Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 mars 2021

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Inde: vers une semaine de lutte sociale très, très chaude -Jacques Chastaing

Il faut du temps pour que 1, 4 milliards d'êtres humains avec des niveaux de conscience très différents, dans 28 Etats très différents, avec 3000 castes et des oppositions de religions, se mettent en mouvement pour prendre ensemble leur destin en main. Mais c'est ce qui est en train de se faire et les jours qui viennent pourraient donner un coup d'accélérateur à ce processus.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors qu'à 2 jours de la grève générale du 26 mars, un sondage annonce que 81% de la population (dans l'Etat du Tamil Nadu, pas a priori le plus favorable aux paysans) soutient le soulèvement paysan et 8% seulement la politique du gouvernement, les 10 principales directions syndicales ouvrières ont annoncé qu'elles appelaient à 3 jours d'action nationales supplémentaires les 31 mars, 1er et 2 avril, contre les lois anti-ouvriers et anti-paysans et qu'elles soutiendront par des actions diverses l'appel à la grève générale des paysans pour le 26 mars.

Les directions syndicales ouvrières font ainsi un pas en arrière par rapport à leur appel commun avec les paysans d'il y a quelques semaines où elles n'appelaient pas au "soutien" mais à la grève commune le 26 mars. On sent bien que d'une part la date du 26 mars les gène beaucoup puisque c'est la veille du début des élections dans 5 Etats, et qu'étant très liés aux directions politiques des partis, elles ne veulent pas minimiser les élections par rapport à la lutte (alors que beaucoup ressent ainsi la date du 26 mars et qu'un leader paysan a appelé à prendre le Parlement pour en faire un entrepôt de denrées agricoles, ce qui est un manque de respect criant par rapport au système électoral représentatif !). D'autre part, les directions syndicales ouvrières - profondément corrompues - n'ont pas du tout envie d'un embrasement général à partir du 26 mars si par exemple on comptait à nouveau 200 à 300 millions de grévistes ce jour-là, ce qui pourrait très bien avoir un prolongement dans cette ambiance générale de plus en plus électrique.

En même temps, on voit bien que les directions syndicales ouvrières subissent une énorme pression de leurs bases, qui, elles, au contraire souhaitent cet embrasement général et que donc, les directions syndicales ont dû compenser ce recul pat une avancée, le 26 ne serait pas une date sans lendemain mais serait suivi par trois jours nationaux d'action et de grève à leur propre initiative. Il y aura donc un prolongement au 26 mais décalé, et sous leur contrôle (en tous cas elles l'espèrent) à moins que la base ne s'empare de cette situation pour faire grève du 26 au 30 mars, voire après encore ! On verra.

Le grand patronat en tous cas craint cet embrasement puisqu'il met en congés sous des prétextes divers les employés de banque du 27 mars au 4 avril alors que les directions des fédérations syndicales des employés de banque avaient décidé de donner une suite à l'immense succès de la grève des 15 et 16 mars contre les privatisations justement à ces dates.

Par ailleurs, on mesure bien la pression de la base sur les directions syndicales ouvrières - et ce qui pourrait se passer demain - au fait que les ouvriers des aciéries de l'Andhra Pradesh ont décidé de partir en grève illimitée à partir du 28 mars contre leur privatisation et surtout qu'ils ont appelé les paysans à venir mener la lutte avec eux pour quelque chose de plus radical et plus général et réussir à mettre toute la population de l'Etat en lutte. Si cela marchait, cela pourrait bien s'étendre à d'autres Etats où des aciéries sont aussi menacées, mais pas seulement aux aciéries, parce que c'est toute l'industrie publique comme les services publics qui sont menacés de privatisation. Et donc ce qui apparaît ici - et qui est aussi au centre de la tactique des directions syndicales ouvrières -, c'est la possibilité d'une direction commune ouvriers/paysans, une coordination radicale de la base par dessus la tête des confédérations syndicales traditionnelles qui pourrait aussi servir d'exemple ailleurs et donner un tout autre caractère au soulèvement actuel.

Quoi qu'il en soit, petit à petit, toute l'Inde populaire se met en marche dans un processus révolutionnaire. C'est long parce qu'il faut du temps pour que 1 milliard et 400 millions d'êtres humains avec des niveaux de conscience très différents, dans 28 Etats très différents, avec 3000 castes et des oppositions de religions, se mettent en mouvement pour prendre ensemble leur destin en main. Mais c'est ce qui est en train de se faire et les jours qui viennent pourraient donner un coup d'accélérateur à ce processus.

PHOTOS

Mahapanchayat à Sirhind Mandi , Fatehgarh Sahib dans le Pendjab ; Rakesh Tiket, un des leaders paysans, dit au Mahapanchayat d'hier 23.03 à Jaïpur dans le Rajasthan qu'ils allaient prendre le Parlement pour en faire un entrepôt de vente des produits agricoles. Évidemment, ça n'a pas échappé à la presse qui s'est indignée ; au mahapanchayat tenu aujourd'hui en Haryana, l'internaute fait remarquer qu'il n'y a aucun politicien présent mais qu'il y a par contre beaucoup de paysans. Il faut dire qu'au vu du succès des mahapanchayats paysans, les partis d'opposition tentent de faire des meetings électoraux (il va y avoir des élections à partir du 27 mars dans 5 Etats) qu'ils les baptisent aussi "mahapanchayats". L'internaute fait remarquer comme beaucoup d'autres que moins il y a de politiciens dans les mahapanchayats, plus il y a de paysans ; à l'EG du campement paysan de la porte Tikri de Dehli, on clame son enthousiasme à l'annonce de l'ouverture d'un hôpital paysan ; mahapanchayat à Dharbanga dans l'Etat du Bihar

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant