Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10575 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 déc. 2020

Un appel désespéré et incohérent des minoritaires du NPA

L’appel du 23 décembre signé par des responsables de la direction actuelle du NPA, devenue minoritaire, est manifestement une tentative de ratisser large, jusque dans la gauche du NPA, avec autant d’incohérence qu’ils en avaient manifesté lors de la fondation du NPA.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’appel du 23 décembre signé par des responsables de la direction actuelle du NPA, devenue minoritaire, est manifestement une tentative de ratisser large, jusque dans la gauche du NPA, avec autant d’incohérence qu’ils en avaient manifesté lors de la fondation du NPA. 

Le texte affirme « Notre camp social a besoin d'un parti révolutionnaire ». C’est le nom même de parti qu'il s’étaient battus avec acharnement pour l’écarter, lors de la fondation du NPA, préférant le nom actuel qui correspond à leur choix pour un « parti large ». 

Cette pratique de l’ambiguïté est ancienne. Dès la fondation du NPA, les mêmes, partisans d’un « parti large », autrement dit non délimité stratégiquement entre réforme et révolution, pour s’assurer du soutien maximum à la fondation du parti, avaient accepté dans ses Principes Fondateurs des formulations qui contredisent totalement leur projet, notamment celle-ci:

« Une domination de classe ne peut pas être éliminé par voie de réformes. Les luttes peuvent permettre de la contenir, de lui arracher des mesures progressistes pour les classes populaires, pas la supprimer.  En 1789, la domination de la classe privilégiée de l'Ancien Régime n'a pas été abolie par des réformes. Il a fallu une révolution pour l'éliminer. Il faudra une révolution sociale pour abattre le capitalisme. » (souligné par moi)

Rappelons que les Principes Fondateurs du NPA ont été voté avec 540 pour, 1 contre, 49 abstentions et 5 refus de vote. 

Autre appel du pied: non par hasard, l’appel du 23 décembre ne fait pas mention de la stratégie de rassemblement pour lutter « dans la rue et dans les urnes », alors même que l’actuelle direction du NPA ne craint pas de mettre sous le tapis son programme dans des campagnes électorales, comme à Bordeaux récemment, ou pour les régionales a venir, au mépris des Principes Fondateurs pourtant votés lors du Congrès de fondation et qui affirment: « Nous participons aux élections pour défendre nos idées, pour rassembler très largement la population autour de notre programme.» (souligné par moi). Ajoutons que la même direction, en ignorant le programme pour faire alliance électorale avec les réformistes de la LFI,  s'est assise non seulement sur les Principes Fondateurs du NPA mais en plus sur la motion expresse de l'instance supérieure du NPA, son Conseil Politque National. 

Mais le ratissage échoue totalement car l’appel refuse de discuter les choix d’orientation. C’est pourtant ce qui intéresse les militants révolutionnaires, NPA et bien au delà. Les signataires osent en effet affirmer, à propos des difficultés du NPA :« nous sommes paralysés par les luttes internes et les projets de fractions aux orientations sectaires ». Le libre débat sur les orientations, ce qui définit pourtant un parti démocratique, devient pour eux des « luttes internes ». Et les analyses des courants majoritaires du NPA deviennent des « orientations sectaires ». Lancer une telle accusation, sans dire un mot sur le fond, relève du mépris des militants dans le NPA et bien au delà.

Les signataires auraient-ils peur des analyses de la gauche du NPA, devenue majoritaire, sur la remontée des luttes contre le capital à un niveau international ?  Sur les perspectives d’auto-organisation et de mobilisation et de soulèvement, en France aussi, de notre classe ? Sur la pertinence de la grève générale active ? Sur la nécessité, face à la barbarie qui vient, de construire un parti révolutionnaire, pas seulement en parole ? Sur la nécessité de défendre partout, y compris dans toute campagne électorale, la perspective d’une révolution sociale et de civilisation ? Sur le rôle de collabo du capital des politiciens et de leur affidés syndicaux ?

Pourquoi juste une insulte et pas une seule critique de fond des analyses et des orientations partagées par de plus en plus d’acteurs des luttes ? Pourquoi stigmatiser l’héritage marxiste révolutionnaire, dans toute sa richesse et ses composantes ? Pourquoi enfin refuser de faire un bilan de la politique de construction de "partis larges", assis entre deux chaises,  prônée depuis si longtemps et qui a conduit partout à des échecs ?

L’appel affirme enfin: « Nous souhaitons dès maintenant, comme la LCR l’avait fait en son temps, lancer un projet de dépassement ou de refondation du NPA. » Chacun sait que bien des membres de la direction actuelle du NPA, en fait de dépassement, car ils sont minoritaires, préparent une scission. 

La majorité des militants du NPA, et des milliers d’autres organisés ailleurs ou sans parti, souhaitent par contre une refondation, bien au delà du NPA, pour se rassembler dans un parti révolutionnaire. Le moment est venu. C’est urgent.

Un outil unique au service des acteurs de l’émancipation. Cliquez sur le logo

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La commission d’enquête parlementaire ménage Bernard Arnault…
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Journal — Médias
… après avoir tenu café du commerce avec Vincent Bolloré
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal
Didier Fassin : « on est dans un basculement qui n'était pas imaginable il y a 5 ans »
Alors que l’état de crise semble être devenu la nouvelle normalité, quelles sont les perspectives pour notre société ? Didier Fassin, directeur d’études à l’EHESS qui publie « La société qui vient », est l’invité d’« À l’air libre ».
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement