Trump crée dans la panique une Internationale contre les droits des femmes

Trump, complètment HS dans les sondages, ne songe plus qu'à une chose: raffermir son camp fait de tous les champions des oppressions, en allant des sexistes aux racistes -jusqu'au KKK qui vient de s'unir aux néo-nazis-  et des champions de l'exploition capitaliste. Dernière agression: une internationale contre les droits des femmes !

Trump, complètment HS dans les sondages, ne songe plus qu'à une chose: raffermir son camp fait de tous les champions des oppressions, en allant des sexistes aux racistes -jusqu'au KKK qui vient de s'unir aux néo-nazis-  et des champions de l'exploition capitaliste. Dernière agression: une internationale contre les droits des femmes !

Certains disent que c'est dans l'optique du chaos qu'il veut créer en refusant les résultats des urnes, jusqu'à plonger son pays dans la deuxième guerre civile, d'autres "selon des sources proches" annoncent qu'il prépare  le socle indestructible d'une nouvelle chaine de télévision, qui mettrait Fox News au tapis.

L'information était à minuit dans Infos en Continu, mais les médias sous le contrôle des milliardaires et de leur Etat n'en ont pas fait encore grand cas: Trump vient de créer l'Internationale contre les droits de femmes.

 32 pays, parmi lesquels les Etats-Unis, le Brésil, l’Egypte, la Hongrie, la Pologne, le Pakistan, ou l'Uganda, tout ce que la terre contient de dictatures et d'intégristes de toute confessions, ont proclamé la Déclaration de Genève contre le droit des femmes à disposer de leur corps, affirmant «Il n’y a pas de droit international à l’avortement, ni d’obligation des Etats de financer ou de faciliter l’avortement».

La Déclaration a été dévoilée jeudi par AlexAzar, responsable, acrrochez vous bien, de la "Santé" de l’administration Trump, lors d'une cérémonie virtuelle. Celles et ceux qui ont le coeur accroché, mais qui surtout sont en première ligne pour défendre les droits des femmes, pourront voir la vidéo et déconstruire cette offensive de la Maison Vert de Gris. 

En attendant, je crois le moment opportun de rappeler l'existence d'une étude qui date de 2018, mais très détaillée, de Agnès Guillaume et Clémentine Rossier dans la revue Population.

Intitulée "L’avortement dans le monde. État des lieux des législations, mesures, tendances et conséquences", elle met en évidence que l’avortement reste illégal ou restreint à certaines conditions dans un très grand nombre de pays, situation non seulement contraire au droit de chacune à disposer librement de son corps, mais aux conséquences désastreuses en matière de santé reproductive et d’inégalités de genre.

Elle présente un panorama international des enjeux autour de l’avortement, des difficultés de mesure et des solutions pour y faire face. Elle présente aussi des données récentes sur la fréquence de l’avortement et sur les effets de son interdiction pour la vie et la santé des femmes. Vous pouvez la consulter ici. Et surtout, la partager.

Pour vous donner la mesure du travail effectué, ici un seul tableau:

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.