Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 janv. 2021

Inde: Soulèvement paysan et prise de la Bastille à Delhi -Jacques Chastaing

Comme toujours face à un peuple soulevé contre sa dictature, la bourgeoisie indienne n'a plus que deux armes: la violence policière et le racisme.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mardi 26.01.2021 à 18 H 30 

Après 60 jours de siège de la capitale par près de 300 000 paysans en soulèvement contre les lois agricoles du gouvernement d'extrême droite qui liquideraient la petite propriété paysanne, près de 200 000 tracteurs et probablement plus de 1 million de paysans et leurs soutiens ouvriers et citoyens sont entrés dans la capitale le jour de la fête nationale indienne sous les applaudissements de la foule des habitants de Delhi massés dans les rues pour les accueillir.

L'ensemble de la manifestation des paysans s'est passée de manière pacifique mais devant l'immense succès et la démonstration de force des paysans, alors que la police avait autorisé la manifestation, ici et là des policiers ont provoqué, tentant de bloquer les manifestants, cognant, tirant des lacrymos et même tirant à balle et tuant un paysan.

Les paysans ont alors enfoncé ces barrages policiers à Delhi lorsqu'il y en avait ou dans les autres capitales d'Etat où avaient lieu également des manifestations semblables.

Dans ces circonstances, des manifestants ont également pris le "Fort Rouge" à Delhi, un fort historique et symbolique des empereurs moghols aussi symbolique que la Bastille en France où chaque année pour la fête de l'indépendance le chef de l'Etat fait un discours à la nation et hisse le drapeau national indien comme symbole de leur libération.

Or, lors de la prise du fort par les paysans, en enfonçant les barrages policiers, un certain nombre de policiers bousculés sont tombés dans les fossés du fort, 83 seraient blessés (vidéo ci-dessous). Par ailleurs, les paysans ont hissé symboliquement sur le fort les drapeaux des organisations paysannes en révolte.

La presse bourgeoise et réactionnaire totalement apeurée s'est emparée de l'événement en montrant un drapeau sikh hissé à la place du drapeau national pour accréditer les calomnies qu'elle déverse en permanence avec le gouvernement contre le soulèvement paysan depuis le début l'accusant d'être l'otage des séparatistes sikhs du Pendjab. Le gouvernement en pleine panique n'arrive pas à arrêter la vague paysanne qui entraîne peu à peu le monde ouvrier et citoyen et essaie une nouvelle fois d'accentuer les tensions entre sikhs et hindous en rappelant à travers les affrontements du Fort Rouge les affrontements sanglants entre sikhs qualifiés de terroristes et d'anarchistes et les hindous dans les années 1980 autour du massacre du Temple d'or et l'assassinat d'Indira Ghandi par des sikhs.

Pour le moment toutes les tentatives du gouvernement pour diviser le camp paysan en attisant les haines religieuses ont échoué. Ici il s'agit pour lui de tenter de dissimuler le succès de la journée pour les paysans en focalisant l'attention sur les violences et ce qu'il appelle le scandale du Fort Rouge. Il veut par là diminuer la capacité d'attraction du soulèvement sur des millions et des millions de citoyens indiens qui regardent le soulèvement paysan avec sympathie. Il essaie de les empêcher d'entrer à leur tour dans la lutte et d'en faire une lutte générale pour renverser le gouvernement. D'autant que des syndicats ouvriers sont en train d'entrer dans la danse, les principales confédérations ayant signé un communiqué commun avec les paysans annonçant qu'elles prendraient des initiatives ensemble dans les jours qui viennent. Certaines fédérations appellent à la grève des banques et des fonctionnaires le 1er février.

Par ailleurs le soulèvement paysan pour sa part appelle tous ceux qui sont venus le 26.01 à rester sur place jusqu'au 1er février pour ce jour-là marcher sur le Parlement.

Le gouvernement joue donc sa survie.

Il y a de grandes chances que sa tentative de division et d'occultation de l'immense succès de cette journée pour le soulèvement paysan avec ses répercussions nationales et internationales, autour de l'affaire du Fort Rouge, échoue encore et peut-être même seretournera-t-elle contre lui en devenant comme en France le symbole de la prise de la Bastille et l'ouverture de la marche vers la révolution.

https://www.facebook.com/etribune/videos/900652957421301

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon