Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 janv. 2022

A quoi ressemblerait la guerre en Ukraine et comment les USA devraient réagir

Article est écrit par Alexander Vindman, Lieutenant Colonel de l’US Army à la retraite et ancien directeur des affaires européennes au Conseil de sécurité nationale entre autres qualités, et par Dominic Cruz Bustillos, Chercheur associé au Lawfare Institute.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source: aplutsoc

Présentation

Un camarade américain, éditeur du blog Oakland Socialist, a attiré notre attention sur un article du magazine américain Foreign Affairs qui a publié une série d’articles sur l’Ukraine.

Cet article s’intitule « Le lendemain de l’attaque russe » et porte en sous-titre « A quoi ressemblerait la guerre en Ukraine et comment l’Amérique devrait réagir ». Cet article est écrit par Alexander Vindman, Lieutenant Colonel de l’US Army à la retraite et ancien directeur des affaires européennes au Conseil de sécurité nationale entre autres qualités, et par Dominic Cruz Bustillos, Chercheur associé au Lawfare Institute. No comment. Le pedigree de ces auteurs nous indique que leurs écrits reflètent les pensées et réflexions traversant les divers cercles dirigeants US alors que montent les tensions à la frontière russo-ukrainienne.

Cet article présente 3 scénarios possibles de l’intervention russe en Ukraine de manière particulièrement détaillée et précise du point de vue des objectifs politiques, militaires, des armements et des moyens. Et aussi les conséquences sur les pays de l’UE d’une telle offensive, sur le plan énergétique, économique, de l’accueil de millions de migrants etc.

Il constitue une bonne illustration de l’article de Vincent Presumey et un complément d’information sur la réalité de la situation de guerre qui se développe à notre porte sans que grand-monde ne s’en émeuve.

Document

QUE SE PASSE-T-IL MAINTENANT ?

En supposant que la diplomatie échoue, trois scénarios pourraient se jouer. Lequel se réalisera dépendra en grande partie de la manière dont Poutine décidera qu’il peut le mieux atteindre ses objectifs ultimes : paralyser les capacités militaires ukrainiennes, semer le trouble au sein du gouvernement ukrainien et, en fin de compte, faire de l’Ukraine un État en faillite – un résultat recherché par Poutine car cela mettrait fin à la menace de l’Ukraine en tant qu’adversaire intraitable et défi sécuritaire de plus en plus sérieux. Poutine déteste la perspective d’un modèle démocratique florissant et prospère dans le berceau de la civilisation slave orientale, un développement qui pourrait présenter aux citoyens russes un tableau de plus en plus attractif et inspirant pour une transition démocratique dans leur propre pays. Confronté au déclin de son influence et de son contrôle sur la politique intérieure et étrangère ukrainienne, le Kremlin ne peut atteindre ses objectifs que par la force militaire.

Le premier scénario impliquerait une résolution diplomatique coercitive de la crise actuelle. La Russie pourrait décider de reconnaître officiellement ou d’annexer la région occupée du Donbass dans l’est de l’Ukraine. Le Parti communiste de la Fédération de Russie a déjà pris l’initiative de présenter un projet de loi à la Douma d’État russe qui reconnaîtrait les petits États séparatistes du Donbass d’une manière similaire à la manière dont la Russie a reconnu l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud, deux régions séparatistes de Géorgie. Cela permettrait au Kremlin d’éviter une nouvelle escalade militaire tout en repartant avec une « victoire ». Les dirigeants russes pourraient également espérer pousser l’Ukraine vers une erreur de calcul similaire à celle commise en 2008 par le président géorgien Mikheil Saakashvili, qui a choisi de combattre les séparatistes soutenus par la Russie en Abkhazie et en Ossétie du Sud, fournissant ainsi au Kremlin un prétexte pour une action militaire supplémentaire et le déni plausible de toute culpabilité.

Cependant, à eux seuls, de tels mouvements ne représenteraient pas des gains pour la Russie ; ils ne feraient que calcifier davantage le statu quo, et la Russie perdrait le potentiel d’insérer une « cinquième colonne » pro-Kremlin dans la politique intérieure ukrainienne. Si Poutine choisit cette voie, les États-Unis et l’OTAN pourraient encore répondre par des déploiements supplémentaires le long du flanc oriental de l’OTAN, ce qui entraînerait le genre de dilemme de sécurité que le Kremlin veut éviter.

Un deuxième scénario impliquerait une offensive russe limitée, avec une puissance aérienne limitée, pour s’emparer de territoires supplémentaires dans l’est de l’Ukraine et dans le Donbass, peut-être comme une extension de la reconnaissance ou une annexion complète. Dans ce scénario, la Russie s’emparerait de Marioupol, un port ukrainien majeur sur la mer d’Azov, ainsi que de Kharkiv, une grande ville d’importance symbolique en tant que capitale de l’entre-deux-guerres de la République socialiste soviétique d’Ukraine. La Russie pourrait également tenter une version plus ambitieuse et élargie de cette offensive en effectuant un mouvement de tenaille de l’est et du sud avec une puissance terrestre, aérienne et maritime. Du sud, la Russie pourrait établir un « pont terrestre » reliant la Crimée au continent russe. Il pourrait également lancer une opération amphibie pour s’emparer d’Odessa, le port le plus important d’Ukraine, puis pousser vers les forces russes déjà stationnées en Transnistrie, une région séparatiste de la Moldavie.

Un conflit militaire majeur en Ukraine serait une catastrophe.

Une telle décision priverait l’Ukraine de ports économiques vitaux le long de sa côte sud, rendrait l’Ukraine enclavée et résoudrait les problèmes logistiques de longue date de la Russie concernant l’approvisionnement, y compris en eau, de la Crimée. Ce serait une opération énorme nécessitant toutes les forces que la Russie a rassemblées en Crimée et le long des frontières est et nord de l’Ukraine. Cela nécessiterait également de saisir et de conserver un terrain contesté. La Russie serait obligée de s’engager dans un effort coûteux pour occuper les principales villes ukrainiennes, exposant ses forces à une guerre urbaine difficile, à une campagne militaire prolongée et à une insurrection coûteuse. De plus, saisir et conserver un terrain pour une occupation à long terme affaiblirait l’Ukraine, mais n’aboutirait pas à la faillite de l’État.

Par conséquent, la troisième éventualité, la plus probable, est une offensive russe à grande échelle utilisant la puissance terrestre, aérienne et maritime sur tous les axes d’attaque. Dans ce scénario, la Russie établirait sa supériorité aérienne et navale le plus rapidement possible. Certaines forces terrestres russes avanceraient alors vers Kharkiv et Soumy dans le nord-est, et d’autres maintenant basées en Crimée et dans le Donbas avanceraient respectivement du sud et de l’est. Pendant ce temps, les forces russes en Biélorussie pourraient menacer directement Kiev, immobilisant ainsi les forces ukrainiennes qui pourraient autrement se déplacer pour renforcer l’est et le sud. Ces forces pourraient avancer sur Kiev pour hâter la capitulation du gouvernement ukrainien.

Une occupation à long terme serait peu probable dans ce scénario. Prendre d’assaut et pacifier les grandes villes entraînerait un niveau de guerre urbaine et des pertes supplémentaires que l’armée russe souhaite probablement éviter. Les forces russes seraient plus susceptibles de prendre et d’occuper un territoire pour établir et protéger des lignes d’approvisionnement, puis de se retirer après avoir obtenu un règlement diplomatique favorable ou infligé des dommages suffisants. L’Ukraine et l’Occident seraient alors amenées à ramasser les morceaux. Cette opération se concentrerait sur des frappes punitives contre le gouvernement ukrainien, l’armée, les infrastructures critiques et les lieux importants pour l’identité nationale et le moral des Ukrainiens. La Russie dirigerait ses bombes, roquettes, artillerie, missiles de croisière et missiles balistiques à courte portée sur des cibles telles que le palais présidentiel, les bâtiments administratifs présidentiels, la Verkhovna Rada (législature ukrainienne), le ministère de l’Intérieur, le ministère de la Défense, le siège des services de sécurité ukrainiens et Maidan Nezalezhnosti (la place centrale de Kiev et le site de multiples révolutions pro-démocratie), parmi d’autres organes décisionnels et points de repère notables. Les cyberattaques toucheraient des infrastructures critiques, telles que le réseau électrique ukrainien, ce qui pourrait paralyser davantage l’État ukrainien. La Russie donnerait également la priorité à la destruction des fabricants d’armes ukrainiens. En éliminant la capacité de l’Ukraine à développer et à produire des missiles de croisière Neptune, des systèmes de missiles Sapsan et des missiles balistiques à courte portée Hrim-2, la Russie pourrait éliminer la menace potentielle de dissuasion conventionnelle de l’Ukraine dans un avenir immédiat.

L’offensive terrestre et maritime serait conçue pour encercler et anéantir les forces armées ukrainiennes, ne conserver que le terrain critique nécessaire et utiliser la puissance aérienne et la puissance de feu à longue portée pour atteindre les objectifs militaires et politiques de la Russie. Ces frappes feraient des dizaines de milliers de victimes et déclencheraient une catastrophe humanitaire, induisant le chaos au sein des chaînes de commandement civiles et militaires et pouvant décapiter les dirigeants ukrainiens. Si tout se passait selon le plan de la Russie, les attaques paralyseraient le gouvernement ukrainien, l’infrastructure militaire et économique – toutes seraient des étapes importantes vers l’objectif de faire de l’Ukraine un État en faillite.

UNE RÉPONSE SANS PRÉCÉDENT

Que la Russie opte pour une incursion plus limitée ou une attaque plus large, les conséquences auxquelles elle est confrontée de la part des États-Unis et de ses alliés et partenaires doivent être sans précédent, comme en a précédemment averti l’administration Biden. Le sénateur américain Robert Menendez, démocrate du New Jersey et président de la commission sénatoriale des relations étrangères, a déjà présenté un projet de loi – la loi sur la défense de la souveraineté de l’Ukraine de 2022 – qui ressemble à une liste de souhaits pour les défenseurs de la souveraineté ukrainienne. Il comprend des dispositions pour l’utilisation de l’autorisation de bail du ministère de la Défense et du Fonds spécial d’acquisition de la défense pour soutenir l’Ukraine ; des prêts supplémentaires pour soutenir l’armée ukrainienne ; capacités défensives ukrainiennes améliorées; un soutien accru aux programmes d’échanges militaires américano-ukrainiens ; une aide supplémentaire pour lutter contre la désinformation en Ukraine ; la divulgation publique des biens mal acquis appartenant à Poutine et aux membres de son entourage ; des sanctions à l’encontre des représentants de l’État russe qui participent ou aident à une attaque contre l’Ukraine ; sanctions contre les institutions financières russes ; des sanctions exigeant la déconnexion des principales institutions financières russes des services de messagerie financière tels que SWIFT ; une interdiction des transactions portant sur la dette souveraine de la Russie ; un examen des sanctions sur Nord Stream 2 ; et des sanctions contre les secteurs russes de l’énergie et des mines. Bien que le projet de loi prévoie des dérogations potentielles dans plusieurs cas et une exception pour l’importation de marchandises, son adoption représenterait toujours une étape audacieuse vers la défense de l’Ukraine.

L’administration Biden a déjà signalé son soutien au projet de loi de Menendez. Biden devrait faire un pas de plus et le guider à travers le Sénat et la Chambre, en manœuvrant avec précaution pour s’assurer que ces mesures critiques ne deviennent pas une autre victime des querelles partisanes. Biden a pris un bon départ avec une récente réunion sur l’Ukraine avec des sénateurs des deux partis. Pour atténuer davantage les divisions partisanes, les sénateurs démocrates devraient envisager d’ajouter des éléments au projet de loi Menendez à partir d’un projet de loi concurrent présenté par Jim Risch, républicain de l’Idaho et membre éminent de la Commission sénatoriale des relations étrangères.

Traditionnellement, il y a eu un fort soutien bipartite pour l’Ukraine. Mais le Kremlin estime qu’un manque de cohésion interne aux États-Unis sapera la capacité de Washington à réagir fermement. Le Congrès ne doit pas prêter foi à cette croyance. La puissance du projet de loi de Menendez ne vient pas seulement de sa substance, mais aussi du signal qu’il enverrait concernant le soutien bipartisan écrasant à l’Ukraine.

L’administration devrait également donner suite aux sanctions visant les exportations de technologies américaines de pointe (telles que les semi-conducteurs et les micropuces) vers la Russie, une mesure qui pourrait avoir un impact négatif sur les industries russes de l’aérospatiale et de l’armement. De plus, le Congrès ou l’administration Biden doivent aller au-delà de la simple divulgation des actifs détenus par le cercle restreint de Poutine pour cibler directement ces actifs, en commençant par des sanctions contre 35 personnes auparavant recommandées par le dissident russe Alexei Navalny. Faire pression sur les principaux oligarques entourant Poutine sera aussi important que de sanctionner les responsables qui seront directement impliqués dans les actions militaires, sinon plus.

Le monde est au bord de la plus grande offensive militaire en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale.

Certains pourraient remettre en question l’efficacité des sanctions en tant qu’outils de dissuasion ou de changement de comportement. En effet, avec 630 milliards de dollars de réserves internationales, une russification accrue des industries critiques, un marché de l’énergie favorable et des alternatives à SWIFT sous la forme du système national russe de transfert de messages financiers et du système de paiement interbancaire transfrontalier chinois, la Russie pourrait être capable de traverser la tempête. Ces inquiétudes, cependant, négligent le fait que les sanctions imposeront toujours des coûts et affaibliront les réseaux d’influence malveillante du Kremlin. Dans l’état actuel des choses, la menace de sanctions a déjà eu un effet négatif sur le marché boursier russe.

Cela dit, sans l’unité transatlantique et la coopération de l’UE, les sanctions seront beaucoup moins significatives et efficaces – et les alliés européens de Washington se méfient du potentiel des sanctions pouvant nuire à leurs propres économies. Sur la base des commentaires de Biden lors de sa récente conférence de presse, il semble que Washington ait du mal à organiser une réponse unifiée à l’agression russe, en particulier dans le cas de cyberattaques, d’actions non militaires ou paramilitaires. Le président français Emmanuel Macron a déjà sapé l’image d’un front uni en appelant l’UE à mener son propre dialogue avec la Russie. Pendant ce temps, l’Allemagne a refusé d’exporter des armes vers l’Ukraine et n’a pas fourni de position définitive sur le report ou l’annulation de l’approbation du gazoduc Nord Stream 2 qui acheminerait le gaz russe vers l’Europe.

La Russie pourrait couper ses approvisionnements énergétiques en Europe, ce qui aggraverait la crise énergétique européenne existante et menacerait l’unité transatlantique. La crise énergétique a déjà conduit les États-Unis à envoyer du gaz naturel liquéfié supplémentaire vers les pays de l’UE en décembre dernier. L’Europe pourrait être contrainte de rechercher des sources d’énergie alternatives à court terme afin d’éviter des répercussions internes. Dans la mesure du possible, Washington devrait aider ses alliés et partenaires européens à combler le déficit énergétique avec des réserves stratégiques de pétrole et de gaz.

D’autres pays craignent que la déconnexion des institutions financières russes de SWIFT ne crée un retour de bâton pour l’économie européenne, et puisque SWIFT est redevable aux lois belge et européenne, Washington doit compter dans une certaine mesure sur l’acquiescement européen pour imposer toute coupure russe. Les États-Unis pourraient tenter de forcer les pays européens à jouer le jeu, comme ils l’ont fait en 2012, lorsqu’ils ont poussé à couper SWIFT en Iran. Mais au risque de briser l’unité transatlantique, Washington pourrait ne pas vouloir contraindre ses alliés.

INTENSIFIER

Sur le front militaire, s’ils ne le font pas déjà, les États-Unis peuvent aider le gouvernement ukrainien à répondre aux opérations russes en partageant en temps réel des renseignements stratégiques, opérationnels et même tactiques. Les États-Unis devraient également suivre l’exemple du Royaume-Uni et envoyer des ponts aériens avec une aide létale avant une offensive russe. Washington devrait fournir à l’Ukraine des armes légères, des munitions, de l’équipement et de grandes quantités de systèmes de défense aérienne portables, ainsi que des systèmes plus avancés, notamment des missiles antiaériens Patriot et des missiles anti-navires Harpoon. Les détracteurs de cette approche pourraient faire valoir que la livraison de ces systèmes fournirait au Kremlin un prétexte pour lancer son assaut de manière préventive. Mais si l’action militaire russe est déjà acquise, il n’y aurait plus de raison de ne pas agir.

Bien que ces systèmes plus avancés ne soient pas livrés à temps pour assurer une formation et une intégration adéquates afin d’atteindre une capacité opérationnelle complète, certains des systèmes peuvent encore être déployés avec une capacité opérationnelle initiale. Ils ne modifieront pas l’équilibre des puissances militaires entre l’Ukraine et la Russie, mais ils imposeraient des coûts supplémentaires aux envahisseurs russes et contribueraient à la dissuasion lorsqu’ils sont associés à d’autres actions. Les États-Unis devraient également continuer à accélérer le processus d’approbation des transferts d’armes de fabrication américaine vers l’Ukraine, comme ils l’ont fait récemment pour l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie. De plus, dans le cas peu probable d’une occupation et d’une insurrection prolongées, l’administration Biden devrait soutenir les insurgés ukrainiens.

Washington devrait assumer le pire et planifier en conséquence.

Washington devrait également déployer des forces et des équipements militaires supplémentaires pour rassurer et aider ses alliés européens. Les souvenirs de la domination soviétique et russe restent frais dans les pays du flanc oriental de l’OTAN, et ils ne resteront pas les bras croisés. Les États-Unis doivent les rassurer sur le fait qu’ils les soutiennent, comme le garantit l’article 5 de la Charte de l’OTAN. Sinon, en réponse à une menace existentielle perçue, ils pourraient précipiter l’aide militaire et humanitaire à leurs frontières malgré les objections de Washington et des gouvernements d’Europe occidentale. Cela augmenterait sûrement le risque d’une conflagration élargie. Au minimum, des pays comme l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, la Roumanie et la Slovaquie augmenteront probablement leurs propres défenses tout en appelant les États-Unis à étendre leurs missions de présence avancée renforcée, les groupements tactiques multinationaux de la taille d’un bataillon que les stations de l’OTAN dans ses États membres les plus vulnérables. Pour renforcer davantage l’alliance, Washington devrait envisager d’envisager l’adhésion de la Finlande et de la Suède à l’OTAN, si l’un ou l’autre des pays souhaite se joindre à la suite d’une nouvelle agression militaire russe en Ukraine. Le récent dialogue entre Biden et le président finlandais devrait se poursuivre, et Biden devrait avoir des discussions similaires avec des responsables suédois. Cela peut encore influencer le calcul de la Russie pour lancer une offensive.

Dans une dernière étape, en collaboration avec les organisations humanitaires internationales, les États-Unis et leurs alliés et partenaires européens doivent établir des couloirs humanitaires avec les ressources et le personnel nécessaires pour protéger les réfugiés. Des dizaines de milliers, voire des centaines de milliers, voire des millions, pourraient fuir le conflit, soit en tant que personnes déplacées à l’intérieur de l’Ukraine, soit en tant que réfugiés dans les pays voisins. Les États-Unis, le Royaume-Uni et l’UE devraient accueillir cet afflux de demandeurs d’asile et de réfugiés avec des visas d’immigrant spéciaux d’urgence du type mis à la disposition des Afghans fuyant la prise de contrôle des talibans sur leur pays l’été dernier. Les membres de l’OTAN devront partager le fardeau imposé par cet afflux ; on ne peut s’attendre à ce que les pays du flanc oriental de l’alliance agissent seuls.

IL EST TEMPS DE SE PRÉPARER

Bien que l’administration Biden ait admirablement géré le processus de fausses négociations avec la Russie, la situation finale sera toujours le résultat partiel d’opportunités manquées. Washington s’est mis dans une position où, à moins d’une escalade militaire menaçante, la dissuasion échouera probablement. Les options de dissuasion sont aujourd’hui bien pires qu’elles ne l’étaient l’année dernière, le mois dernier ou même la semaine dernière. L’engagement des États-Unis en faveur de la paix et des résolutions diplomatiques pendant cette période a été louable, mais en se concentrant sur la diplomatie sans mettre l’accent sur les outils puissants, l’administration Biden a raté une occasion d’éviter une crise sur le flanc oriental de l’Europe. Rétrospectivement, une réponse plus énergique au renforcement militaire que la Russie a effectué à sa frontière avec l’Ukraine en avril dernier aurait pu conduire à des changements préventifs de la position des forces et à l’introduction d’une aide létale à l’Ukraine, ce qui aurait pu avoir un impact plus important sur la modification de la Calcul du Kremlin pour une solution militaro-technique. En attendant jusqu’au dernier moment le type de réponses radicales actuellement envisagées, Washington doit maintenant confronter la Russie avec une capacité limitée de dissuasion et de coercition.

Le monde est au bord de la plus grande offensive militaire en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale. Compte tenu des intérêts existants des principaux acteurs politiques, il est peu probable que les États-Unis, l’Ukraine et la Russie modifient de manière significative leurs approches actuelles de la situation. Washington n’a aucune envie d’employer une puissance dure pour dissuader la Russie, et il ne reculera pas sur les principes ou les valeurs qu’il a adoptés pendant des décennies. En Ukraine, la position du président Volodymyr Zelensky est déjà précaire étant donné sa cote de popularité en baisse, son incapacité à mettre en œuvre un plan bilatéral de désescalade avec la Russie, le peu de confiance dans sa capacité à diriger en temps de guerre, sa focalisation sur la poursuite de l’ancien président Petro Porochenko, suspecté de trahison, sa dispute tumultueuse avec l’oligarque Rinat Akhmetov et de sa minimisation de la menace russe actuelle. Pour Zelensky, capituler devant la Russie équivaudrait à un suicide politique. Et même si Washington ou Kiev changeaient de position, il n’y a toujours aucune garantie que Moscou serait satisfaite et désamorcerait.

Au moment où une guerre commencera, le paysage géopolitique deviendra beaucoup plus difficile pour la sécurité nationale des États-Unis. Washington devrait assumer le pire et planifier en conséquence, en tirant parti de tous les éléments en son pouvoir pour protéger les intérêts américains. L’administration Biden doit maintenir un équilibre délicat : éviter une confrontation militaire en face à face avec la Russie tout en punissant la Russie pour avoir créé cette dure nouvelle réalité. En ce moment, aucune tâche n’est plus importante.

En complément tous les jours la rubrique Europe de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
En Seine-Maritime, Alma Dufour veut concilier « fin du monde et fin du mois »
C’est l’un des slogans des « gilets jaunes » comme du mouvement climat. La militante écologiste, qui assume cette double filiation, se lance sous les couleurs de l’union de la gauche sur ce territoire perfusé à l’industrie lourde, qui ne lui est pas acquis.
par Mathilde Goanec
Journal — Sports
Ligue des champions : la France gagne le trophée de l’incompétence
La finale de la compétition européenne de football, samedi à Saint-Denis, a été émaillée de nombreux incidents. Des centaines de supporters de Liverpool ont été nassés, bloqués à l’entrée du stade, puis gazés par les forces de l’ordre. Une faillite des pouvoirs publics français qui ponctue de longues années d’un maintien de l’ordre répressif et inadapté, souvent violent.
par Ilyes Ramdani
Journal — Europe
En Italie, Aboubakar Soumahoro porte la voix des ouvriers agricoles et autres « invisibles »
L’activiste d’origine ivoirienne, débarqué en Italie à l’âge de 19 ans, défend les ouvriers agricoles migrants et dénonce le racisme prégnant dans la classe politique transalpine. De là à basculer dans la politique traditionnelle, en vue des prochaines élections ? Rencontre à Rome. 
par Ludovic Lamant
Journal — Moyen-Orient
Le pouvoir iranien en voie de talibanisation
La hausse exponentielle des prix pousse à la révolte les villes du sud et de l’ouest de l’Iran. Une contestation que les forces sécuritaires ne parviennent pas à arrêter, tandis que le régime s’emploie à mettre en place une politique de ségrégation à l’égard des femmes.
par Jean-Pierre Perrin

La sélection du Club

Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire