Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 mars 2021

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Birmanie: face a l'insurrection qui vient, la police fuit certaines zones rurales

Contre la violence de l'armée et la police birmanes, la population et les manifestants se défendent et ripostent de plus en plus : ils auraient tué une douzaine de policiers et militaires.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Jacques Chastaing

Traduction de "Frontier Myanmar"

"LES TOP HISTOIRES DU MYANMAR CETTE SEMAINE

Des manifestants ont lancé des cocktails Molotov tout en affrontant les forces de sécurité à Yangon (Frontier)

Cette semaine, les manifestants se battent de plus en plus contre les répressions brutales de la junte, les conglomérats militaires sanctionnés par les États-Unis et le Royaume-Uni, la junte a libéré des centaines d'étudiants manifestants et certains journalistes, et l'armée a tenu une conférence de presse très défensive où elle a également présenté d'autres allégations de corruption. contre Aung San Suu Kyi.

Les gens se battent

Les répressions brutales contre les manifestants se sont poursuivies, avec près de 40 personnes tuées cette semaine selon l'Association d'assistance aux prisonniers politiques. Le pire massacre s'est produit vendredi dernier dans la ville d'Aungban, dans l'État de Shan, où au moins huit personnes ont été abattues. Dans un développement dévastateur, la cruauté scandaleuse du Tatmadaw a fait sa plus jeune victime mardi soir, lorsque les forces de sécurité ont abattu une fillette de sept ans à Mandalay alors qu'elle était assise sur les genoux de son père. Les autorités auraient fait irruption dans la maison de la famille, ont exigé que le père les informe si d'autres personnes se trouvaient dans la maison, ce qu'il a nié, puis ont ouvert le feu.

Face à cette brutalité gratuite, il n'est pas surprenant que les civils se défendent de plus en plus et ripostent.

Des milliers de personnes auraient fui leur domicile dans le canton de Depayin à Sagaing après que deux policiers ont été tués lors d'un récent affrontement avec des civils et que l'armée a menacé de se venger. Dans une histoire similaire, les forces de sécurité ont arrêté une cinquantaine d'habitants d'un quartier urbain de Dawei, dans la région de Tanintharyi, après que deux soldats ont été tués dans la nuit du 21 mars. Les soldats, apparemment habillés en civil, auraient frappé des veilleurs de nuit avec leurs motocyclette, mettant en colère les résidents locaux qui les ont ensuite arrêtés et battus.

La situation est encore plus instable dans le canton de Pekon, dans l'État de Shan, où quatre soldats auraient été tués le 15 mars, leurs corps ligotés et jetés dans un trou et leur véhicule brûlé. L'armée a détenu des dizaines de locaux, dont certains essayaient simplement de négocier la libération d'autres prisonniers. À Myawaddy, à la frontière de la Thaïlande et de l’État de Kayin, deux administrateurs de village nommés par la junte et un membre d’une milice locale ont été abattus par des assaillants inconnus alors qu’ils se réunissaient dans un village.

Des sources sur le terrain ont déclaré à Frontier que deux policiers ont été tués lors d'un affrontement avec des manifestants dans le canton de Taunggyi, la capitale de l'État de Shan, hier, provoquant une réaction violente de la part des forces de sécurité qui ont tué au moins quatre personnes et se sont déchaînées en détruisant des biens et des maisons.

Selon Khit Thit Media, la police abandonne également les avant-postes dans les zones rurales de la région de Sagaing, retournant dans les principaux postes de police par crainte de la population locale. Le média a rapporté qu'environ 15 personnes, dont des policiers et leurs familles, ont abandonné un avant-poste dans le canton d'Indaw, avec des incidents similaires dans les cantons de Kawlin et Kani. Ces incidents démontrent la position particulièrement précaire des forces de sécurité dans les régions rurales du Myanmar, où elles ont tendance à être assez dispersées et à disposer de peu de ressources.

Hier, le rapporteur spécial sur les droits de l'homme au Myanmar a averti que "le rythme et la portée" de la réponse internationale "sont en deçà de ce qui est nécessaire pour éviter une crise qui s'aggrave". Thomas Andrews a également averti que la fenêtre permettant à la communauté internationale de faire une différence - et d'éviter une éventuelle insurrection violente à grande échelle - se fermait. "Ce plan d'action combiné - résistance pacifique intérieure, pression soutenue et élan diplomatique international - aura plus de chances de réussir que de prendre les armes et sauvera un nombre incalculable de vies", a déclaré Andrews."

En complément tous les jours la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que deviennent 100 affaires révélées depuis #MeToo
Que sont devenues les révélations en avalanche dans les médias français depuis #MeToo, en 2017 ? Ont-elles été judiciarisées ? Quelles en ont été les conséquences ? Mediapart a décortiqué 100 dossiers parmi les plus retentissants.
par Lénaïg Bredoux, Donatien Huet et Marine Turchi
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Deux magistrats sur #MeToo : « C’est un moment historique, il ne faut pas le rater »
Mediapart s’est entretenu avec un tandem qui a multiplié les innovations dans la lutte contre les violences faites aux femmes. Pour Gwenola Joly-Coz, première présidente de la cour d’appel de Poitiers, et Éric Corbaux, procureur général, l’institution judiciaire a besoin de plus de moyens.
par Marine Turchi
Journal — Asie et Océanie
En Chine, la politique « zéro Covid » est de plus en plus contestée
Des chiffres de contamination record en Chine poussent les autorités à décréter de nouveau des mesures de confinement un peu partout dans le pays. Ce qui entraîne des réactions de plus en plus vives, y compris des émeutes, comme récemment dans la plus grosse usine d’iPhone au monde dans le centre du pays.
par François Bougon
Journal
Les frappes aériennes russes contre les infrastructures : des crimes sans châtiment ?
Depuis le 24 février et l’invasion de l’Ukraine, les opérations aériennes russes interrogeaient les spécialistes par leur faible volume et leur apparente retenue. Mais depuis le 10 octobre, les choses ont brutalement changé. Quels sont les objectifs de l’armée russe et dans quelle mesure ces attaques constituent-elles des crimes contre l’humanité ? Une chronique de Cédric Mas, historien militaire.
par Cédric Mas

La sélection du Club

Billet de blog
Voilà ce qu’il va se passer avec vos achats du Black Friday
Vendredi, c’est le Black Friday, et vous allez être tenté d’acheter de nouveaux vêtements. Et on vous comprend : c’est difficile de résister à ce t-shirt bon marché qui vous fait de l'œil et qui est soudainement à - 70%. Avant de faire quelque chose que vous allez sûrement regretter, on doit vous dire ce qui risque de se passer avec votre t-shirt.
par StopFastFashion
Billet de blog
Publicité : l'industrialisation de la manipulation
On lit souvent que la pub « nous manipule », mais qu'est-ce que ça veut dire ? Le débat à ce sujet se réduit souvent à l'alternative entre liberté absolue ou déterminisme fatal. À la veille du Black Friday, un évènement reposant entièrement sur la pub pour exister, il faut analyser en détail les techniques de discours manipulatoire, leurs usages en publicité et leurs effets sociaux.
par Résistance Agression Pub
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Interview d'E., 35 ans, éboueuse-rippeuse
E. travaille depuis trois ans dans une entreprise privée de la collecte de déchets. Dans cet entretien, elle nous présente son parcours, évoquant la solidarité aussi bien que les difficultés rencontrées à son poste : le manque de formation, la pression managériale, la surcharge de travail, les discriminations de genre, le gaspillage...
par Jeanne Guien