Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 janv. 2022

Inde: une foule de grèves et luttes en attente d'une direction

Les organisations paysannes et ouvrières les plus déterminées (dont certaines sont membres du SKM) poussent au renouvellement de l'alliance ouvriers-paysans, qui dans les circonstances actuelles est le meilleur gage de succès pour les luttes populaires.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Jacques Chastaing

Les grèves sont tellement nombreuses en Inde dans la foulée du mouvement paysan qu'il est quasi impossible de les recenser toutes. Le malheur c'est que émiettées entre les multiples catégories professionnelles et les 28 différents Etats, elles perdent de leur force et de leur efficacité.

Par défaut de volonté des directions syndicales ouvrières de les centraliser, le soulèvement paysan avait joué ce rôle jusqu'à début décembre, forçant même les directions syndicales ouvrières à appeler à une double journée de grève nationale les 23 et 24 février ce qui n'est jamais arrivé en Inde. Les grèves ouvrières se sont multipliées après le succès du mouvement paysan début décembre. Mais en même temps, la direction du mouvement paysan, le SKM, ayant décidé de suspendre leur mouvement à cette date, les ouvriers qui partaient en lutte se trouvaient privées d'une direction qui aurait pu centraliser leurs luttes.

On assiste donc à une profusion de luttes sans coordination. Ceci dit, sous la pression paysanne, le SKM a décidé de reprendre la lutte le 31 janvier en déclarant que si le gouvernement ne tenait pas toutes ses promesses à cette date (salaire minimum paysan, démission du ministre de l'intérieur, amnistie pour les paysans condamnés, indemnités pour les familles des victimes) , il reprendrait la lutte le 31 janvier.

Il a décidé d'appeler partout dans le pays à bruler les effigies des ministres et du 1er ministre, de commencer une campagne pour faire perdre les élections au BJP (parti au pouvoir) dans 5 Etats où il va y avoir des élections et d'appeler à la grève nationale de deux jours des 23 et 24 février avec les syndicats ouvriers.

Lors de la dernière grève générale d'un seul jour l'an passé, 300 millions de travailleurs ont fait grève et de là le mouvement paysan avait pris toute son ampleur en appelant à continuer cette grève nationale la semaine suivante et le SKM avait pris toute son autorité à partir de cette journée.

En préparation de ce qui va se passer les 23 et 24 février, les organisations paysannes et ouvrières les plus radicales (dont certaines sont membres du SKM) ont organisé une journée nationale de grèves et manifestations le 19 janvier pour célébrer l'anniversaire de la première grève générale jamais organisée en Inde, le 19 janvier 1982 et qui l'avait été par une alliance paysans-ouvriers. Elles poussent ainsi à ce renouvellement de l'alliance ouvriers-paysans, qui dans les circonstances actuelles est le meilleur gage de succès pour les luttes populaires.

PHOTOS

Célébrations le 19 janvier 2022 dans toute l'Inde à l'initiative des organisations paysannes et ouvrières de la première grève générale en 1982 dans le pays à l'initiative d'une union paysans et ouvriers ; Grève victorieuse des ouvrières de 24 entreprises de beedi (cigarettes roulées à la main) à Mathurapur et Manikchak pour des augmentations de salaires ; les agents de cabine d'Air India sont en grève illimitée depuis le 15 janvier tandis que les techniciens ont commencé le 24 janvier ; 47e jour de grève des anganwadi (travailleuses rurales aidant à l'éducation et la santé des enfants de moins de 6 ans) dans l'Etat de l'Haryana comme dans de nombreux autres Etats ( 0gurgaon dans la banlieue de Delhi, elles bloquent le siège du gouvernement ) pour un statut et des augmentations de salaires ; grève depuis le 9 janvier de 250 000 ouvriers du textile dans les régions de Tirupur et Coimbatore ; les ouvriers de la plus grande usine siderurgique d'Inde Vizag à Visakhapatnam dans l'Andhra Pradesh ont à nouveau manifesté ce 25 janvier avant d'intensifier leur campagne de lutte contre la privatisation en février tandis que les employés du même Etat annoncent une grève illimitée à partir du 6 février et que 300 000 instituteurs toujours dans l'Andhra Pradesh sont en grève (en photo) ; grève nationale de 300 000 visiteurs médicaux le 19 janvier

Ici trois photos de plus

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques
Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin