Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 juil. 2020

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

SNU : le COVID ne doit pas être un prétexte pour militariser la jeunesse !

Lever à 6h30 du matin, Marseillaise, encadrement militaire strict, salut du drapeau et tout ça pour 1,5 milliard d’euros par an.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source: A &R

Lever à 6h30 du matin, Marseillaise, encadrement militaire strict, salut du drapeau et tout ça pour 1,5 milliard d’euros par an. 

Le Service National Universel, prévu dans le programme de Macron et en application depuis l’année dernière, aura de nouveau lieu cette année, malgré les conditions particulières liées au Covid et la précarité de la jeunesse accrue dans ce contexte. 

Sous couvert d’une volonté de « servir la mixité sociale », le SNU ne sert en réalité qu’à deux choses: continuer à graver dans les esprits d’une jeunesse de plus en plus précaire les idéaux et les valeurs de la bourgeoisie et d’un gouvernement réactionnaire et également de mater la radicalité de la jeunesse et d’éviter toute hostilité vis-à-vis d’un système capitaliste de plus en plus contesté.

A cette attaque à l’encontre des jeunes, doivent s’ajouter d’autres offensives imposées par le gouvernement en réduisant les budgets de l’éducation et de l’enseignement, en faisant passer des lois et réformes comme la loi Blanquer ou la sélection à la fac avec Parcoursup. 

Face à tout cela, notre camp se doit de fournir une réponse de classe claire, qui pose clairement les problèmes de ce gouvernement et qui montre nos désaccords avec la politique menée. Cette réponse ne pourra venir que de la rue et par les grèves, afin de montrer à l’Etat et à la bourgeoisie que notre classe ne restera pas muette et ne « se tiendra pas sage ».

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte