Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10370 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 oct. 2021

Réduire le temps de travail, seule solution contre le chômage

Connaissez-vous la meilleure politique de gauche de ces dernières années ? Elle s'appelle les 35 heures, à l'origine de créations d'emplois sans précédent. Un résultat indiscutable, et pourtant nié par tant de pseudo-experts que cette vérité dérange - Hommage à Michel Husson !

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Jacques Littauer

Coucou, la revoilà ! La réduction du temps de travail est de retour dans la bouche de la plupart des candidats de gauche à l’élection présidentielle, et c’est une bonne nouvelle. Pour Anne Hidalgo : « Reposer la question du temps de travail, c’est une évidence », notamment pour permettre à chacun de se former, de s’engager dans une association, s’occuper d’un proche, bref de disposer de la liberté dont bénéficient les classes aisées, sans parler des héritiers qui ne travaillent pas, ou peu, ou seulement quand ils le veulent.

De son côté, Yannick Jadot est plus prudent, souhaitant simplement lancer une « convention citoyenne sur les temps de travail et la santé au travail ». Et, sans surprise, c’est du côté de la gauche de gauche que l’on est le plus clair sur le sujet, le communiste Fabien Roussel et l’insoumis Jean-Luc Mélenchon se prononçant en faveur de la semaine de 32 heures payées 35, qui sera « inscrite dans la loi » selon le député LFI Éric Coquerel. Seule voix discordante de ce côté de l’échiquier politique, celle d’Arnaud Montebourg qui note – et ce n’est pas faux – que les entreprises ne pourront pas à la fois augmenter les salaires et réduire le temps de travail.

À LIRE AUSSI : Doubler le salaire des profs ? Irréaliste et trop facile

Alors, passer aux 32 heures sans réduction de salaire, comme le propose la CGT, qui note l’absurdité d’avoir d’un côté « 3,7 millions de chômeurs » et de l’autre des travailleurs qui effectuent 800 000 heures supplémentaires par an, pour s’en tenir aux seules heures sup’ déclarées, est-ce possible ? Si l’on en croit les résultats du passage aux 35 heures, la réponse est oui, oui et oui.

Et si la croissance ne créait pas (beaucoup) d’emplois ?

La réforme des 35 heures était une mesure controversée pour de mauvaises raisons, mais aussi des bonnes : était-ce vraiment une bonne idée d’imposer la même réduction du temps de travail à toutes les entreprises ? Comment les petites allaient-elles faire pour s’organiser ? Cette réduction du temps de travail sans baisse de salaire, impliquant donc une hausse du coût du travail pour les entreprises, n’allait-elles pas les pénaliser dans la concurrence internationale ?

Pour ma part, je n’étais pas convaincu par cette réforme, qui me semblait trop dirigiste, insuffisamment souple. Maintenant que nous avons du recul, on peut affirmer que les 35 heures ont atteint leur principal objectif, celui des créations d’emplois. Celles-ci se chiffrent à – au moins – 400 000. Cela en fait, de très loin, la politique de l’emploi la plus efficace, et la moins coûteuse pour les finances publiques par emploi créé, qui n’a jamais existé.

À LIRE AUSSI : « Les accidents du travail tuent 14 personnes par semaine, qui en parle ? »

Pour comprendre à quel point les 35 heures ont été exceptionnelles, il faut prendre le temps de lire le graphique ci-dessous, qui montre l’évolution de l’emploi total, public et privé, en France, au cours d’une très longue période : 1950–2017. Comme on le voit, le nombre de personnes qui travaillent dans notre pays est passé d’environ 16,5 millions en 1950 à 19,5 millions en 2017. Ceci est le premier résultat.

Source: Michel Husson, « L’obscur mystère des 35 heures enfin expliqué », alternativeseconomiques.fr, 2019

Maintenant, regardez ce graphique sans a priori. Que voyez-vous ? Pour ma part, ce que je vois, c’est que, de 1950 à 1993, l’emploi ne progresse pas : il monte certes fortement au cours des années 1960, mais revient à son niveau de départ ensuite. Ce fait est majeur : suite à une très forte période de croissance – pensez à l’énorme accroissement de richesse intervenu en plus de 40 ans, qui inclut la période des Trente glorieuses – l’emploi total n’a pas augmenté.

Comme l’explique ailleurs Michel Husson, la croissance ne crée pas d’emplois, car ceux-ci sont mangés par les gains de productivité (source, par ailleurs, de la hausse du niveau de vie). C’est le deuxième résultat, sans doute le plus important, et ignoré de la plupart des journalistes, des hommes politiques, et des économistes.

À LIRE AUSSI : Agnès Verdier-Molinié : la prêtresse du marché qui prône la dette publique

Troisième résultat : il n’y a qu’une seule période de temps au cours de laquelle la hausse de l’emploi est très forte, c’est entre 1997 et 2001. Je vous laisse prendre le temps, en regardant à nouveau le graphique, de voir à quel point cette période est différente de toutes les autres – sur une période très longue, de près de 70 ans. C’est absolument remarquable. Que s’est-il passé à ce moment-là ? Plusieurs choses évidemment, comme la victoire de l’équipe masculine de football à la Coupe du monde 1998, qui a sans aucun doute, par l’euphorie qu’elle a créée, conduit à des créations d’emplois supplémentaires.

Le sidérant succès des 35 heures

Mais le fait majeur de cette période, c’est bien sûr le passage aux 35 heures par semaine. Comme le dit le regretté Michel Husson, brutalement décédé cet été à l’âge de 72 ans, dans l’article qui fournit ce graphique : « On n’a jamais créé autant d’emplois en France que lors du passage aux 35 heures, entre 1997 et 2001. Ce sont 1,8 million d’emplois dans le secteur privé qui ont été créés au cours de ces quatre années : un véritable record historique ».

Michel Husson, qui était sans doute le meilleur macro-économiste de France, celui qui connaissait le mieux les liens entre production, emploi, revenus, et croissance, n’était pas naïf au point de penser que la totalité de cette hausse de l’emploi était due aux 35 heures, dont il estimait la contribution à 500 000 emplois. Mais comment savoir exactement ?

Il se trouve qu’entre 1987 et 1991, la France a connu une croissance de son PIB quasiment identique à celle qui a prévalu entre 1997 et 2001. Ainsi que l’explique Denis Clerc dans sa comparaison entre les deux périodes, les créations d’emplois ont été nettement plus fortes au cours de la deuxième période : 1,8 million, on l’a vu, contre seulement 800 000 entre 1987 et 1991. Le constat est clair : les 35 heures ont créé massivement des emplois.

À LIRE AUSSI : Vous voulez réduire les déficits ? Aidez les pauvres !

De plus, Denis Clerc montre que cette politique n’a en rien diminué les profits des entreprises, le « taux de marge » ne diminuant aucunement. Pourquoi ? Parce que des diminutions de cotisations sociales étaient incluses. Mais, pour évaluer le coût net de la mesure, il faut retrancher les recettes supplémentaires de cotisations sociales générées par les emplois créés, et les baisses de dépenses de l’assurance-chômage. Au total, les 35 heures ont coûté à l’État et à la Sécurité sociale 2,5 milliards d’euros. Comme 400 000 emplois ont été créés, cela fait un coût net par emploi de 6 000 euros.

La catastrophe du Crédit d’impôt compétitivité emploi

À l’inverse, le CICE décidé par Macron et Hollande, qui accordait de très généreuses baisses de cotisations sociales aux entreprises, sans aucune contrepartie de leur part bien entendu, a coûté 100 milliards d’euros aux finances publiques, et créé, au grand maximum, 400 000 emplois. Soit un coût par emploi de 250 000 euros. Contre 6 000 pour les 35 heures. 40 fois plus.

Pour comprendre, c’est comme si vous courriez 10 km par jour, grâce à votre régime Hollande-Macron, et que je vous propose les pilules Aubry, qui vous permettent de courir 400 km chaque jour. Cela vous semblerait dingue. Mais c’est pourtant la réalité.

Mais alors, où est allé l’argent du CICE ? Dans les poches des salariés, sous forme de hausses de salaires, et dans les poches des entreprises, dont les profits ont augmenté, et qui les ont utilisés pour gâter leurs actionnaires, et non pour investir. Bref, le CICE est un échec invraisemblable, comme je n’en ai jamais vu, un gaspillage d’argent public – on parle de 100 milliards, hein – absolument sans précédent. Mais ce fait, établi par des économistes on ne peut plus sérieux, n’a jamais fait la Une de la presse. Et, d’un autre côté, si vous interrogez mes collègues, la plupart vous diront, contre l’évidence, que les 35 heures ont échoué.

À LIRE AUSSI : Argent dormant : 50 millions d’épargnants

Certes, cette politique fut très loin d’être parfaite. Son plus gros défaut a sans doute été d’améliorer la vie de certains cadres, qui se sont retrouvés avec 9 semaines de congés payés – et continuent bien sûr de voter à droite – quand, à l’inverse, la vie quotidienne de nombreux employés a été massacrée, à cause de « l’annualisation » du temps de travail, funeste concession aux employeurs et terme bien hypocrite pour dire « vous pourrez bosser certaines semaines 20 h, et d’autres 60, et on pourra vous appeler la veille pour vous demander de venir travailler le lendemain, et même le week-end ».

Mais le fait est là : les 35 heures n’ont quasiment rien coûté aux finances publiques, alors que le CICE, voulu par Macron lorsqu’il était ministre de l’Économie, a vidé les caisses de l’État comme jamais, et ce avec sans doute moins de créations d’emplois au bout du compte. Un pognon de dingue de perdu, oui.

La gauche peut remercier Michel Husson

Si je peux vous expliquer tout cela aujourd’hui, c’est d’abord grâce à Michel Husson, qui m’a appris le fonctionnement de base de l’économie. Son décès prématuré me laisse désemparé. Vous pouvez lire certains de ses textes en libre accès sur le site d’Alternatives Économiques. Et prendre la mesure de cet homme unique en parcourant son prodigieux site, en vous demandant comme je l’ai souvent fait moi-même : mais comment une seule personne peut-elle produire autant de connaissances ?

S’il n’y a qu’une chose à lire de lui, c’est son livre intitulé Le capitalisme en dix leçons (aux éditions La Découverte) illustré par un autre génie, du nom de Charb. Un bouquin qui devrait vous être utile dans les mois et les années qui viennent, tout en vous bidonnant devant les dessins de notre regretté artiste. •

PS : les personnes intéressées peuvent lire la courte autobiographie parodique qu’avait rédigée Michel Husson, ainsi que l’hommage de son ancien collègue Norbert Holcblat, qui raconte son parcours intellectuel et politique, et souligne que « malgré sa compétence reconnue, Michel resta presque toujours une sorte de marginal étranger au ‘cercle de la raison’ économique ».

En complément tous les jours la rubrique Economie de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal
Du local au global, le mouvement climat assume de vouloir « faire école »
Finies les batailles en solitaire, le mouvement climat adossé aux luttes locales théorise désormais de voir les choses en grand. Un effort stratégique indispensable pour contrer l’appétit sans cesse renouvelé des aménageurs et industriels pour les « mégaprojets » et une certaine inertie politique.
par Mathilde Goanec
Journal — Diplomatie
Moyen-Orient : Macron réhabilite le « prince tueur »
Commanditaire de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, le prince héritier saoudien « MBS » était jugé infréquentable par les dirigeants occidentaux. En lui rendant visite, le président français brise sa quarantaine diplomatique, et vend au passage 80 Rafale à son homologue émirati et allié dans la guerre du Yémen, « MBZ ».
par René Backmann
Journal — Moyen-Orient
Nucléaire iranien : la solitude d’Israël
La volonté américaine de reprendre les pourparlers sur le nucléaire iranien s’oppose au refus israélien de toute perspective d’un accord avec l’Iran, contre lequel Israël menace de livrer une guerre, même si les États-Unis y sont hostiles. Mais Tel-Aviv dispose-t-il des moyens de sa politique ?
par Sylvain Cypel (Orient XXI)
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.