Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 juil. 2021

Bilan du 24 juillet et perspectives -par Jacques Chastaing

Il est clair maintenant que tout le monde doit participer à ces manifestations qui ne touchent pas qu'au pass sanitaire et à l'obligation vaccinale mais à la société dans laquelle nous voulons vivre. NON AU PASS SANITAIRE. MACRON DÉMISSION.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'ampleur de la participation et l'intensification de la détermination lors de cette 4e journée de mobilisation (5e dans certaines villes) en 10 jours et au plein cœur de l'été contre le pass sanitaire, l'obligation vaccinale, la société de contrôle, la casse du code du travail et du statut de la fonction publique, ancre la mobilisation en profondeur et dans la durée et donne son orientation générale.

Des centaines de milliers de personnes, surtout dans les villes moyennes comme au début des Gilets Jaunes, étaient dans la rue. La police a compté 161 000 manifestants contre 114 000 le 17 juillet, très en dessous de la réalité, mais rappelons-nous qu'elle en n'avait compté que 130 000 le 1er décembre 2018, le jour où les Gilets Jaunes avaient fait trembler l’Élysée.

Après les hésitations d'une partie de la population qui s'est trouvée prise dans le piège de Macron du 12 juillet dissimulant la destruction des libertés et des acquis sociaux derrière le désir d'en finir avec l'épidémie par la vaccination, l'amplification de la participation ce 24 juillet montre que la population ne marche plus dans la propagande gouvernementale et médiatique confondant vaccination et obligation vaccinale et que ce basculement fait en seulement 10 jours va s'amplifier dans la période à venir.

Parallèlement, avec l'amplification de la mobilisation, la proportion d'anti vaccins et de militants d’extrême droite a diminué. A Paris le rassemblement de Philippot n'était pas comparable à l'ampleur de la "vraie manifestation" populaire partie de Bastille. Partout les questions de liberté, de critique de la société de contrôle, de destruction des acquis sociaux sur fond encore modeste mais germant et croissant de slogans anti-capitalistes et anti-fascistes comme à Toulouse, Lille ou Nantes... donnaient la tonalité générale et la tendance en cours pour la période qui vient.

Bien que les principales confédérations syndicales étaient absentes, et n'aient pas appelé à ces manifestations, bien des militants syndicalistes, des sections syndicales et parfois des Union Locales ou départementales y appelaient, contribuant ainsi à l'évolution de la tonalité politique générale. Plusieurs sections syndicales d'hôpitaux comme à Lyon, Montélimar, en Martinique ont appelé à la grève illimitée et bien d'autres sont en train de prendre le même chemin tandis que les différentes fédérations syndicales de pompiers ont menacé d'entrer à leur tour en action. Sous la pression du mouvement et de leur propres bases, les directions syndicales nationales on commencé à infléchir leurs positions contre le pass sanitaire et l'obligation vaccinale. Cela ne va pas encore bien loin mais témoigne toutefois dans quel sens se fait la poussée, contrairement à ce qui s'était passé au début des Gilets Jaunes où les principales directions syndicales avaient dénoncé le mouvement des Gilet Jaunes, organisant un fossé entre la base syndicale et le mouvement.

Autant le mouvement né du 14 juillet était hésitant les premiers jours dans sa détermination, autant la reprise des Champs-Elysées témoigne d'une "giletjaunisation" du mouvement, démontrant que le mouvement se gonfle et va se gonfler de toutes les colères sociales en cours, à commencer par les secteurs les plus concernés, c'est-à-dire, ceux qu'on appelait les "premières lignes", mais aussi tous ceux qui subissent aujourd'hui les attaques sociales du gouvernement et du Medef.

Ces mobilisations vont rapidement trouver un autre vecteur d'unité comme cela s'entendait déjà dans bien des manifestations et comme cela s'était fait avec les Gilets Jaunes, autour de l'exigence de la démission de Macron, tout de suite, avant 2022. Ainsi à Poitiers des manifestants sont entrés dans l'hôtel de ville, ont décroché et l'ont jeté par la fenêtre. C'est le vote populaire dans la rue donnant toute sa signification à l'énorme abstention des élections régionales et départementales et combien le gouvernement des 3% est isolé.

D'ores et déjà de nouveaux appels ont été lancé pour le prochain samedi 31 juillet et le dimanche 1er août, date de l'entrée en vigueur du pass sanitaire dans les commerces, bars et restaurants, deux jours donc continus de mobilisation prolongeant d'autres mobilisations durant la semaine selon les villes ou autour des mobilisations hospitalières.

Il est clair maintenant que tout le monde doit participer à ces manifestations qui ne touchent pas qu'au pass sanitaire et à l'obligation vaccinale mais à la société dans laquelle nous voulons vivre.

NON AU PASS SANITAIRE

MACRON DÉMISSION

En complément tous les jours la rubrique Politique de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com