Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10376 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 oct. 2021

Karl Marx, écologiste avant l’heure

Les ignorants disent que Marx ne se préoccupait pas de la nature et était uniquement concerné par la productivité. En réalité, dès la moitié du 19e siècle, plus de 100 ans avant que l’on parle de changements climatiques, Marx reconnaissait déjà l’impact désastreux du capitalisme sur la nature. Il nous offrait des réponses aux questions brûlantes du mouvement contre la crise climatique.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Vincent R. Beaudoin- La Riposte socialiste

Le métabolisme entre l’humain et la nature

Loin de se désintéresser de la question de l’environnement, Marx et Engels considéraient en fait que l’être humain appartient pleinement à la nature. Selon leur philosophie, qu’on appelle le matérialisme dialectique, l’intelligence humaine est le fruit de l’évolution de la matière, organisée par elle-même. L’humain, qui s’enorgueillit de son intelligence et de sa capacité à transformer la nature, est en fait son direct produit.

Ainsi, Engels nous disait :

« [L]es faits nous rappellent à chaque pas que nous ne régnons nullement sur la nature comme un conquérant règne sur un peuple étranger, comme quelqu’un qui serait en dehors de la nature, mais que nous lui appartenons avec notre chair, notre sang, notre cerveau, que nous sommes dans son sein et que toute domination sur elle réside dans l’avantage que nous avons sur l’ensemble des autres créatures de connaître ses lois et de pouvoir nous en servir judicieusement. » [1]

Marx expliquait quant à lui que :

« La nature, c’est-à-dire la natu­re qui n’est pas elle-même le corps humain, est le corps non-organique de l’homme. L’homme vit de la nature signifie : la nature est son corps, avec lequel il doit main­te­nir un processus cons­tant pour ne pas mourir. Dire que la vie physique et intellectuelle de l’homme est indis­so­lu­blement liée à la nature ne signifie pas autre chose sinon que la nature est indissoluble­ment liée avec elle-même, car l’homme est une partie de la nature. » [2]

Grâce à cette intelligence, cette capacité à connaître les lois de la nature, les êtres humains ont été capables au fil de l’histoire de s’arracher aux conditions d’existence purement animales, et de transformer la nature pour répondre à leurs besoins. Cette relation entre l’humain et la nature prend surtout la forme de ce que Marx appelle le travail :

« Le travail est d’abord un procès qui se passe entre l’homme et la nature, un procès dans lequel l’homme règle et contrôle son métabolisme avec la nature par la médiation de sa propre action. […] Il met en mouvement les forces naturelles de sa personne physique, ses bras et ses jambes, sa tête et ses mains pour s’approprier la matière naturelle sous une forme utile à sa propre vie. Mais en agissant sur la nature extérieure et en la modifiant par ce mouvement, il modifie aussi sa propre nature. Il développe les potentialités qui y sont en sommeil, et soumet à sa propre gouverne le jeu des forces qu’elle recèle. » (nos italiques) [3]

L’idée de métabolisme, dans l’approche systémique en biologie, correspond à l’ensemble des processus complexes qui nouent un organisme à son environnement. Marx explique cependant que ce métabolisme entre l’humain et la nature a perdu au fil du temps son caractère harmonieux : il a été rompu par le capitalisme.

Le capitalisme détruit la planète

Sous le système économique actuel, la survie à long terme de la nature et des humains est un enjeu bien secondaire devant les bilans trimestriels des grandes entreprises. Déjà, dans Le Capital, Marx soulignait les répercussions graves de l’organisation capitaliste sur l’agriculture, et son effet sur le « métabolisme » entre l’humain et la nature :

« Avec la prépondérance toujours croissante de la population urbaine qu’elle entasse dans de grands centres, la production capitaliste […] perturbe […] le métabolisme entre l’homme et la terre, c’est-à-dire le retour au sol des composantes de celui-ci usées par l’homme sous forme de nourriture et de vêtements, donc l’éternelle condition naturelle d’une fertilité durable du sol. Elle détruit par là même à la fois la santé physique des ouvriers des villes et la vie intellectuelle des ouvriers agricoles. » (nos italiques) [4]

« D’autre part, [la grande propriété foncière] décime de plus en plus la population agricole et lui oppose une population industrielle de plus en plus dense, concentrée dans les grandes villes. Elle crée ainsi des conditions qui provoquent une rupture irrémédiable dans l’équilibre complexe du métabolisme social composé par les lois naturelles de la vie; il s’ensuit un gaspillage des forces du sol, gaspillage que le commerce transfère bien au-delà des frontières du pays considéré. » (nos italiques) [5]

L’industrie capitaliste qui se développait rapidement en Angleterre amenait l’épuisement des terres agricoles, car les techniques agricoles étaient toutes orientées vers le profit à court terme et ne prenaient pas en compte la fertilité à long terme du sol.

« Tout progrès de l’agriculture capitaliste est non seulement un progrès dans l’art de piller le travailleur, mais aussi dans l’art de piller le sol; tout progrès dans l’accroissement de sa fertilité pour un laps de temps donné est en même temps un progrès de la ruine des sources durables de la fertilité. […] la production capitaliste ne développe donc la technique […] qu’en ruinant en même temps les deux sources d’où jaillit toute richesse : la terre et le travailleur. » [6]

Depuis, ce problème s’est aggravé : les compagnies qui possèdent les grandes terres pratiquent la monoculture et la culture intensive qui détruisent la biodiversité. Elles sont poussées à utiliser des pesticides pour obtenir un meilleur rendement, ce qui entraîne la pollution des cours d’eau et de la nappe phréatique et nuit à la santé publique.

Marx expliquait également les effets désastreux de l’industrie capitaliste sur les forêts : « le développement de la culture et de l’industrie a de tout temps agi si fortement pour la destruction des forêts que tout ce qu’il a fait en revanche pour leur conservation et leur plantation n’est qu’une quantité absolument négligeable » [7].

Cette logique de destruction se constate dans toutes les industries. En effet, les propriétaires d’entreprise (capitalistes, banquiers, patrons) sont en concurrence les uns avec les autres et doivent constamment augmenter leur productivité pour produire des marchandises à moindre coût et rafler des parts du marché. Réduire l’empreinte écologique des entreprises ou utiliser des machines vertes représente un coût de production supplémentaire pour les capitalistes. Pour rester compétitifs et faire plus de profits, ils doivent donc exploiter le plus possible les travailleurs salariés et piller toujours davantage la nature.

Ainsi, Marx affirmait qu’avec le capitalisme :

« la nature devient un pur objet pour l’homme, une pure affaire d’utilité; [elle] cesse d’être reconnue comme une puissance pour soi; et même la connaissance théorique de ses lois autonomes n’apparaît elle-même que comme une ruse visant à la soumettre aux besoins humains, soit comme objet de consommation, soit comme moyen de production. » [8]

Marx voyait qu’avec l’économie de marché, il n’y a pas de plan de production à grande échelle permettant d’utiliser les ressources de façon rationnelle, donc dans le respect de l’environnement. Aujourd’hui, l’absurdité du marché est à son comble : on envoie massivement aux ordures des marchandises invendues pendant que des compagnies trouvent des façons de limiter la durée de vie des appareils électriques fabriqués. La ruine de la nature que Marx observait à son époque a aujourd’hui atteint des sommets.

La nature devenue étrangère

Marx expliquait que bien que le capitalisme ait développé les forces productives bien au-delà de tout ce qui avait été vu dans l’histoire de l’humanité, il a cependant aliéné le travailleur, il l’a rendu étranger à son propre travail. Le travail salarié sous le capitalisme est du travail forcé : nous sommes forcés de nous vendre à la classe patronale pour survivre. Les marchandises qu’on produit et nos outils de travail appartiennent au patron, qui possède ultimement même notre activité de travail, puisqu’il l’a acheté en échange d’un salaire.

Comme le dit Marx, « l’ouvrier ne peut rien créer sans la nature, sans le monde extérieur sensible » [9]. Mais le capitalisme dépossède les travailleurs de tout contrôle de leur relation avec la nature. Donc, le capitalisme n’aliène pas seulement le travailleur de son travail, il le rend également étranger à la nature : « […] le travail aliéné arrache à l’homme l’objet de sa production […]. [S]on corps non-organique, la nature, lui est dérobé. » Il ajoute que le travail aliéné « rend étranger à l’homme son propre corps, comme la nature en dehors de lui […] » [10].

La rupture du « métabolisme », de la relation entre l’humain et la nature, nous pouvons tous et toutes la constater dans notre vie quotidienne. De nos jours, la nature a quasiment disparu de nos vies. Lorsque l’on fait nos courses ou que l’on va travailler, nous restons aveugles au fait que les marchandises et les outils qui s’offrent à nous sont en réalité des parties de la nature. Le travail salarié sous le capitalisme a engendré une déconnexion entre les travailleurs et la nature qu’ils travaillent.

La solution socialiste

Il apparaît donc désormais clair que Marx et Engels avaient une conscience écologiste assez développée pour leur temps. Ils avaient bien raison : le capitalisme a détruit le métabolisme entre l’humain et la nature. Malgré que l’alarme climatique ait été sonnée depuis de nombreuses années, la situation empire, sans que les capitalistes ne lèvent le petit doigt. Alors que de grandes catastrophes environnementales se profilent à l’horizon, nous serons complètement soumis au déchaînement de la nature, par la faute du système économique qui domine nos vies. Tant que le capitalisme sera en place, la crise climatique ne pourra pas être résolue.

Leur concept de métabolisme entre l’humain et la nature, qui a été rompu par le capitalisme, pointe dans la direction du communisme, comme forme de société qui pourra rétablir cet équilibre et cette harmonie. Marx et Engels expliquaient qu’il fallait remplacer le système économique chaotique actuel par une économie planifiée rationnellement, contrôlée démocratiquement par les travailleurs. « La seule liberté possible est la régulation rationnelle par les producteurs associés, de leur métabolisme avec la nature qu’ils contrôlent ensemble, au lieu d’être dominés par lui comme par une puissance aveugle » [11]. C’est ce que nous appelons habituellement socialisme ou communisme. Comme Marx le disait si brillamment, « ce communisme […] est la vraie solution de l’antagonisme entre l’homme et la nature, entre l’homme et l’homme » [12].

Une planification socialiste et démocratique de l’économie assurerait que la production puisse à la fois satisfaire les besoins de la population et protéger la planète. Le socialisme permettrait de fermer les industries polluantes et de réorienter les travailleurs de ces industries vers les énergies vertes, d’investir massivement dans les transports en commun, dans la production de machinerie verte, de mettre fin à toutes les absurdités du capitalisme comme l’obsolescence programmée et le gaspillage.

Préfigurant l’idée de « développement durable », Marx et Engels expliquaient que ce communisme permettra non seulement de répondre aux besoins présents, mais assurera la satisfaction des besoins des générations futures. Nous leur laissons le dernier mot :

« Dans une organisation économique de la société supérieure à la nôtre, le droit de propriété de certains individus sur le globe terrestre paraîtra tout aussi absurde que le droit de propriété d’un être humain sur un autre. […] Toutes les sociétés contemporaines réunies ne sont pas propriétaires de la terre. Elles n’en sont que les possesseurs, elles n’en ont que la jouissance et doivent la léguer aux générations futures après l’avoir améliorée en boni patres familias [bons pères de famille]. » [13]

Sources

[1] ENGELS, Friedrich (1977). Dialectique de la nature, Éditions sociales, p. 141.

[2] MARX, Karl (1844). Manuscrits de 1844, Premier manuscrit, https://www.marxists.org/francais/marx/works/1844/00/km18440000/km18440000_3.htm

[3] MARX, Karl (2009). Le Capital, Livre 1, Presses universitaires de France, p. 199.

[4] Ibid., p. 566.

[5] MARX, Karl (2008). Le Capital, Livre 3, Folio Essais, p. 1986.

[6] MARX, Karl (2009), op. cit., p. 567.

[7] MARX, Karl (1977), Le Capital, Livre 2, Éditions sociales, p. 213.

[8] MARX, Karl (1980). Grundrisse, Trad. J.-P. Lefebvre, Édition sociales, Paris, p. 349.

[9] MARX, Karl (1844), op. cit.

[10] Ibid.

[11] https://www.cairn.info/revue-mouvements-2011-2-page-155.htm 

[12] MARX, Karl (1844). Manuscrits de 1844, Troisième manuscrit, https://www.marxists.org/francais/marx/works/1844/00/km18440000/km18440000_5.htm[13] MARX, Karl (2008), Livre 3, op. cit., p. 1947.

[13] MARX, Karl (2008), Livre 3, op. cit., p. 1947.

En complément tous les jours la rubrique Ecologie de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé