Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 janv. 2022

Seul le soulèvement des travailleurs arrêtera la catastrophe capitaliste !

Si les luttes qui jaillissent des usines, des postes de travail, des quartiers, des lieux d’études, se regroupaient, si nous tapions ensemble, nous mettrions un coup fatal aux profiteurs et saigneurs de ce monde. La puissance du nombre de l’éducation nationale allié à la détermination des grévistes en Guadeloupe et en Martinique, voilà ce qu’il faut généraliser après le 27 janvier !

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source: A & R

Lundi 24 janvier, le pass vaccinal se généralise à l’ensemble de la population âgée de 16 ans et plus. Nouveau coup de force gouvernemental pour faire croire qu’il se préoccupe de notre santé mais également dans le renforcement du contrôle.

Quand l’état d’urgence devient permanent et la santé un simple prétexte au renforcement de l’État policier

Avec ce pass vaccinal, l’obligation de vaccination est la règle sauf à faire un dépistage virologique, avoir un certificat de rétablissement de plus de 11 jours et de moins de 6 mois ou enfin une contre-indication à la vaccination. Oui le pass vaccinal induit une discrimination qui se retrouve jusque dans les protocoles scolaires où élèves vaccinés et non vaccinés ne sont pas soumis aux mêmes restrictions. Oui le pass vaccinal lève la protection des données médicales auprès des employeurs mais aussi vis-à-vis des familles ayant des enfants scolarisés et dont les données de santé sont partiellement connues des équipes enseignantes.

C’est enfin la démonstration d’une nouvelle étape dans le flicage de la population, puisque désormais les vérifications d’identité pourront être associées à celles du pass vaccinal, et donc pas forcément par la police. C'est l’extension du droit au contrôle en quelque sorte !

Si l’hôpital craque, ce n’est à cause ni du Covid ni des non vaccinés, mais à cause des 69 000 suppressions de lits en 15 ans ! Même en 2020, en pleine pandémie, 5 700 lits d’hospitalisation sont passés à la trappe.

Des mobilisations anti pass sanitaire et anti pass vaccinal à la grève interprofessionnelle du 27 janvier : allons vers la construction de la grève générale !

Ce samedi 22 janvier, à Bruxelles, 50 000 ont défilé pour dire non au pass vaccinal. Et chaque semaine des manifestations émaillent les rues de Paris et d’autres villes. Ces manifestations se tiennent en l'absence des organisations syndicales et des partis politiques qui se réclament des intérêts des travailleurs et des travailleuses. Et donc, sans surprise, elles sont dominées par des discours anti-vaccination, réactionnaires et même par l’extrême droite. Celle-ci bénéficie même d'un espace, que le préfet de Paris la laisse tranquillement occuper, alors qu'il a menacé d'interdire une manifestation de l’éducation nationale !

Le 13 janvier dernier, les enseignants et enseignantes étaient en grève à 75 % dans les écoles et à 62 % dans le secondaire : une démonstration puissante de colère. Le jeudi 3 février, les organisations de jeunesse appellent à une journée de mobilisation contre l’augmentation des frais d’inscription et contre la sélection, pour une fac ouverte à toutes et tous. Dans la santé, le médico-social, l’énergie, les dates de mobilisation se suivent, montrant le ras-le-bol des salariés. Mais ces dates se croisent, sans jamais nous réunir, elles montrent aussi que le monde du travail n’a pas de plan d’attaque. Ce gouvernement peut vaciller pour un protocole annoncé depuis Ibiza ou une parole injurieuse du président. Mais pour sauver nos conditions de travail, nos salaires, nos emplois, nos vies, c’est Macron et toute sa clique qui doivent dégager. Ce 27 janvier, la grève dans le public comme dans le privé est une occasion majeure de montrer, à l’image de l'éducation, que la colère gagne du terrain et que la résignation n’est pas à l’ordre du jour.

Mais dès maintenant, il faut discuter des suites : il n'y a pas d'autre chemin que la lutte pour arriver à la victoire. Ce sont nos grèves et nos blocages qui peuvent stopper l’exploitation et nous faire reprendre confiance dans nos capacités à décider nous-mêmes de la tournure que doit prendre cette société, pas des bulletins de vote.

L’urgence anticapitaliste et révolutionnaire !

Chaque jour, les nantis de ce monde nous mangent la laine sur le dos. Comme le dit Philippe Poutou : ils ne sont riches que parce qu’ils nous appauvrissent.

Mais notre classe sociale a la force de reprendre ce qu'ils nous ont volé. C'est nous qui faisons tourner cette société, c'est donc à nous de la diriger.

Si les luttes qui jaillissent des usines, des postes de travail, des quartiers, des lieux d’études, se regroupaient, si nous tapions ensemble, nous mettrions un coup fatal aux profiteurs et saigneurs de ce monde. La puissance du nombre de l’éducation nationale allié à la détermination des grévistes en Guadeloupe et en Martinique, voilà ce qu’il faut généraliser après le 27 janvier !

En complément tous les jours la rubrique Politique de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aux États-Unis, le Sénat adopte un plan climat sans ambition sociale
Par 51 voix contre 50, le Sénat des États-Unis a adopté le plus ambitieux plan climat de l’histoire du pays, prévoyant une enveloppe de 369 milliards de dollars pour réduire de 40 % les émissions de CO2 entre 2005 et 2030. Mais le volet social a été très largement sacrifié.
par Romaric Godin
Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Quarante-quatre morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figureraient quinze enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. Une trêve entre les deux parties serait entrée en vigueur dimanche soir.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)

La sélection du Club

Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes
Billet de blog
par Philippe Soulié
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon