matraques

Macron et son petit marquis Attal savent que l'essentiel des organisations de jeunesse s'oppose au SNU et que s'organisera un boycott actif. Donc ils commencent à paniquer, et comme toujours, pour forcer la régression en marche, achètent les consciences, avec l'argent public, et préparent les matraques, toujours avec nos impôts !

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

22 Juillet 2019

 Dans un billet du 27 Juin 2018, soit il y a plus d'un an, reproduit plus bas, je mettais déjà en garde sur le project scélérat dit SNU d'embrigadement de la jeunesse au service de la dictature en marche.

Depuis, le SNU a pris du plomb dans l'aile: l'essentiel des organisations de jeunesse le dénonce comme un projet scélérat, et il n'a plus que l'appui de la droite la plus réactionnaire, depuis les fascistes jusqu'à leurs partenaires utiles de tout instant, les macronards. Ces derniers, petit marquis Attal en tête,  se sont repliés sur un SNU croupion, avec seulement 2000 volontaires cette année en Juin.

Deux semaines d'embrigadement, d'humiliation et de mauvais traitements. A tel point que la presse n'a pu passer sous silence le malaise de 29 jeunes, évacués par les pompiers à Evreux lors de l'inauguration d'une statue de De Gaulle. L'Obs raconte comment ils ont été forcés de passer plus d'une heure immobiles comme des pions imbéciles. Ce n'est pas la découverte d'un De Gaulle en bronze qui a provoqué les évanouissements, mais un soleil de plomb. 

Malgré tout cela, les macronards entendent mener à bien le plan macabre qui vise encaserner sans compensation, et pendant deux semaines d'ici quelques années, toute une classe d'age de 16 ans, soit 800.000 jeunes par an, pour un coût annuel estimé à 1,5 milliard d'euros. Autant de coupes sombres dans l'éducation et la santé.

Mais Macron et son petit marquis Attal savent que la jeunesse et  ses organisations organiseront un boycott actif.  Donc ils commencent à paniquer, et comme toujours, pour forcer la régression en marche, achètent les consciences, avec l'argent public, et préparent les matraque, toujours avec nos impôts !

Pour gagner la guerre du SNU, ils ont commencé à acheter les consciences. La forfaiture est dévoilée dans plusieurs média, notamment dans un article de Marianne. On y lit que le ministère de l'Education nationale et de la Jeunesse a reconnu en effet avoir rémunérés les youtubeurs les plus influents auprès de la jeunesse, achetant de la pub pour vendre le SNU  comme  n'importe quelle autre marchandise avariée. "C'est de l'achat média, cela fait partie de notre budget global de communication... Pour nous, c'est impératif de faire connaître le SNU auprès des jeunes et pour les toucher, il faut passer par des youtubeurs et des instagrameurs", ajoute un porte-parole du Ministère.

Même Paris-Match et Libération  s'inquiètent que Macron doive payer les youtubers pour vendre le SNU. C'est dire le malaise...Le journal Slate a révélé que Tibo In Shape aurait été payé environ 20 000 euros pour sa vidéo. Mais il n'est pas le seul. Macron, devant l'opposition à son projet scélérat, a payé  aussi Sundy Jules (1,3 million d'abonnés sur YouTube) et "Enzo, tais-toi!" (1,1 million d'abonnés), qui ont publié de courtes vidéos sur Instagram renvoyant vers un clip de propagande officielle pour SNU.

Le youtubeur-bodybuilder TiboinShape (6 millions d'abonnés) a publié sur YouTube une vidéo tournée en Guyane avec les jeunes du SNU, où il pose des questions à Gabriel Attal. Il a au moins eu le courage de préciser en début de vidéo qu'elle inclut une "communication commerciale".

Mais Macron et ses petits marquis savent que l'argent n'achète pas tout et surtout pas la dignité et la liberté de la jeunesse. Ils préparent donc en plus, comme toujours,  les matraques. Attal a déjà mis en garde en avril dans les Echos les objecteurs d'embrigadement et abrutissement: les macronards préparent une nouvelle loi pour imposer le SNU avec des sanctions en cas de non-respect de son obligation.

La jeunesse se défendra, avec tous les défenseurs de la liberté et de la démocratie, contre cet instrument de plus de la dictature en marche.

************************************************************************************************** 

Article posté il y a plus d'un an, le 27 juin 2018:

SNU: faisons capoter ce projet d'embrigadement de la dictature en marche 

Les réformes liberticides de Blanquer ne sont encore rien. MAC40 entend discipliner la jeunesse avec un service national universel qui commencerait sur leurs vacances dès l'été prochain. Puis les surexploiter dans des tâches d'intérêt "national", autrement dit faire des jeunes les derniers de corvée au seul bénéfice des premiers de cordée. La rentrée s'annonce riche en révoltes.

Je viens d'écouter la conférence de presse annonçant le SNU.  Réaction à chaud. Il serait utile que des jeunes et moins jeunes commencent à décortiquer les détails et dénoncer ce projet liberticide.

1) c'est manifestement, comme annoncé par Macron dans la campagne, la volonté de "discipliner la jeunesse". Il s'agit, comme vient de le dire Blanquer de "refaire Nation". On le comprend. Le gouvernement a besoin de souder la nation au dessus des classes, car les inégalités explosent et chacun comprend que la nation n'existe pour les premiers de cordée, fraudeurs impunis, que pour leur fournir du travail exploité.

2) Il n'a pas manqué d'indiquer qu'une partie de l'encadrement des deux fois 15 jours obligatoires, pris sur les vacances, pourrait être assuré en par tie par des militaires ou militaires en retraite, et l'hébergement assuré en partie par les militaires. Pour ceux qui ont fait leurs "classes" pendant deux mois dans l'enfer militaire, ils savent ce qu'est l'esclavage abrutissant des militaires. 

3) avec la suite "à la carte", jusqu'à un an, c'est une façon de recruter encore plus de militaires ou gendarmes, en préparation des guerres internationales et civiles qu'annoncent les désastres économiques, sociaux et écologiques liés à l'accumulation capitaliste dont le MAC40 n'est que l'instrument.

4) c'est aussi, avec cette suite à la carte, pouvant durer un an, une façon de profiter d'une main d'oeuvre surexploitée dans diverses tâches. 

5) le coût est estimé dans le rapport présenté par Geneviève Darrieussecq secrétaire d'état auprès de la ministre des Armées, à 1 ou 1,5 milliards d'Euros. C'est sans doute sous-estimé, mais peut importe, car Blanquer vient d'affirmer qu'il s'agit d'une "priorité présidentielle", et  que "l'intendance suivra". Mais pourquoi se suit-elle pas pour les besoins sociaux ? Le gouvernement impose une austérité à tous les services publics et réduit les prestations sociales. Par contre il n'entend pas compter pour aboutir à "discipliner la jeunesse".

Geneviève Darrieussecq, qui a présidé le groupe de travail, va entamer des consultations, en vue d'une adoption par la loi du projet avant la fin de l'année, et du démarrage de l'encasernent dès l'été suivant. Les organisations de jeunesse ont déjà exprimé leur opposition. Mais on sait ce que valent les consultations d'un gouvernement au service de l'accumulation capitaliste.

Il reviendra dès lors aux lycéens, avec l'appui de tous les défenseurs de la liberté et de la justice, dès la rentrée puisque les consultations commenceront à l'automne, d'informer sur les objectifs liberticides de MAC40 tout en dénonçant la sélection sociale inscrite dans Parcoursup.

Les affidés des exploiteurs ont peur de la jeunesse, comme du peuple travailleur. Et leur font la guerre. Sachons leur répondre, tous ensemble !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra