Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10586 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 janv. 2021

Inde demain: un front ouvriers-paysans marche vers la révolution -J. Chastaing

A la veille de la journée historique du 26 janvier où les paysans vont rentrer dans la capitale Delhi et probablement marquer un tournant déterminant pour la situation du pays voire du monde, quelques mots sur l'évolution de ces derniers jours du 23 au 25 janvier.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jacques Chastaing

A la veille de la journée historique du 26 janvier où les paysans vont rentrer dans la capitale Delhi et probablement marquer un tournant déterminant pour la situation du pays voire du monde, quelques mots rapide sur l'évolution de ces derniers jours du 23 au 25 janvier.

LE SOULÈVEMENT PAYSAN CHERCHE A S'ADRESSER A TOUTES LES CLASSES POPULAIRES

Les animateurs du soulèvement paysan ont tenu à dire dès que le gouvernement a autorisé le 23 janvier les paysans à défiler dans Delhi le 26 janvier, le jour de la fête nationale, qu'il ne s'agissait pas pour eux dans cette journée de "prendre Delhi" comme on investit une ville de manière guerrière, mais de prendre le cœur et l'esprit du peuple indien en s'adressant à lui à travers cette journée.

Ils voulaient faire cela au travers de la démonstration d'un défilé monumental mais aussi maîtrisé et pacifique contre la propagande gouvernementale qui annonce le chaos à Delhi en parlant de l'arrivée de barbares et terroristes violents. Leur but était donc tout à la fois d'organiser un défilé témoignant de la force du mouvement et en même temps de sa responsabilité pour gagner à leur combat les millions et les millions d'indiens qui ont de la sympathie pour eux mais hésitent encore à s'engager dans la lutte.

Or un signe du basculement de la situation dans ce sens et probablement de la justesse de la tactique paysanne ces derniers jours, c'est qu'après les syndicats de l’Éducation nationale qui ont appelé à une journée de grève le 23 janvier contre la destruction de l'école en intégrant cette journée dans la mouvance du soulèvement paysan, ce sont les syndicats des banques publiques (importantes en Inde) qui ont appelé le 24 janvier à la mobilisation les 31 janvier et 1er février contre leur privatisation tout en intégrant aussi ces journées dans le même mouvement que celui des paysans, puis les syndicats des fonctionnaires qui ont à leur tour appelé à la mobilisation le 1er février dans le même esprit, en construisant de fait un soulèvement général.

Enfin, pour la première fois depuis la grève générale du 26 novembre 2020 appelée en commun par les organisations paysannes et ouvrières où il y avait eu 250 millions de grévistes et des millions de paysans en lutte ensemble – le plus grand mouvement de l'histoire de l'Inde - , les dix principales organisations syndicales ouvrières et le SKM ( Samyukt Kisan Morcha : Front Uni des Paysans) qui anime le soulèvement paysan ont signé le 25 janvier une déclaration commune annonçant qu'ils préparaient ensemble de nouvelles initiatives d'ici peu pour une lutte collective pour le retrait des 3 lois anti-paysannes et des 4 lois anti-ouvrières du gouvernement.

Bien sûr, il aurait été préférable que les directions syndicales ouvrières appellent à la grève et la mobilisation avant le 26 tout au long de la période qui a séparé la journée du 26 novembre 2020 et le 26 janvier 2021 où les paysans ont été seuls à assumer le poids de la lutte.

Le gouvernement n'attaquait en effet pas seulement les paysans mais aussi toutes les classes populaires en détruisant de fond en comble les lois de protection des ouvriers au travail, déjà bien faibles, en privatisant absolument toute la fonction publique et en aidant le grand patronat à licencier des millions de travailleurs.

Or les directions syndicales ouvrières ont su organiser quand le gouvernement attaquait violemment les salariés, de multiples journées d'action syndicales en octobre et novembre 2020, – quasi une par jour - souvent très suivies, mais profession par profession, secteur par secteur, région par région, tandis que parallèlement le mouvement paysan commençait à se manifester mais encore faiblement ou très localisé. Or dés que le mouvement paysan a pris de l'ampleur le 26 novembre 2020, les directions syndicales ouvrières ont non seulement donné aucune suite à l'immense réussite de la grève générale du 26 novembre et ses 250 millions de grévistes, laissant les paysans seuls assurer cette suite, mais ont aussi totalement stoppé leurs mobilisations et à part des déclarations platoniques de soutien aux paysans et d'admiration pour leurs méthodes, n'ont strictement rien fait, alors que c'était justement le moment de faire front ensemble.

LA TACTIQUE DU SOULÈVEMENT PAYSAN

Ce n'est probablement que parce que le soulèvement paysan a réussi peu à peu à entraîner avec lui par sa détermination, sa radicalité et son ouverture d'esprit de plus en plus de salariés que les directions syndicales nationales – très corrompues - ayant peur de perdre leurs troupes, ont décidé de faire un pas.

Cela avait commencé avec des secteurs déjà en lutte comme les employées des crèches agricoles ou les aides soignantes fortement mobilisées autour de leurs revendications mais aussi au travers des luttes de femmes qui avaient joué un rôle important dans un mouvement précédent fin 2020 début 2021 contre les divisions et discriminations religieuses. Ces secteurs ont rejoint sans hésitation le mouvement paysan en s'associant à eux dans leurs manifestations et actions ou à leurs campements.

Puis se sont joint des salariés et des organisations de secteur pas encore en lutte, comme les étudiants ou des ouvriers de l'automobile, des transports...qui se retrouvaient ensemble dans les campements paysans autour de Delhi. Puis encore il y a eu un certain nombre d'organisations syndicales ouvrières nationales comme le Citu puis fédérales ou locales comme celles des enseignants, banques (dont les métiers les lient étroitement avec le monde paysan) ou fonctionnaires...

On ne peut guère compter sur les directions syndicales ouvrières nationales toutes très liées aux partis politiques qui ne pensent les changements qu'en termes d'élections et pas par la rue. Mais à travers l'alliance qu'elles cherchent à tisser avec elles, les paysans cherchent à s'adresser à leurs bases sociales et à s'appuyer sur la radicalisation montante de ces dernières pour obliger leurs directions à faire un pas en avant au risque pour les directions syndicales ouvrières de démontrer que décidément les salariés et leurs adhérents ne peuvent pas compter sur elles et qu'il leur faut alors se détacher d'elles pour aller de l'avant.

Il est fort probable que comme le gouvernement qui présente les paysans comme des terroristes prêts à semer le chaos à Delhi, les directions syndicales ouvrières espéraient qu'un affrontement sanglant dans la capitale entre les forces de l'ordre et les paysans le 26 janvier leur aurait permis d'argumenter aussi dans le sens de l'irresponsabilité des paysans.

Elles l'espèrent peut-être toujours.

On sent d'ailleurs que les directions paysannes sont à cran sur le sujet et craignent des provocations en tous genres le 26.

Mais au vu du recul du gouvernement qui accepte l'entrée des paysans dans Delhi et donc reconnaît qu'ils ne sont pas si terroristes que ça et de la tactique paysanne qui vise à faire une démonstration pacifique s'adressant aux classes populaires indiennes, donc à la base sociale des syndicats ouvriers, il ne restait plus aux directions syndicales ouvrières qu'à s'inscrire dans le mouvement, entraînant – si elles ne s'arrêtent pas en chemin - des millions et des millions de personnes dans la lutte politique contre le gouvernement et non plus seulement économique comme elles le faisaient jusque là.

Ainsi le soulèvement paysan qui, de fait, veut dégager Modi le 1er ministre et son gouvernement et l'affirme dans mille slogans et actions, vient d'arriver à entraîner le monde ouvrier dans le même combat. Tout n'est pas fait, loin de là, mais un grand pas en avant a été déjà réalisé.

On verra le 26 janvier lui-même ce qui se passera et son effet sur l'opinion des classes populaires et sur la situation politique générale.

En attendant, remarquons la leçon tactique des paysans qui retrouve ce qui s’appelait le Front Unique. Une tactique qui a une longue histoire, bâtie par l'internationale Communiste à ces débuts dans les années 1920, lorsqu'elle était encore révolutionnaire, pour entraîner dans la lutte les larges bases ouvrières influencées par les Partis Socialistes qui s'intégraient au système et, eux, ne voulaient pas de cette lutte.

Jacques Chastaing le 25.01.2021

PHOTOS

-Sur la seule porte de Singhu à Delhi, on compterait selon les organisateurs 100 000 tracteurs qui attendent de partir sur la capitale demain et il y a 3 concentrations de ce type autour de Delhi. A la porte de Tikri il y aurait, toujours selon les organisateurs, 70 km de tracteurs massés là, avec des milliers et des milliers de tracteurs qui sont encore en train de rouler pour arriver demain, 5 000 d'ici, 10 000 de là, 20 000 encore ailleurs et de multiples plus petites unités isolées, 500, 50, 10, 3... parfois créées volontairement pour mieux passer les barrages policiers des Etats où le BJP est au gouvernement ;

-les femmes ont une place important dans la mobilisation ;

-marche des paysans de tribus du Telangana pour leurs droits forestiers ;

-meeting de masse à Onda dans le Bengale Occidental

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien