Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10594 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 oct. 2021

Anasse Kazib: Je suis le cauchemar de l’extrême droite -vidéo Regards

Anasse Kazib a quitté le NPA pour créer avec d’autres anciens membres du parti de Philippe Poutou, le mouvement Révolution Permanente. Il en est le candidat à l’élection présidentielle. Il est l’invité de #LaMidinale.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Anasse Kazib : " Je suis le cauchemar de l'extrême droite " © Regards

Sur les attaques racistes dont Anasse Kazib fait l’objet

« Je suis l’objet d’attaques racistes à cause de mon teint basané. Je suis issu de l’immigration. Ils nous détestent par le fait même de notre existence. »

« Quand on cumule le fait d’être un ouvrier, d’être racisé et de brigue l’Elysée, c’est pour eux quelque chose d’incroyable et qu’ils doivent couper le plus rapidement possible. »

« Je concentre le cauchemar de l’extrême droite. »

« Le programme du RN ou de Zemmour montre que l’extrême droite est profondément anti-ouvrière. »

« Mes principaux ennemis, c’est la classe dominante - dont la catégorie la plus réactionnaire. »

« Notre ADN c’est la lutte de classes et la lutte contre le capitalisme. »

« Zemmour revendique une France qui n’est pas la nôtre : pour moi, la France n’est pas celle des Bonaparte et des rois. Ma France, c’est celle des sans-culottes, celle des insurgés de Saint-Domingue, de la grève de 36 ou de 68. »

« Il y a une avancée structurelle de l’extrême droite, du racisme et du révisionnisme. »

« Le bloc bourgeois a toujours été raciste. »

« Il y a un retour de plus en plus important de la lutte de classes. »

« La bourgeoisie soutiendra toujours Hitler plutôt que Lénine. »

« Je plaide l’unité de notre classe face au fascisme. »

Sur la République et ses symboles 

« Pour moi la République est un régime parlementaire. »

« Quand on parle de ‘valeurs républicaines’ on parle des valeurs de la classe dominante et de la bourgeoisie. C’est une lecture contre-révolutionnaire. »

« Le jour de la Bastille, si BFM avait interrogé Louis XVI, il serait en direct à la télévision pour dire combien il est contre ce qui est en train de se passer. »

« Notre République est une République bourgeoise. »

« On fait monter une polémique [sur la couleur des drapeaux] de mon meeting parce que je m’appelle Anasse Kazib et que je suis d’origine marocaine. On n’a jamais demandé à Arlette Laguillier ou à Nathalie Arthaud de ré-émigrer parce qu’elles préféraient l’Internationale à La Marseillaise. »

« Je concentre la haine et la colère : on ne veut pas accepter qu’un ouvrier issu de l’immigration puisse être communiste. »

Sur les autres candidats de gauche

« C’est ma première candidature quand ça sera la troisième pour Nathalie Arthaud et Philippe Poutou. On connaît leur discours. »

« Quand on voit Philippe Poutou, on voit qu’il n’a pas envie d’y aller. »

« Ma candidature n’est pas une candidature de témoignage. »

« Il faut redonner une boussole de classe pour lutter contre le discours dominant mais aussi contre le discours de la gauche traditionnelle. »

« Je n’ai pas de problème à faire une politique de front unique avec LFI. Demain, n’importe quel militant, Coquerel ou Mélenchon, m’appellerait pour une manifestation, je le ferais avec le plus grand plaisir. Mais politiquement, stratégiquement, nous n’avons pas les mêmes préoccupations. On ne cherche pas à avoir des ministres de l’Intérieur ou à faire une police républicaine. On n’est pas là pour ‘moyenner’ avec le système capitaliste, comme le dit Jean-Luc Mélenchon. »

« Nous voulons construire une véritable organisation révolutionnaire à l’extrême gauche. »

Sur la "nouvelle génération ouvrière"

« Ma candidature est là pour mettre du lien entre les différents secteurs qui militent de manière séparée. »

« Quand on regarde la gueule de la classe ouvrière, elle est blanche et racisée, elle est féminine. »

« Il n’y a pas un recul des luttes, mais il y a un recul de la conscience de classes. »

« La spontanéité des masses n’est pas suffisante. »

« Cette élection présidentielle doit être l’occasion de redonner un moral ouvrier, une fierté ouvrière. »

« La jeunesse des quartiers populaires se préoccupe aussi du climat et de l’avenir (…) mais c’est hype quand c’est la jeunesse climat derrière Greta Thunberg mais c’est interdit pour la jeunesse et la génération dite "Adama" [Cf. Collectif La vérité pour Adama Traoré]. »

« Pendant des décennies, on a fait croire que la gueule du marxisme et de la lutte de classes, c’était l’ouvrier de la CGT derrière son camion a gueuler pour en finir avec le plan Juppé. Pour eux, le marxisme, c’est dire que quand tu luttes contre le patriarcat, t’es un woke, quand tu luttes contre le racisme systémique, t’es un woke et t’es un islamogauchiste et un indigéniste. Ils ne comprennent pas que le marxisme c’est la lutte pour l’émancipation de notre camp social, pour en finir avec l’exploitation et l’oppression. »

La suite est à lire sur www.regards.fr

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica