Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10386 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 oct. 2021

23 oct : les manifs anti-pass mettent le feu à toutes les colères -Jacques Chastaing

La formule d'hier « allier l'optimisme de la volonté au pessimisme de la raison » attribuée à Gramsci est non seulement une absurdité philosophique qui sépare la volonté de la raison, le corps de l'esprit, mais est aussi l'expression d'un renoncement à comprendre la période, morcelant la situation en autant de conflits séparés alors que sa dynamique pousse au contraire à leur unité.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La tendance qui s'était révélée le 9 octobre, puis confirmée le 16, a encore pris de l'ampleur ce samedi 23 octobre avec un retour en nombre des Gilet Jaunes sur les rond-points et dans les cortèges anti-pass sanitaire.

On a ainsi vu plusieurs manifestations anti-pass terminer leurs parcours sur les rond-points Gilets Jaunes et d'autres envahir des gares ou bloquer la circulation.

De la sorte, la tonalité de l'ensemble de cette journée était marquée non seulement par l’opiniâtreté des anti-pass qui continuent à occuper la rue en nombre à leur 17e samedi mais aussi par les Gilets Jaunes avec une ouverture à d'autres revendications contre les hausses de prix du carburant, du gaz et de l'électricité et globalement enfin ainsi par une nouvelle détermination plus socialement ancrée à gauche avec notamment une manifestation de tous contre l'extrême droite à Lyon.

Ce qu'il y a d'extraordinaire dans le mouvement actuel et probablement d'unique, mais qui est la marque de la période actuelle dans son ensemble, c'est qu'un mouvement social en cours sur des revendications particulières fait renaître un autre mouvement presque éteint qui s'était bâtit sur de toutes autres revendications et enfin que tous deux fusionnent pour certainement en entraîner d'autres... et ainsi de suite.

Le mouvement anti-pass a entamé sa lutte en refusant l'expertise médicale sans contrôle populaire de ceux du dessus au service de l'industrie pharmaceutique. Par sa détermination dans la durée, la détermination des soignants prêts à perdre leur emploi pour leursconvictions, cette lutte contre des mesures liberticides déguisées en mesures sanitaires, a formé au fond une lutte contre la peur, contre l'acceptation, contre l’esprit de défaitisme sur lequel le gouvernement qui se prétend fort s'appuie pour faire passer toutes ses mesures et ne rien céder. Mais là, il a trouvé face à lui des personnes libres qui se tiennent debout et qu'aucune force ne feraplier.

On voit particulièrement bien cette même détermination dans les anciennes colonies où par celle-ci le mouvement anti-pass a unifié toutes les révoltes qui sont dans l'air, ce qui mène à une sorte de pré-grève générale ou grève générale rampante en Martinique, Guadeloupe, Guyane, Polynésie et Nouvelle Calédonie avec de premiers succès par l'obtention du report du pass sanitaire pour tous fin décembre en Nouvelle Calédonie et l'autorisation de travailler et accéder au CHU de Martinique sans pass sanitaire.

Le confinement, le couvre-feu, les attestations de sortie étaient des mesures qui prolongeaient d'autres mesures coercitives antérieures particulièrement mal ressenties dans les anciennes colonies ou les quartiers et qui pavaient la voie à un renforcementbrutal du contrôle social. Le Pass Sanitaire est une décision politique, un outil sécuritaire, un instrument du contrôle social, dont un des objectifs est d'opposer une partie de la population à l'autre et à partir de là de distiller petit à petit une nouvelle ère de délation organisée et de surveillance des uns par les autres.L’épidémie a continué et maintenant semble s'atténuer mais le gouvernement qui a pris goût à « l’état d’urgence permanent » et au vidage progressif de la démocratie de son contenu a, dans ce contexte, fait adopter la loi Sécurité globale. Puis ça a été l'obligation vaccinale et le Pass Sanitaire…

Et maintenant, le Pass sanitaire qui devait prendre fin le 15 novembre, est prolongé jusqu'au 31 juillet 2022, tout comme l'état d'urgence ainsi que l'autorisation d'accéder au statut vaccinal des élèves par les directeurs d'écoles ou les chefs d'établissement dusecond degré.

Le Pass, symptôme des dérives liberticides et l’Etat d’urgence sanitaire sont bien installés dans le quotidien de la population tout comme les mesures liberticides imposées pour soi-disant lutter contre le terrorisme après les attentats de 2015 qui ont été intégrées dans le droit commun.

Bien des Gilets Jaunes avaient des affinités d'esprit avec le fond de la résistance à ces évolutions des anti-pass. Mais c'est la détermination du mouvent anti-pass dans la durée contre toutes les calomnies et les sanctions qui a entraîné peu à peu de plus en plus de Gilets Jaunes dans le mouvement et qui a réveillé leur détermination au moment même où la hausse des prix leur rappelait le point de départ de leur révolte.

Or, à un moment où les grèves se multiplient depuis le mois de mai et maintenant plus significativement en septembre-octobre sur les salaires, le mouvement anti-pass par le biais des Gilets Jaunes qui ont beaucoup évolué à gauche depuis trois ans, est en train non seulement de réveiller toutes les colères pour la défense de toutes les libertés, mais aussi contre la hausse des prix, pour des hausses de salaires, et surtout de dessiner la possibilité d'unir tous les petits ruisseaux de ces colères en un seul fleuve contre le régime Macron et ses amis milliardaires... ce que l'on a vu tout particulièrement avec la manifestation contre l'extrême droite ce samedi 23 à Lyon,comme pour déblayer clairement le terrain politique, lever les ambiguïtés et permettre tous les ralliements.

La possibilité de ce mouvement d'ensemble qui se dessine de plus en plus est déjà inscrite dans le fait que le mouvement actuel anti-pass, les Gilets Jaunes et les grèves contribuent à inverser l'air du temps, la tendance néolibérale des quarante dernières années qui pesaient lourdement sur les épaules et les esprits des classes populaires.

Après des décennies d'aggravation des inégalités au détriment des plus pauvres comme au détriment des libertés, on assiste aujourd'hui - depuis un lent démarrage qui s'est fait en 2016 (voire 2009) – au renforcement de la force des exploités et opprimés, de son expression et à travers cela aux prémices de l'affirmation de l'existence des exploités et opprimés en tant que classe politique et de leur pression sur l'ensemble de la société et son avenir.

Avec la pandémie, on a qualifié les travailleurs en première ligne de héros, en particulier les soignants. Mais aujourd'hui, on les montre du doigt, on les culpabilise et suspend leurs salaires en attendant de les licencier tandis que les salaires de la majorité des salariés et des héros des premières lignes leur suffisent à peine à survivre alors que les milliardaires ont profité du covid pour s'empiffrer encore plus au vu et au su de tous.

Aujourd'hui, où les gouvernements qui ont montré une incapacité totale au plus fort de l'épidémie, sanctionnent des soignants, licencient des premiers de cordée et alors que les prix explosent, beaucoup expriment sous forme de manifestations ou de grèves quelque chose qui va eu delà des revendications immédiates et qui est une détestation commune de ce monde où toute la richesserevient toujours aux plus riches, aux planqués, aux voleurs et fraudeurs alors que les salaires de la grande majorité de ceux qui travaillent n’ont même pas suivi l’inflation.

La pandémie a provoqué une prise de conscience chez les travailleurs du monde et par là a changé la situation et changé chaque conflit.

Des rond-points, des usines, des grèves et des manifestations se lève l'exigence commune de découvrir et dénoncer le luxe dans lequel baignent les voyous qui nous gouvernent, qui profitent de notre travail et qui après avoir donné 300 milliards aux 500 plus grandes fortunes du pays, jettent une pièce, 100 euros, à ceux qui par leur sueur ont produit toutes leurs richesses. Ça devient insupportable et c'est ce qui est dans l'air, partout et qui unifie la diversité des mouvements dans leurs revendications particulièrespour en faire un seul en tendance.

C'est pour le moment un cri encore sourd qui monte de toutes les manifestations, toutes les grèves avant qu'il ne devienne clair, limpide et explicite demain sous forme de programme général anticapitaliste et révolutionnaire.

La recherche de cette expression commence à devenir pressante. Dans cette situation, la tentation de la force par la bourgeoisie grandira au fur et à mesure que les tensions sociales se développeront et avant qu'elles ne deviennent trop dangereuses pour elle. On le voit déjà au pullulement de chroniqueurs d'extrême droite dans les médias, à la candidature soudaine de Zemmour propulsée par les médias des milliardaires.

Que sera demain ?

Cette urgence nécessite plus que jamais l'intervention maintenant du "facteur subjectif", l'appel à la rencontre des militants des Gilets Jaunes, du mouvement anti-pass, des militants syndicalistes de base, comme l'avait fait en son temps le Front Social en décembre 2016, mais aujourd'hui dans une situation infiniment plus mûre qu'à ce moment, pour faire entendre le cri sourd qui monte des manifestations, pour le rendre conscient, pour dire haut et fort où en est le mouvement général actuel, ce qu'il est en train de faire, vers quoi il se dirige et quels obstacles il va rencontrer, en général, mais plus précisément déjà avec les élections présidentielles qui se profilent.

On ne peut rien comprendre à la situation actuelle si on ne comprend pas la dimension de tension vers la "grève générale" que porte toute cette période et le dire haut et fort est un élément qui renforce encore le mouvement devenant ainsi plus conscient de ce qu'il est tout en accélérant sa progression.

C'est cette dimension de la période qu'un regroupement conscient et organisé peut décrire. C'est cette dimension qui explique pourquoi chaque mouvement est lié aux autres ; pourquoi le mouvement anti-pass n'est pas intrinsèquement de nature fascisante comme l'écrivaient bien des militants démoralisés mais qu'il tire au contraire à gauche dans la durée, comme tous les mouvements aujourd'hui, et pourquoi ainsi il peut fusionner avec celui des Gilets Jaunes pourtant apparemment si différent ; pourquoi dans cettesituation chaque échec ne se traduit pas par un découragement mais est juste compris comme une leçon pour faire mieux la prochaine fois ; pourquoi cette détermination se montre dans la durée qui grandit dans les conflits sociaux en particulier pour les salaires ; pourquoi par exemple chez les salariés de Bergams en grève depuis 40 jours contre la baisse des salaires en échange du maintien de l'emploi, on entend comme chez les soignants suspendus par refus de l'obligation vaccinale, « qu’ils la ferment leur usine, on sera mieux à la maison qu’au travail à se détruire la santé pour une bouchée de pain » ; pourquoi la détermination monte chez les sages-femmes à leur 4e mobilisation nationale en refusant les réquisitions du préfet ; pourquoi encore a surgi la grève surprise des cheminots ce week-end pour l'augmentation de salaires et son extension possible à tous les week-end à venir laissant entrevoir à nouveau une lutte importante des cheminots alors qu'on imaginait les cheminots définitivement battus après les échecs de leurs deux longues luttes de 2018 et 2019/2020 ; pourquoi la journée d'action syndicale nationale du 5 octobre conçue pour démoraliser a pu être utilisée par des militants comme point d'appui pour aller plus loin, au point qu'un mouvement lancé chez Enedis ce 5 octobre s'étend aujourd'hui de proche en proche dans différentes unités de l'énergéticien pour des augmentations de salaires, reprenant le chantier de leur mouvement général très important de juin et juillet 2018... et pourquoi enfin il va se profilerbien d'autres conflits de ce type, à commencer par celui de la RATP de 2019/2020 qui ne demande qu'à reprendre ; pourquoi enfin cette fois-ci, le lien va se faire encore plus clairement entre les Gilets Jaunes qui luttent contre la hausse des prix et les salariés en grève qui se battent pour des augmentations de salaires face à la hausse des prix ; pourquoi pour finir, la grève générale rampante en Italie entraînée par les anti-pass qui se centre maintenant autour de son noyau prolétarien et vers laquelle regardent avec attention Gilets Jaunes et militants syndicalistes de base ou celle aux USA sont des autres figure du même mouvement qui ce qui sepasse en France.

Pour comprendre et décrire cette situation, il faut être optimiste et il est temps de donner une expression organisée et consciente à cet optimisme.

Car aujourd'hui, dans cette « période de grève générale », l'optimisme n'est pas une dimension morale, il est l'intelligence de la situation.

La formule d'hier « allier l'optimisme de la volonté au pessimisme de la raison » attribuée à Gramsci et reprise pour leur compte par bien des militants découragés est non seulement une absurdité philosophique qui sépare la volonté de la raison, le corps de l'esprit, mais est aussi aujourd'hui l'expression d'un renoncement à comprendre la période, morcelant la situation en autant de conflits séparés alors que sa dynamique pousse au contraire à leur unité. Ceux qui ne voient pas cette poussée à l'unité sont alors toujours surpris par les explosions de colère sans arrêt renouvelées et une combativité jamais éteinte qu'ils enterrent pourtant à chaqueoccasion et qu'ils n'attribuent à qu'à la nécessité de se défendre contre des attaques incessantes. Mais en général, des attaques incessantes écrasent, ici, elles poussent à la révolte incessante. Cette vision de conflits morcelés, défensifs, sans en voir l'unitéoffensive, obligent ces militants à courir sans fin derrière les événements sans jamais rien y comprendre, ne trouvant pour se justifier qu'à critiquer les mouvements, le peuple devenu selon eux fascisant sans jamais se mettre en cause eux-mêmes. Bousculés par ces mouvements qui les surprennent en permanence, ils ne trouvent à s'abriter que dans le sillage des organisations traditionnelles au nom du moindre mal. Ils justifient alors tout cela en se construisant un univers mental refermé sur lui-même, un univers du discontinu, de l'amnésie, de la mauvaise foi, de l’indifférence aux idées et de l'adaptation à des structures, de l'addition de formules militantes comme on empile des assiettes, et, au final, un univers mental où l'agressivité comme état d'esprit général irrité par tout ce qui différent, tout ce qui est vivant, prend la forme du goût du pouvoir.

Alors, vive l'optimisme, l'intelligence de la situation !

En complément tous les jours la rubrique Politiquede la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas. Une enquête à lire et à regarder.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal
Dans l’Essonne, un « harcèlement discriminatoire » par amendes interposées
Au printemps 2020, trente-deux habitants d’Epinay-sous-Sénart ont reçu des dizaines de contraventions pour des sorties injustifiées pendant le confinement. Affirmant avoir été verbalisés à distance par la police municipale, une pratique illégale, ils ont saisi le Défenseur des droits.
par Camille Polloni et David Perrotin
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La socialiste et le partisan de la Remontada ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche pour la présidentielle, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran