Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 déc. 2021

Vague Omicron : leur méthode et la nôtre -Frank Prouhet

La vague Omicron arrive au pire moment. L'hôpital est saturé et ses personnels épuisés. Le système de traçage est débordé, et de nombreux gouvernements ont levé les gestes barrière, pour faire repartir l'économie. Arc-boutés sur la défense des profits, ils ont refusé de lever les brevets, et de réquisitionner les capacités de production, ce qui aurait permis une vaccination universelle.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source: L'Anticapitaliste

La vague Omicron arrive au pire moment. L'Europe n'est pas sortie de la vague Delta, l'hôpital est saturé et ses personnels épuisés, comme l'a montré la grève du 4 décembre. Le système de traçage est débordé, et de nombreux gouvernements ont levé les gestes barrière, comme en Angleterre, pour faire repartir l'économie. Arc-boutés sur la défense des profits de l'industrie capitaliste de la vaccination, les gouvernants ont refusé de lever les brevets, de réquisitionner les capacités de production, ce qui aurait permis une vaccination universelle.

L'apartheid vaccinal a accouché d'Omicron, qui semble multiplier par deux les risques de contamination. Ceux qui sont rassurés par le fait que les dernières études montrent un risque d'hospitalisation diminué de 29% ont bien tort. Un risque d'hospitalisation diminué, mais un nombre de contaminations qui, à chaque cycle, fait deux fois plus de malades, cela fait au total beaucoup plus de morts, de covid longs, de personnels hospitaliers contaminés, de risque d'effondrement du système de santé et d'abandon des autres soins, faute d'avoir voulu investir massivement dans la santé. Seule la vaccination — mais dans les pays les plus riches seulement — fait que la mortalité n'a pas explosé à la hauteur des contaminations, confirmant l'efficacité vaccinale contre les formes graves du covid, notamment avec la troisième dose.

Convaincre plus que contraindre

Une efficacité calculée par les études en suivi de population réelle en Afrique du Sud, qui montre une efficacité contre l'hospitalisation qui baisse seulement de 93 à 70% avec l'Omicron, mais qui avec deux doses s'effondre contre le risque d'infection de 80% à 33%. Alors qu'une large étude en Grande-Bretagne montre un épuisement de l'efficacité vaccinale cinq mois après la deuxième dose, avec une protection qui s'effondre à 30%, mais qui remonte à 71-75% contre les formes symptomatiques du covid après la troisième dose. 

La première réaction, en ordre dispersé, des gouvernements européens, a d'abord été de fermer les frontières. Activistes et épidémiologistes ont dénoncé cette double peine, déjà inefficace contre le variant Delta, pourtant moins contagieux, dés lors qu'Omicron circule déjà largement en Europe. La deuxième réaction c'est l'accélération de la vaccination, avec comme arme la tentation d'étendre l'obligation vaccinale à tous les métiers, le pass vaccinal, les menaces de licenciements, la mort sociale comme argument de conviction. Nous sommes des fervents partisans de la vaccination, dénonçons le double discours de Macron qui veut une forme d'obligation vaccinale dans les pays riches, et l'abandon sans vaccins du reste du monde ! Mais nous pensons toujours qu'il existe une autre voix pour convaincre. Il reste six millions de non-vaccinés en France, plus de 600 000 parmi les plus fragiles face au covid. Souvent les plus pauvres, les plus éloignéEs du système de soins. Les menaces ne les font plus bouger, ont multiplié les faux pass. Convaincre plus que contraindre, parce que c'est ce qui permet d'aller chercher les plus hésitantEs, comme le fait avec succès, mais peu de moyens, l'association Santé environnement pour tous, de Yazid Attala, dans les quartiers Nord de Marseille. En Guadeloupe, 660 hospitalierEs sur 3300 ont été mis à pied pour refus de vaccination. La contrainte n'a pas été suffisante.

Vacciner, tester, isoler, associer

Nous savons bien que la vaccination volontaire des enfants ne sera efficace que dans quelques mois, que la vaccination est indispensable, mais pas suffisante pour casser la contagiosité redoublée de l'Omicron. Alors si nous ne voulons pas être contraints aux couvre-feu, confinements, il faut vacciner, mais aussi tester, isoler, fabriquer des gestes barrières avec les populations. Pour les aspects techniques cela veut dire aération, testeur de CO2, jauge dans les salles, port du masque, lavage des mains, réquisition de bâtiments, télétravail contrôlé par les salariéEs… En clair prendre du pouvoir sur nos vies, nos conditions de travail, tout le contraire de la Macronie et du monde capitaliste ! Cela veut dire tests, auto-tests, tests réguliers à l’école. Le scandale du déremboursement des tests pour ceux qui en ont le plus besoin, pour eux et pour les autres, à savoir ceux qui ne sont pas vaccinés doit cesser. Les tests à l'école ne sont pas assez nombreux, dans une tranche d'âge où le nombre de nouveaux cas explose, avec le risque de dissémination aux plus âgés, notamment au moment des fêtes.

Les équipes de tracing de l’assurance maladie sont dépassées, faute d'embauches, parfois un simple SMS le remplace. Le retro-tracing, qui remonte en arrière les chaines de contamination, très efficace mais gourmand en personnel, a été abandonné, là aussi faute d'embauches. Quant aux équipes Covisan, testées avec succès en Ile-de-France, qui passaient à domicile pour fabriquer des patientEs expertEs-acteurEs de leur isolement à la maison, dont la généralisation avait été promise par Véran, encore un vœu pieux ! Contre la politique du bâton de Macron, une autre voix et une autre voie face au covid existent !

En complément tous les jours la rubrique Santé de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aux États-Unis, le Sénat adopte un plan climat sans ambition sociale
Par 51 voix contre 50, le Sénat des États-Unis a adopté le plus ambitieux plan climat de l’histoire du pays, prévoyant une enveloppe de 369 milliards de dollars pour réduire de 40 % les émissions de CO2 entre 2005 et 2030. Mais le volet social a été très largement sacrifié.
par Romaric Godin
Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Quarante-quatre morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figureraient quinze enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. Une trêve entre les deux parties serait entrée en vigueur dimanche soir.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)

La sélection du Club

Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre